Rechercher
Rechercher

À La Une

"C'est moi seul qui ai organisé mon départ" du Japon au Liban, affirme Carlos Ghosn

"Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d'autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et mensongères", affirme l'ex-patron de Renault-Nissan, dans un court communiqué envoyé aux médias.

Photo AFP / ERIC PIERMONT

L'ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn a affirmé jeudi avoir organisé "seul" son départ du Japon où il est poursuivi pour des malversations financières, vers le Liban, niant toute implication de sa famille.

"Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d'autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et mensongères. C'est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n'a joué aucun rôle", explique M. Ghosn, dans un court communiqué envoyé aux médias.

Mercredi, Reuters avait indiqué, citant deux membres de son entourage, que c’est une société privée qui avait orchestré la fuite de Carlos Ghosn. Les déclarations des deux sources de Reuters tendaient à indiquer que l'ancien dirigeant avait minutieusement mûri son projet d'évasion avec l'appui d'une société de sécurité privée qui l'a exfiltré du Japon par un vol privé vers Istanbul d'où il a ensuite gagné le Liban. "Il s'agit d'une opération très professionnelle, du début à la fin", a déclaré une des sources de Reuters précisant que le même le pilote de l'appareil qui l'a acheminé ignorait sa présence à bord.


(Lire aussi : Le Liban a reçu une demande d'arrestation d'Interpol pour Carlos Ghosn)



Peu après son arrivée au Liban, certains médias avaient rapporté que Carlos Ghosn se serait enfui dans une caisse d'instrument de musique. Cette information a toutefois été démentie par une source de l'entourage de l’intéressé.

Sept personnes dont quatre pilotes ont, par ailleurs, été arrêtées en Turquie dans le cadre de l'enquête sur l'escale que Carlos Ghosn a effectuée à Istanbul dans sa fuite vers le Liban à bord d'un jet privé, a rapporté jeudi la chaîne de télévision NTV.

Arrêté en novembre 2018 et accusé de malversations financières lorsqu'il était à la tête de Nissan, Carlos Ghosn, qui dément ces charges, avait dénoncé dans un premier communiqué rendu public mardi la "partialité" de la justice japonaise.

Les autorités libanaises ont reçu d'Interpol une "notice rouge" visant Carlos Ghosn, a annoncé jeudi le ministre libanais sortant de la Justice, Albert Serhane. Cette notice rouge a été reçue par le bureau du procureur général près la cour de cassation, selon M. Serhane. "Les notices rouges concernent les fugitifs recherchés dans le cadre de poursuites ou afin qu’ils purgent leur peine. Une notice rouge consiste à demander aux services chargés de l’application de la loi du monde entier de localiser et de procéder à l’arrestation provisoire d’une personne dans l’attente de son extradition, de sa remise ou de toute autre procédure judiciaire", est-il expliqué sur le site d'Interpol. Pour le moment, la notice n'apparaît pas sur le site de l'organisation internationale.


Lire aussi dans Le Commerce du Levant

Procès, extradition, arrestation... Que risque Carlos Ghosn au Liban ?


Lire aussi

Après la fuite de Ghosn, durcissement probable du système judiciaire japonais

Affaire Ghosn : perquisition à Tokyo, interpellations en Turquie

Passeport, sortie du Japon... Les questions qui se posent autour de la fuite de Ghosn


L'ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn a affirmé jeudi avoir organisé "seul" son départ du Japon où il est poursuivi pour des malversations financières, vers le Liban, niant toute implication de sa famille."Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d'autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et...

commentaires (5)

James Bond....

Eleni Caridopoulou

20 h 55, le 05 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • James Bond....

    Eleni Caridopoulou

    20 h 55, le 05 janvier 2020

  • "Les murs qui tombent font plus de bruit que le blé qui germe en silence..." Etant pasteur retraité français, en service bénévole pour quelques mois auprès de l'église protestante française de Beyrouth, dont le poste pastoral est vacant, je viens de fabriquer et d’installer plusieurs nichoirs d'oiseaux dans le cimetière protestant situé rue de Damas. Dans ce lieu qui a connu les affrontements meurtriers de la guerre et où les sépultures renvoient au monde figé de la mort, aménager un espace pour aider les oiseaux à faire éclore la vie, m'a fait repenser à cette parole du cardinal Marty, en mai 68 à Paris : "les murs qui tombent font plus de bruit que le blé qui germe en silence..." Un mur du cimetière voisin vient de s'écrouler... la société libanaise est secouée par une crise redoutable, dont elle voit difficilement quelle en sera l'issue... il n'en est pas moins vrai que "du blé germe en silence" Des frémissements de vie se manifestent dans les nichoirs mais aussi, sur les places et jusque dans le recoins de ce beau pays. Ils contribuent à ouvrir une porte sur un avenir à inventer, où les couleurs de la fraternité, de la paix et de l'espoir pourront à nouveau illuminer les visages et les cœurs. Gérard Riess

    Eglise Protestante Française au Liban

    23 h 10, le 02 janvier 2020

  • Un peu d'histoire. Comment les nippons, sédentaires ayant été sauvés économiquement par un descendant de phénicien ont ils pu croire qu'ils pouvaient mettre en boîte Carlos Ghosn ? Comme il est arrivé à Tokyo, il en est reparti. C'est l'esprit du large qui nous habite.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 29, le 02 janvier 2020

  • AKALOU HAWA EL YABON WILL ATRAK. HAHAHA !

    DENIONS LA CENSURE.GARDONS NOS LIBRES EXPRESSIONS.

    20 h 05, le 02 janvier 2020

  • Pour la reste je ne saurai dire , mais les sociétés privées chargées d'exfiltrer les otages ou prisonniers existent bien. Je connais une personne qui y travaille. Quand on réussit à sortir des boites nationales de la faillite on a la capacité de se sortir soi-même d'affaire. Génial Carlos du niveau de Poutine.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 36, le 02 janvier 2020

Retour en haut