X

Liban

Mission de plus en plus difficile pour Hassane Diab

Gouvernement

Aucune personnalité sunnite n’a jusque-là accepté d’intégrer le nouveau gouvernement qui sera composé de 18 ministres.


Yara ABI AKL | OLJ
27/12/2019

Une semaine après sa nomination pour former le prochain gouvernement, la mission du Premier ministre désigné, Hassane Diab, semble de plus en plus difficile.En dépit de sa détermination à former un cabinet de spécialistes indépendants tel que demandé par le mouvement de contestation, M. Diab peine toujours à obtenir la couverture sunnite dont il a besoin pour se lancer dans le processus gouvernemental, surtout après le retrait du Premier ministre sortant Saad Hariri, qui multiplie les signes de sa volonté de se ranger dans l’opposition dans la prochaine phase. À cela s’ajoute l’incapacité de M. Diab de s’affirmer comme capable d’imposer ses conditions, calmer le mouvement contestataire et, par le fait même, inspirer confiance à la communauté internationale, afin de débloquer les aides financières promises au Liban depuis plus d’un an.

C’est dans ce contexte tendu que le Premier ministre désigné s’est rendu mardi au palais de Baabda pour y rencontrer le chef de l’État Michel Aoun, avant de s’entretenir avec le président de la Chambre, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné. L’occasion de passer en revue, avec ses deux hôtes, les résultats des consultations que Hassane Diab avait tenues au Parlement samedi dernier. S’exprimant à sa sortie de Baabda, il s’est efforcé de distiller un climat d’optimisme en assurant que « les choses progressent comme cela se doit ».

Sauf que concrètement, rien ne prête à croire que le prochain gouvernement pourra voir le jour avant le Nouvel An, M. Diab se trouvant obligé de faire face aux parties mêmes qui ont appuyé sa nomination à la présidence du Conseil, à savoir le Hezbollah, le mouvement Amal et le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil.


(Lire aussi : Le cabinet Diab bute déjà sur les premiers obstacles)


Le leader du CPL est accusé de « former le gouvernement » à la place du Premier ministre désigné, qui s’efforce de s’affirmer comme le seul à même d’accomplir cette mission. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les propos tenus mardi par Saad Hariri, et dans lesquels il avait déclaré que le prochain cabinet sera « le gouvernement de Gebran Bassil » (voir par ailleurs). À son tour, le chef des Marada, Sleimane Frangié, a implicitement accusé, dans un tweet assassin, M. Bassil de s’ingérer dans le processus gouvernemental. « Jusque-là, les tractations gouvernementales montrent qu’il s’agit d’un cabinet indépendant en apparence, mais lié dans les faits à Gebran Bassil », a écrit M. Frangié, ajoutant : « Il s’agit d’un gouvernement composé d’indépendants dont l’histoire est jonchée de compromis avec ceux qui sont au pouvoir et des politiciens connus pour leurs volte-face. » Une position qui intervient à l’heure où, selon des spéculations médiatiques, l’ambassadeur du Liban en Afrique du Sud, Kabalan Sayed Frangié, serait parmi les ministrables. « Personne ne nous impose quoi que ce soit », commente pour L’Orient-Le Jour un proche des Marada. Dans les milieux proches de ce parti, on estime que cette formation pourrait rester même en dehors de l’équipe ministérielle et ne pas lui accorder sa confiance.

Quoi qu’il en soit, Michel Aoun s’est personnellement invité dans la partie pour répondre à MM. Hariri et Frangié, dont les rapports avec Baabda sont pratiquement gelés. « Ce n’est pas Gebran Bassil qui forme le cabinet. Sachant qu’il a le droit de le faire dans la mesure où il préside le plus large groupe parlementaire », a-t-il assuré à l’issue de son entretien avec le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, à Bkerké, à l’occasion de Noël. Estimant que la future équipe sera un cabinet de spécialistes, il a assuré que le gouvernement ne sera pas celui du Hezbollah, mais de tous les Libanais.


(Lire aussi : Hariri pourrait avoir sonné le glas du compromis présidentiel)


Un gouvernement de 18 ministres
De son côté, le Premier ministre désigné insiste : le prochain gouvernement inclura des spécialistes non affiliés à des partis. Gebran Bassil a le droit d’intervenir quand il est question d’une équipe politique. Mais ce n’est pas le cas. Hassane Diab ne le rencontrera donc pas, apprend-on de source informée.

En présence de Nabih Berry, qui plaide pour un gouvernement techno-politique, Hassane Diab a fait part de son attachement à la formation d’un cabinet épuré des partis. De sources informées, citées par notre correspondante Hoda Chedid, on indique que les deux hommes ont réussi à s’entendre sur une formule qui relève cependant davantage d’une opération de maquillage superficiel que d’une vraie solution. Il s’agit de former un gouvernement de spécialistes, conformément aux vœux exprimés par Michel Aoun à Bkerké, ce qui normalement devrait faciliter la naissance du gouvernement avant la fin de l’année, mardi prochain, mais à la condition que les groupes parlementaires qui ont désigné Hassane Diab à la présidence du Conseil et qui doivent accorder leur confiance à son équipe aient leur mot à dire dans le choix des ministres. On parle des groupes du Hezbollah, d’Amal, du CPL et de leurs alliés.La solution ainsi trouvée n’en est donc pas une, puisque les spécialistes choisis par M. Diab devraient obtenir la bénédiction de ces partis pour pouvoir gagner le titre de ministre. Ce dernier pourra-t-il annoncer la formation de son équipe avant mardi ? Rien n’est moins sûr, du moins pour le moment, d’autant que le Premier ministre désigné n’a toujours pas réussi à aplanir un autre obstacle de taille, qui empêche la formation de son équipe et qui s’exprime par la représentation sunnite. Aucune des personnalités sunnites approchées par Hassane Diab n’a accepté de faire partie de son gouvernement.

Celui-ci devrait compter 18 ministres : 4 maronites, 4 sunnites, 4 chiites, 2 grecs-orthodoxes, 1 grec-catholique, 1 druze, 1 Arménien et 1 représentant des minorités.


Lire aussi
Raï aux responsables politiques : Ne douchez pas les espoirs de la révolution

Hassane Diab : un baiser de Judas pour les étrennes ?par Antoine COURBAN

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

PPZZ58

S'agissant de ministres spécialistes pourquoi doivent-ils être affiliés à une religion?

DAMMOUS Hanna

l'histoire des nations est un éternel rêve des régimes autoritaires; l’Iran veut mettre la main sur la région. Le Liban le sera subtilement via un gouvernement légitime monochrome.
Au cours du cinquième siècle av. J.-C., les rois Cyrus II (555-529 av. J.-C.) et Darius Ier (521-485 av. J.-C.) conquièrent les territoires voisins de l'Iran : la Mésopotamie, Asie mineure dont les cités grecques qui sont installées sur les côtes, la Phénicie, la Palestine et l'Égypte.

Gebran Eid

ON CONTINUE À DISTRIBUER SUIVANT LES RELIGIONS EN PLUS. MAIS QUEL GOUVERNEMENT FANTOCHE QU'ON NOUS PRÉSENTE ! IL EST MORT -NÉ.

Citoyen

Celui-ci devrait compter 18 ministres : 4 maronites, 4 sunnites, 4 chiites, 2 grecs-orthodoxes, 1 grec-catholique, 1 druze, 1 Arménien et 1 représentant des minorités.
Il n'y a que le représentant des minorités qui serait indépendant. Tous les autres vont dépendre de leurs partis politiques. Et rebelote. Rien n'a changé et rien ne changera. C'est verrouillé.

Sissi zayyat

Le Aoun nous baratine en disant que Gebran aurait le droit de former le gouvernement puisqu'il représente le plus grand parti. Le Diab s'exécute puisque choisi par ce dernier et choisi des ministres maronites, grecs orthodoxes etc comme si la révolte n'existe pas ou comme s'ils répondaient à ses exigences alors que nous demandons exactement le contraire.
Des ministres neutres de toute confession ou parti mais capable de pouvoir juger les voleurs et redresser le pays.

Toujours pas compris?? Pourtant c'est clair.
A radoteur, radoteur et demi.
Le beaut père puis le gendre & Co.

On n'est pas sorti de l'auberge tant que ces deux là tiennent le pouvoir et refusent de faire des concessions pour ne pas froisser leurs alliés iraniens.

Irene Said

Sommes-nous un état avec un chef ?
Visiblement plus !

Par qui sommes-nous gouvernés ?
Par un gendre incontrôlable et ambitieux, agissant dans les coulisses !

Toutes les autres gesticulations, affirmations et promesses ne sont que du vent sans aucune valeur.
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TANT QU,IL Y A 4 MARONITES, 4 SUNNITES, 4 CHIITES ETC... C,EST UN GOUVERNEMENT CONFESSIONNEL ET NON BASE SUR LES MERITES ET SURTOUT QU,IL FAUT L,AVAL DES PARTIS POLITIQUES. GEBRAN BASSIL CHOISIT ET NOMME EN LES IMPOSANT AU P.M. DIAB. LA CONTESTATION REFUSE UN TEL GOUVERNEMENT ET LA COMMUNAUTE SUNNITE LE BOYCOTTE.
GOUVERNEMENT VOUE A L,ECHEC !

VIRAGE CONTRÔLÉ

S'il faut à chaque étape rendre les choses de plus en plus dures on y arrivera jamais.

HABIBI FRANCAIS

Le seul point positif d un possible giuvernement DIAB,c est qu il ne s agirait plus de ces ridicules giuvernements de coalition ou tous se partagent le gateau quelque soit le vainqueur des elections.....le 8 mars ayant gagne les dernieres legislatives,c est ce dernier qui doit gouverner seul ....et assumer tous les risques,repondre aux exigences de la rue.

Gros Gnon

"... [Le nouveau gouvernement] devrait compter 18 ministres : 4 maronites, 4 sunnites, 4 chiites, 2 grecs-orthodoxes, 1 grec-catholique, 1 druze, 1 Arménien et 1 représentant des minorités. ..."

Bon sang, mais ils n'ont rien compris!

P.A.S. D.E. C.O.N.F.E.S.S.I.O.N.A.L.I.S.M.E. nom d'une pipe!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants