Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Affaire Hadi Hobeiche-Ghada Aoun : Hoda Salloum toujours détenue malgré une décision de remise en liberté

L'avocat de la directrice générale du département du trafic routier a demandé que la procureure générale du Mont-Liban soit dessaisie de ce dossier.

La directrice générale du département du trafic routier, Hoda Salloum. Photo Ani

La directrice générale du département du trafic routier, Hoda Salloum, poursuivie pour corruption par la procureure générale du Mont-Liban, Ghada Aoun, était toujours détenue lundi malgré la ratification par la chambre d'accusation de Beyrouth de la décision du premier juge d’instruction de Beyrouth, Georges Rizk, de la remettre en liberté sous caution d’élection de domicile.

Vendredi dernier, le juge avait décidé de relâcher Mme Salloum, mais la juge Aoun avait rejeté cette décision et maintenu la directrice générale en état d’arrestation, engageant de nouvelles poursuites pour enrichissement illicite et pots-de-vin.

Les poursuites engagées par Ghada Aoun contre Mme Salloum étaient basées sur une note d’information déposée par l’avocat Wadih Akl sous les chefs d’accusation de pots-de vin, faux et usage de faux, dilapidation de fonds publics et enrichissement illicite.

Après cette décision de la chambre d'accusation, présidée par le juge Maher Cheaïto, l'avocat de Mme Salloum, le député Hadi Hobeiche, a déposé auprès de la Cour d'appel du Mont-Liban une demande visant à déssaisir la procureure générale du Mont-Liban du dossier de sa cliente. 

Plus tôt dans la journée, Mme Salloum avait attaqué en justice la juge Aoun, reprochant à cette dernière d'avoir ordonné son arrestation afin de faciliter son remplacement par une personnalité affiliée à une autre formation politique. La plainte lancée contre Ghada Aoun a été déposée par Hadi Hobeiche. 

Celui-ci s'est dit en soirée disposé à respecter les décisions qui seront prises par l'Ordre des avocats au Liban-Nord. "Après mes déclarations sur le respect de la justice et compte tenu de la position réfléchie du Conseil supérieur de la magistrature, j'exprime ma fierté d'appartenir à l'Ordre des avocats de Tripoli, avec Mohammad Mrad à sa tête, et ma disposition à respecter toutes ses décisions", a-t-il indiqué sur son compte Twitter. 

Jeudi dernier, Mohammad Mrad s'était entretenu avec le président du CSM, suite à la demande de ce dernier de prendre toutes les mesures nécessaires pour lancer des poursuites contre le député Hobeiche. Selon des informations de la LBC, le bâtonnier devait convoquer une réunion du Conseil de l'Ordre afin d'étudier cette requête du CSM.

Dimanche, Hadi Hobeiche avait dénoncé lors d'une conférence de presse "un dossier monté de toute pièce" contre la directrice générale. La semaine dernière, après l'annonce de l'arrestation de Mme Salloum, le député Hobeiche avait fait irruption dans le bureau de Ghada Aoun, qu'il avait accusée de corruption et de "comportement milicien", n'hésitant pas à lui demander vertement si elle assumait bien ses fonctions ou si elle tenait plutôt "une maison close".

Suite à cette affaire, Mme Aoun et M. Hobeiche s'étaient mutuellement attaqués en justice. Mme Aoun a déposé plainte contre le député auprès du parquet de Cassation pour diffamation et atteinte à sa personne, sachant que le code pénal punit de six mois à trois ans de prison toute violence ou voie de fait contre un magistrat dans l’exercice de ses fonctions. M. Hobeiche a déposé de son côté une plainte contre la juge pour le même grief de diffamation ainsi que pour humiliation. Vendredi également, le procureur général près la cour d’appel de Beyrouth, le juge Ziad Abi Haïdar, a déposé plainte contre le député. M. Hobeiche ne s’est pas présenté devant la justice, et c’est son avocat, Marwan Daher, qui a remis au nom de son client ses conclusions concernant la plainte en diffamation déposée contre lui par la juge Aoun au procureur général près la cour de Cassation, Ghassan Oueidate. Hadi Hobeiche conteste le délit en flagrance et affirme qu’il jouit d’une immunité parlementaire.


Lire aussi

L’intrusion brutale du député, un défi pour la justice

Le sursaut judiciaire semble indissociable de la crise politique


Pour mémoire
Le torchon brûle entre le parquet de cassation et la procureure d’appel du Mont-Liban

La lutte contre l’enrichissement illicite est-elle possible sans une refonte du système judiciaire ?


La directrice générale du département du trafic routier, Hoda Salloum, poursuivie pour corruption par la procureure générale du Mont-Liban, Ghada Aoun, était toujours détenue lundi malgré la ratification par la chambre d'accusation de Beyrouth de la décision du premier juge d’instruction de Beyrouth, Georges Rizk, de la remettre en liberté sous caution d’élection de...

commentaires (3)

Courage a Hoda, une grande dame qui paie de sa liberte les divergences politiques

Bechara Maurice

11 h 26, le 17 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Courage a Hoda, une grande dame qui paie de sa liberte les divergences politiques

    Bechara Maurice

    11 h 26, le 17 décembre 2019

  • Toute preuves et absence de preuves sont compliquées dans ce pays. Comme s'il y avait un blanc dans la loi. Les choses changeraient un jour?

    Citoyen

    18 h 36, le 16 décembre 2019

  • MERCI MESSIEURS/DAMES POUR CE CIRQUE! IL TOMBE A POINT PAR CES TEMPS MOROSES.

    Georges Breidy

    17 h 22, le 16 décembre 2019

Retour en haut