Etats-unis

Nouvelles sanctions US contre deux hommes d’affaires libanais accusés de financer le Hezbollah

Nazem Saïd Ahmad, basé au Liban, et Saleh Assi, basé en RDC, auraient convoyé des millions de dollars au parti, selon l’administration américaine.



Trois Libanais sont dans le collimateur de l'organisme de contrôle financier, dépendant du département du Trésor américain (Ofac) pour financement du Hezbollah.

L’administration Trump a annoncé hier de nouvelles sanctions contre deux hommes d’affaires libanais, l’un basé au pays du Cèdre et se livrant au commerce de diamants, l’autre en République démocratique du Congo, pour blanchiment d’argent au profit du Hezbollah. Selon un communiqué l’OFAC (organisme de contrôle financier, dépendant du département du Trésor américain), les deux hommes d’affaires, Nazem Saïd Ahmad et Saleh Assi, ont convoyé des millions de dollars au Hezbollah, via notamment des opérations de blanchiment d’argent à travers le commerce de diamants en Afrique et le marché de l’art. Un troisième homme, Tony Saab, également visé par les sanctions et basé au Liban, est un comptable de M. Assi.

« Le Hezbollah continue d’utiliser des entreprises en apparence légitimes en tant que façade pour lever et blanchir des fonds dans des pays comme la République démocratique du Congo (RDC) où il peut user de la corruption et de connexions politiques pour s’assurer des accès injustes aux marchés et procéder à de l’évasion fiscale », a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Il a affirmé que Nazem Said Ahmad et Saleh Assi « ont eu recours à des processus de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale pour financer des complots terroristes et financer leurs styles de vie luxueux alors que le peuple libanais souffre ».

Nazem Said Ahmad, basé au Liban et impliqué dans le commerce de diamants, selon le communiqué de l’OFAC, est l’un « des plus importants bailleurs de fonds du Hezbollah ». Ses revenus sont liés, selon l’OFAC, « à ses relations de longue date avec le business des diamants de la guerre ».

« Ahmad a assisté, soutenu et fourni une aide financière, matérielle et technologique, en biens et des services, au Hezbollah », affirme le rapport de l’OFAC.

M. Ahmad, l’un des plus grands collectionneurs d’art au Liban, et qui gérait par le passé des affaires en Belgique, est dans le collimateur des Américains depuis 2016. Par le passé, il a été suspecté d’avoir acheté des terrains, au Liban, dans le cadre d’opérations financées par des proches de membres du Hezbollah. À l’époque, M. Ahmad avait rejeté ces accusations rapportées, notamment, dans la presse américaine.



(Pour mémoire : « Les sanctions US frapperont aussi les alliés du Hezbollah »)


Picasso et Warhol
Selon l’OFAC « le Hezbollah utilise Ahmad et ses compagnies pour blanchir de vastes montants d’argent ». « Ahmad a une vaste collection d’art estimée à des dizaines de millions de dollars, comprenant des œuvres de Picasso et d’Andy Warhol, dont plusieurs sont exposées dans sa galerie (la galerie Artual, gérée par sa fille Hind, NDLR) et son penthouse à Beyrouth ». L’OFAC accuse également Ahmad d’évasion fiscale.

Onze entreprises dont il est le propriétaire, l’actionnaire ou le dirigeant, sont désormais ciblées par des sanctions américaines.

Quant à Saleh Assi, basé en RDC, il est accusé par l’OFAC d’avoir blanchi de l’argent « à travers le business lié aux diamants de Ahmad ». Le communiqué accuse également Assi d’avoir fourni une aide matérielle et un soutien financier à Adham Tabaja, considéré comme l’un des grands bailleurs de fonds du parti pro-iranien.

En avril, le département d’État américain avait offert des récompenses allant jusqu’à 10 millions de dollars à toute personne susceptible de fournir des informations sur les mécanismes de financement du Hezbollah et nommément identifié trois des grands bailleurs de fonds du parti : Adham Tabaja, qui mènerait des transactions pour le compte du parti au Moyen-Orient et en Afrique de l’Ouest, Mohammad Ibrahim Bazzi, financier-clé du Hezbollah qui a des activités professionnelles en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, et Ali Youssef Charara, qui a des intérêts professionnels importants dans le secteur des télécoms en Afrique de l’Ouest.

Selon l’OFAC, en contrepartie de son soutien financier, Assi bénéficiait de l’aide du Hezbollah sur des dossiers légaux et commerciaux. « Assi et ses compagnies sont également engagées dans des affaires d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent en RDC », dont les bénéfices sont transférés au Liban.

Également dans le collimateur de l’OFAC, Tony Saab, basé au Liban, est un comptable lié à Assi. À ce titre, il est accusé par l’OFAC d’avoir aidé matériellement, sponsorisé et fourni une aide financière, matérielle ou technologique, en biens et services, à Assi.

Interrogé sur ces sanctions par la chaîne al-Arabiya, le secrétaire d'État adjoint aux Affaires du Proche-Orient, David Schenker, a affirmé que « des personnes de toutes les confessions et religions sont impliquées dans le financement du Hezbollah et toutes ces personnes seront exposées à des sanctions ». ll a souligné que le parti chiite « a provoqué des problèmes économiques au Liban ». Dans la soirée, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a écrit sur son compte Twitter : « Nous nous tenons aux côtés du peuple libanais dans son combat contre la corruption et le terrorisme ». « Aujourd'hui, nous avons désigné deux importants hommes d'affaires libanais dont les activités financières illicites soutenaient le Hezbollah, a-t-il ajouté. Nous continuerons à utiliser tous les outils à notre disposition pour faire face à la menace que représente le Hezbollah ».


Pour mémoire
Feu vert pour la liquidation de Jammal Trust Bank

Les sanctions US contre le Hezbollah « touchent tout le Liban », déplore Berry

Quatre importants cadres du Hezbollah visés par des sanctions américaines



L’administration Trump a annoncé hier de nouvelles sanctions contre deux hommes d’affaires libanais, l’un basé au pays du Cèdre et se livrant au commerce de diamants, l’autre en République démocratique du Congo, pour blanchiment d’argent au profit du Hezbollah. Selon un communiqué l’OFAC (organisme de contrôle financier, dépendant du département du Trésor ...

commentaires (3)

Heureusement que nous avons les Almeria ains et leurs alliés pour mettre à nu ces hypocrites qui se cachent derrière leur petit doigt en menaçant tous les patriotes et les accusant de tous les maux. Y compris de traitres alors que les seuls traitres à notre pays sont ces mercenaires iraniens qui nous pourrissent la vie.

Sissi zayyat

23 h 48, le 13 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Heureusement que nous avons les Almeria ains et leurs alliés pour mettre à nu ces hypocrites qui se cachent derrière leur petit doigt en menaçant tous les patriotes et les accusant de tous les maux. Y compris de traitres alors que les seuls traitres à notre pays sont ces mercenaires iraniens qui nous pourrissent la vie.

    Sissi zayyat

    23 h 48, le 13 décembre 2019

  • Et il continue de la l ramener comme si quelqu’un faisait cas de ses opinions. En claire on s’en fout royalement de ce que le HN et le HB pensent tout ce que veûent les libanais c’est qu'ils rentrent chez eux en Iran et qu’ils nous foutent la paix. Le Liban n’est pas leur nation et encore moins leur cachette pour continuer leurs transactions de blanchiment d’argent tout en jouant aux vierges effarouchées pouvoir mener leurs actions terroristes menés depuis notre sol libanais cachés derrière les libanais pour mieux nous anéantir. FINI. LE TRMP OU ON SACRIFIE NE SERAIT CE QU’NE GOUTTE DE SANG LIBANAIS POUR L’INTERET D’UN PAYS ÉTRANGER. VOUS ÊTES MAUDIS ET BOUS DEBEZ CHOISIR DE VIVRE COMME SIMPLES VITOYENS AU LIBAN OU DÉGAGER ET MENER LA GUERRE QUI VOUS CHANTE MAIS PAS AU NOM DES LIBANAIS ET JHORS DE SON SOL.

    Sissi zayyat

    23 h 25, le 13 décembre 2019

  • DES SANCTIONS INEFFICACES. LE FINANCEMENT CONTINUANT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 59, le 13 décembre 2019