X

À La Une

Samy Gemayel propose Nawaf Salam pour le poste de Premier ministre

Liban

"D’autres noms seront les bienvenus. Nous ne sommes même pas sûrs que Nawaf Salam veut devenir chef du gouvernement, mais c’est ce profil de personne qu'il nous faut", précise le chef des Kataëb.

OLJ
08/12/2019

Le chef des Kataëb Samy Gemayel a proposé dimanche que Nawaf Salam, l’ancien ambassadeur du Liban aux Nations Unies, actuellement juge à la Cour internationale de justice, devienne le futur chef du gouvernement, après que l'homme d'affaires Samir Khatib, jusque-là donné favori pour le poste de Premier ministre, se soit récusé.

"Avons-nous des noms ? Oui. Et nous allons vous en donner un aujourd’hui, que nous mettons entre les mains du peuple. C’est celui de Nawaf Salam", a déclaré M. Gemayel lors d'une conférence de presse. 

"Nous ne le connaissons pas, nous ne l’avons pas contacté, et peut-être même qu'il ne veut pas devenir Premier ministre. Mais pourquoi nous proposons son nom ? Il est indépendant, il était l'ambassadeur du Liban à l’ONU, et lorsque le Liban avait présidé Conseil de sécurité, il a géré la situation alors que le pays était sans président. Il est passé par les universités de Harvard, de la Sorbonne, il est professeur à l'AUB, il a de l’expérience dans le domaine diplomatique, il est juge à la CIJ". "D’autres noms seront les bienvenus. Nous ne sommes pas sûrs que Nawaf Salam veuille devenir Premier ministre, mais c’est ce profil de personne qu'il nous faut". "C’est l’occasion de notre vie de rebâtir un pays", a ajouté le chef des Kataëb. 

Le Premier ministre sortant, Saad Hariri avait suggéré le nom de Nawaf Salam qui a été totalement rejeté par le tandem chiite aussi bien que par le Courant patriotique libre. 


(Lire aussi : Samir Khatib a-t-il les qualités pour présider un gouvernement ?)


"Vous ne comprenez pas ? Vous ne voyez pas ?", a-t-il lancé à la classe politique. "Vous ne voyez pas que chaque jour il y a un suicide ? Vous pouvez répondre à la volonté des gens. La décision vous appartient. Vous pouvez former un gouvernement en une semaine. Ou, vous pouvez garder le pays dans la misère. Vous en seriez responsables", a-t-il martelé. 

"Nous nous sommes demandé si nous devons nous rendre à Baabda ou pas, et comme votre plan (pour la formation du gouvernement) à lamentablement échoué, nous allons y aller. Mais ne pensez pas à reporter les délais, a-t-il mis en garde.  Vous n’avez pas encore compris que les gens sont dégoûtés par vos manigances ? Nous voulons un chef de gouvernement indépendant, capable de gérer cette situation". 

Quelques heures plus tard, Baabda a annoncé que les consultations parlementaires contraignantes qui devaient avoir lieu lundi ont été reportées au lundi d'après, soit le 16 décembre 2019.


La contestation a entraîné la démission le 29 octobre de Saad Hariri, mais le chef de l’État Michel Aoun était réticent à lancer dans la foulée les consultations parlementaires pour désigner un nouveau chef de gouvernement, conformément à la Constitution. Le président souhaitait en effet préparer une "formule" gouvernementale convenant aux différentes parties avant la nomination d'un Premier ministre, afin d'accélérer la formation du futur cabinet. Ces discussions entre les principales formations politiques semblaient progresser dans le sens d’une équipe techno-politique dirigée par l'homme d'affaires Samir el-Khatib, une option qui ne va pas du tout dans le sens de ce que réclament les manifestants. Ces derniers exigent un cabinet de spécialistes indépendants, jusqu'à ce que M. Khatib ait annoncé dimanche qu'il se retirait de la course.


Lire aussi

La révolte libanaise devra se faire révolution ou mourir, le commentaire d'Albert Kostanian

Trois propositions pour consolider les acquis de la révolution, le commente de Karim Daher

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Mona Joujou Dfouni

Oui que le peuple forme le gouvernement et renvoie tous ces voleurs pour les juger ensuite et récupérer tout l'argent du pays.N' hésitez plus ils sont sourds et malveillants tous yihni tous??????

Remy Martin

Si Nawaf Salam est rejeté par le tandem vendu, c'est qu'il a toutes les qualifications requises pour occuper le poste de chef du gouvernement salvateur.

Sissi zayyat

Nous n'avons plus le choix. Puisque ce president, gendre et acolytes nous mènent en barque et ne respectent ni la constitution ni le peuple. Barrons-leur la route et qu'un gouvernement soit nommé sans leur présence mi leur approbation avec une majorité.
Je suis sûre que les pantins qui restent pendus à leurs lèvres en espérant récupérer un poste ou un ministère viendront en catimini voter contre eux.
Ainsi nous sauverons le Liban et les lbanais de tous les complots qu'ils sont en train de fomenter contre notre pays.
Le monde entier sera derrière nous puisqu'il est évident que le president et ses partenaires ne bougent pas une oreille pour régler le problème, bien au contraire ils essaient de le pousser tous les jours un peu plus pour toucher le dons de l'abîme.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL EST REJETE PAR LE TANDEM CHIITE CAR IL AVAIT PRIS DES POSITIONS NATIONALES AUX NATIONS UNIES.

Irene Said

Les consultations contraignantes reportées au lundi 16 décembre...?
Parions que d'ici là beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts...et qu'ils inventeront une nouvelle combine à la libanaise pour un nouveau report !
Que le Liban s'enfonce chaque jour un peu plus dans le néant ne les concerne pas...eux les "président, et chefs de"...!!!
Leurs réserves de dollars sont bien à l'abri, leurs salaires et avantages assurés !
Le petit peuple...il n'a qu'à se débrouiller pour survivre, n'est-ce pas !?
Irène Saïd

Ô Liban

Nawaf Salam ou un profil similaire.

Gebran Eid

AH ? NAWAF SALAM EST REJETÉ PAR BERRI ET NASRALLAH...OUUUUUUF ÇA VAUT DIRE QUE C'EST UN HOMME LIBRE, C'EST UN BON. IL VOULAIENT UNE MARIONNETTE COMME D'HABITUDE...ILS LACHENT PAS LE MORCEAU. ILS VEULENT CONTINUER À GOUVERNER LE LIBAN VIA AOUN ET BASSIL ET L'ENFANT GATÉ HARIRI EST LÀ À OBSERVER CE QUI SE PASSE SANS RIEN COMPRENDRE. LA GROSSE VAGUE ARRIVE EN TSUNAMIE.

Bery tus

wow jolie mr Gemayel !!

Aboumatta

Bravo !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants