X

Économie

Les prix des médicaments baisseront en principe dès le 15 décembre

Commerce
P.H.B. | OLJ
06/12/2019
Le ministre sortant de la Santé, Jamil Jabak (Hezbollah), a annoncé hier lors d’un entretien télévisé que les prix des médicaments baisseraient bientôt de « 25 % à 30 % » suite à l’adoption d’un « nouveau mécanisme » de fixation des prix pour ce type de produits se basant sur les prix dans les pays d’origine et sur une moyenne du prix de chaque produit dans quatorze pays voisins du Liban. Selon la présidente du syndicat représentant l’industrie pharmaceutique locale, Carole Abi Karam, cette baisse est en principe programmée pour le 15 décembre et touche une large série de produits, principalement importés.

« Le mécanisme de fixation des prix en vigueur a été lancé par un décret de 2005 (n° 306) qui a été amendé à de nombreuses reprises depuis. Dans sa version actuelle, il prévoit notamment de répercuter les baisses de prix dans les pays dans lesquels ils sont fabriqués, entre autres modalités », expose la présidente du syndicat. Les tarifs au Liban sont fixés en fonction du prix franco de bord (FOB pour Free on Board) ou coût, assurance et fret (CIF, Cost Insurance Freight), auxquels s’ajoutent des pourcentages correspondant aux marges des distributeurs et des pharmaciens. « Ces produits ne sont pas soumis à la TVA », rappelle Carole Abi Karam.

Elle confirme en outre la deuxième annonce du ministre concernant la mise en place prochaine d’une nouvelle mise à jour du décret 306 sur laquelle le ministère et les acteurs du secteur planchent depuis cinq mois. « Le texte a été finalisé il y a quelques jours mais ne devrait pas être adopté par le ministère avant le 15 décembre », précise encore Carole Abi Karam, sans fournir plus de détails. Le ministre a lui évoqué un « grand projet » inédit au Liban, qui avait permis « d’annuler les monopoles » dans cette filière.

Jamil Jabak a en outre déploré le fait que le pays du Cèdre importe tout son matériel médical « jusqu’au fil utilisé pour les sutures », insistant sur l’importance de soutenir l’industrie médicale locale et la consommation de produits fabriqués au Liban. Des propos qui surviennent alors que les importateurs de médicaments, ceux qui en fabriquent ou encore les distributeurs de matériel médical dénoncent l’impact des restrictions bancaires et de la baisse de la quantité de dollars sur le marché depuis la fin de l’été sur leur capacité à continuer d’alimenter le marché libanais.



Lire aussi 

Importations médicales : le ministre de la Santé tire à son tour la sonnette d'alarme

Les importateurs de matériel dentaire montent eux aussi au créneau

Jabak : Si la situation perdure, nous nous dirigeons vers une catastrophe sanitaire et sociale

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants