Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La Mode

« Portu », la collection grunge chic de Hussein Bazaza

Artiste pluritalentueux, Hussein Bazaza lance une collection singulière dont la création a été confiée à « Portu », son ami imaginaire. Cette « persona », dit-il, lui a toujours été nécessaire pour libérer ses démons, dépasser ses blocages et donner libre cours à sa « rébellion ».

Né à Beyrouth, Hussein Bazaza a fait ses études à Esmod dont il est sorti lauréat du prix « Stylisme ». Il a suivi ses premières formations chez Rabih Kayrouz et Élie Saab avant d’être sélectionné par Starch, l’incubateur de créateurs cofondé par Rabih Kayrouz et Tala Hajjar dans le cadre duquel il lance son label et sa première collection. Il a 23 ans à peine quand il ouvre son atelier et son showroom. L’année suivante, en 2013, il reçoit le prestigieux prix Elle Style du meilleur créateur émergent du Moyen-Orient, sélectionné par 44 rédacteurs internationaux du magazine Elle. En 2015, il remporte également le trophée Fashion Awards du meilleur créateur émergent du Moyen-Orient, doublé d’une nomination au prix Who’s Next ? Dubaï. En 2018, il figure dans la sélection « 30 under 30 » de la liste Forbes Moyen-Orient. En 2019, il est finaliste de la première édition du concours Fashion Trust Arabia.

Sous son logo formé de symboles chimiques, le jeune créateur annonce déjà l’identité expérimentale de sa griffe et dévoile son côté savant fou. Adepte d’une mode « qui a une âme », son plaisir à prendre les tendances à rebrousse-poil n’a d’égal que sa jubilation à jongler avec les patrons, les volumes, l’architecture, la gravité et le télescopage des couleurs et des imprimés. Dès sa première collection « Lili », du nom d’un virus informatique sorti de son imagination et qui aurait infecté la mémoire humaine et en aurait effacé tout souvenir et toute émotion, il s’amuse à se mettre en danger avec le concept de la table rase. Sa collection « Hellène », livrée en novembre 2018, met en scène, entre cinéma et couture, une femme, Hellène, qui a naguère possédé un hôtel fréquenté par de sublimes créatures qu’elle observait avec une admiration teintée d’envie. Tant et si bien qu’elle a fini par prendre à chacune de ses clientes le meilleur de son anatomie, espérant ainsi créer à partir de ces éléments la beauté idéale. Ce prénom, à cet égard, n’est pas étranger à la recherche consacrée aux canons esthétiques dans l’Antiquité grecque.

L’ami Portu

Narrateur avant tout – on l’aura compris –, ne se servant de ses multiples talents (photographie et illustration, entre autres) que pour donner forme et corps à ses rêves, Hussein Bazaza dédie donc sa nouvelle collection à son ami imaginaire, « Portu ». Il y met en avant l’expérience créative et les processus de tâtonnement qui conduisent au résultat final. L’ami Portu est ainsi mis à contribution pour mélanger les genres, brouiller les pistes, oser les combinaisons les plus folles et faire triompher les associations incongrues à travers des créations hétéroclites obéissant au final à une esthétique cohérente. L’expérimentation créative avec de nouveaux tissus a été transformée en un mélange de prêt-à-porter et de couture. Côté palette, un lilas soutenu se démarque en jouant les couleurs primaires à côté d’une palette où se juxtaposent le marine, le beige, le noir, le prune et l’orange. Les imprimés empruntent leurs formes aux cellules et tissus nerveux du cerveau quand celui-ci est sollicité par la réflexion et l’imagination. Les silhouettes structurées et grungy sont également soulignées et contrastent fortement avec d’autres pièces délicates et fluides. La récurrence du motif floral propose une vision décalée de ce classique romantique à travers une vision hivernale d’épines incrustées d’argent ajoutées aux tiges. Une autre technique privilégiée cette saison est l’éclatement de la couleur brodée main sous forme de griffonnages esquissés sur des jupes et des robes évocatrices de ces années scolaires où Bazaza affirme que sa créativité a pris source à travers les chemins buissonniers des cancres magnifiques.


Né à Beyrouth, Hussein Bazaza a fait ses études à Esmod dont il est sorti lauréat du prix « Stylisme ». Il a suivi ses premières formations chez Rabih Kayrouz et Élie Saab avant d’être sélectionné par Starch, l’incubateur de créateurs cofondé par Rabih Kayrouz et Tala Hajjar dans le cadre duquel il lance son label et sa première collection. Il a 23 ans à peine quand...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut