Liban

Quand les Libanais commentent avec humour le mouvement de contestation

Depuis le début des manifestations à travers le pays il y a six jours, blagues et clins d’œil inondent les réseaux sociaux.

"Vous ne rencontrerez jamais de peuple déprimé si joyeux", peut-on lire sur cette pancarte brandie dans le centre-ville de Beyrouth, le 20 octobre 2019. AFP / Anwar AMRO

Les mouvements populaires, à travers le monde, donnent souvent lieu à des détournements et saillies humoristiques. Mais au pays du Cèdre, il semble que les Libanais aient un niveau assez exceptionnel de réactivité et une capacité impressionnante à faire de l'humour dans les situations les plus sombres. Depuis le début, il y a six jours, des manifestations massives contre la classe politique qui mobilisent tout le Liban, les réseaux sociaux sont inondés de petites blagues bien senties, typiques de l'humour résilient, irrévérencieux et délicieusement grinçant des Libanais.

Voici une sélection de certaines de ces saillies, qui disent quelque chose de cet état d'esprit particulier.


"Il te reste 50 heures"

Vendredi soir, au deuxième jour de la mobilisation de l'ensemble du pays contre la classe dirigeante après l'annonce, jeudi soir, d'une taxe sur les appels passés via la messagerie WhatsApp qui a finalement été annulée, le Premier ministre Saad Hariri fixe un ultimatum de 72 heures aux membres de son gouvernement pour approuver son plan de réformes économiques.

Le lendemain, un message est posté à 14h09 sur le compte Twitter officiel de M. Hariri dans lequel le chef du gouvernement rend hommage à l'ancien chef des services de renseignement des Forces de sécurité intérieure, Wissam Hassan, assassiné le 19 octobre 2012, il y a exactement sept ans.

Un utilisateur de Twitter, répondant au nom d'Amen, lui répond : "Qu'est-ce que tu fais là ? Va travailler, il te reste seulement 50 heures environ. Arrête les distractions sur Twitter. Vas-y !"



"Tous, même ma femme !"

Le week-end dernier, les manifestations prennent de l'ampleur dans l'ensemble du pays. Les protestataires scandent "Tous, ça veut dire tous!", en référence à l'ensemble de classe politique dont ils réclament la démission . Un slogan détourné avec humour. Lors d'une manifestation, un protestataire lance : "Tous, ça veut dire tous, y compris ma femme".



Dans le même état d'esprit, le message ci-dessous dit : "Au bout de quatre jours, je suis toujours assis avec ma femme à la maison" avec un smiley en pleurs. "Non à la révolution, oui à la corruption", conclut ce message. 



"Mondial 2022 à Beyrouth"

Lundi, à l'issue de son ultimatum, Saad Hariri a annoncé un ambitieux plan de réformes et certaines mesures spectaculaires, considérées comme inenvisageables sans la pression de la rue. 

"Si on leur avait donné 24 heures de plus, ils auraient pu obtenir l'organisation du Mondial 2022 à Beyrouth", dit ce message.


"Delivery"

Lundi soir, des dizaines de personnes circulant à mobylette et brandissant des drapeaux du Hezbollah et du mouvement Amal, ont tenté de pénétrer dans le centre-ville de Beyrouth, centre névralgique de la contestation. Très vite, les deux formations du tandem chiite ont nié toute implication dans ce défilé, stoppé par l'armée libanaise rue Monnot.

"Tout le monde dément toute relation avec les mobylettes. Serait-il possible qu'il se soit agi d'une énorme commande de livraison à domicile ?" dit le message ci-dessous.




"Monsieur le président, si vous m'entendez"

Depuis le début des mobilisations de la rue, le président Michel Aoun, dont le mandat a débuté en octobre 2016, est sévèrement remis en cause par les manifestants. S'il a présidé lundi le Conseil des ministres, M. Aoun n'a toujours pas pris la parole depuis le début du mouvement. Au point que des rumeurs ont circulé ces dernières heures sur le décès du chef de l’État.

"Monsieur le président, si vous nous entendez, bougez un doigt", dit ce message.


"On ne t'a pas oubliée"

Le 30 septembre dernier, le New York Times publiait un article selon lequel Saad Hariri a donné plus de 16 millions de dollars, à titre de cadeaux, à une mannequin sud-africaine, Candice Van der Merwe, avec qui il aurait entretenu une relation il y a plusieurs années dans un complexe hôtelier de luxe aux Seychelles.

"Toi, on ne t'a pas oubliée. On veut les 16 millions", dit ce message accompagnant la photo de la top-model, alors que les manifestants réclament le "recouvrement de l'argent volé" par les dirigeants politiques.



Tourisme

"Vous comptiez visiter le Liban. Attendez ! Il est en construction. Nous vous informerons quand il sera propre", est-il écrit sur cette carte.



Bien sûr, le célèbre Karl Sharro, alias KarlreMarks sur Twitter, est de la partie



Les dirigeants libanais réagissant aux manifestations


Ceci n'est, ben sûr, qu'un échantillon de la créativité et de l'humour des Libanais...



Les mouvements populaires, à travers le monde, donnent souvent lieu à des détournements et saillies humoristiques. Mais au pays du Cèdre, il semble que les Libanais aient un niveau assez exceptionnel de réactivité et une capacité impressionnante à faire de l'humour dans les situations les plus sombres. Depuis le début, il y a six jours, des manifestations massives contre la classe...

commentaires (4)

Je crois qu'il faudra prendre une décision très sage : Fermer le whatsapp jusqu'à nouvel ordre, ça calmera tout le monde

Chucri Abboud

22 h 10, le 22 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Je crois qu'il faudra prendre une décision très sage : Fermer le whatsapp jusqu'à nouvel ordre, ça calmera tout le monde

    Chucri Abboud

    22 h 10, le 22 octobre 2019

  • le barbus terré dans son bunker a manger du meme pain tout en pronant etre pour les opprimés (LOOLL). Ce qui frappe le plus, c'est les video d'ex-supporter du Hezbollah disant leurs deception de Nasrallah et leurs colere vis a vis des deputés du hezb. Kellon yaane Kellon, le peuple ne ne contentera de rien de moins que ça, bunker ou pas

    Thawra-LB

    19 h 06, le 22 octobre 2019

  • Il ne faut pas oublier que si démission il y a certains sortiront plus pauvres qu ‘ils n’ y sont rentrés

    PHENICIA

    16 h 58, le 22 octobre 2019

  • Wallah mich kelloun abadann Mich kelloun. Seuls les voleurs et les pilleurs de l'état libanais devront rendre des comptes . CERTAINS N'ONT PAS MANGÉ DE CE PAIN LÀ. SON NOM EST ÉVIDENT ET RESSORT DANS LES CONSCIENCES COLLECTIVES IL NE POSSÈDE RIEN N'A JAMAIS GÉRÉ DANS LES CAISSES DE L'ÉTAT ET SE CACHE DANS UN BUNKER , À QUOI LUI SERVIRAIT DE S'EN FOUTRE PLEIN LES POCHES?

    FRIK-A-FRAK

    16 h 35, le 22 octobre 2019