Scrutin scruté

Fallait quand même creuser profond dans les dernières élections universitaires pour dégager ne serait-ce qu’une pensée, un frémissement d’idée sur l’organisation de la vie estudiantine, les programmes académiques, l’insertion professionnelle…

Société arriérée oblige, tout tournait autour du caniveau de la politique locale et des guignols qui la pilotent. Au point que les étudiants ne faisaient plus la distinction entre les vieux débris qui paradent aux heures de grande écoute à la télé et les jeunes candidats censés représenter leurs intérêts dans l’enseignement supérieur.

Dans quel cloaque sommes-nous donc tombés pour qu’à chaque scrutin universitaire, au détour d’une assemblée d’étudiants ou à l’abri d’un préau, faudra maintenant deviner à l’avance si le candidat s’oppose à la gesticulation du Hezbollah en faisant le signe de la croix, ou s’il veut récupérer les fermes de Chebaa en psalmodiant des versets du Coran. S’il tresse des lauriers au Basileus hilare, ou s’il assure le service après-vente du Futuroscope mou du genou.

Monter des listes électorales sur la seule base de l’affiliation au fan club de l’un ou l’autre des bouffons de la politique, se mêler de savoir si le résultat de la consultation colle à la stratégie débile mitonnée par le barbu, le moustachu ou l’imberbe du cru, entortiller un corps estudiantin tout entier dans une rhétorique absconse d’où sont allègrement zappés les problèmes strictement universitaires, tout cela confine parfois au délire…

D’ailleurs, pour continuer à singer leurs aînés politiques qu’ils admirent tant, ne voilà-t-il pas que les étudiants ont sauté à pieds joints sur ce concept très libanais consistant à : un, participer aux élections ; deux, ne pas en admettre les résultats ; trois, mettre en musique les chiffres selon les convenances de chacune des formations confessionnelles auprès desquelles ils broutent peu ou prou. Tant et si bien qu’au terme du scrutin, on ne sait plus trop bien qui a gagné les doigts dans le nez et lequel s’est étalé comme une crêpe.

Dieu que c’est bon de sentir qu’au Liban la relève du poker menteur est assurée !

gabynasr@lorientlejour.com


Fallait quand même creuser profond dans les dernières élections universitaires pour dégager ne serait-ce qu’une pensée, un frémissement d’idée sur l’organisation de la vie estudiantine, les programmes académiques, l’insertion professionnelle…

Société arriérée oblige, tout tournait autour du caniveau de la politique locale et des guignols qui la pilotent. Au point...

commentaires (6)

Depuis que le résidant dans une fosse profonde se mêle des élections universitaires, rien ne va plus. Il faudrait arrêter toutes les élections dans toutes les Universités. Elles n'ont plus aucune raison d'exister.

Honneur et Patrie

15 h 02, le 11 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Depuis que le résidant dans une fosse profonde se mêle des élections universitaires, rien ne va plus. Il faudrait arrêter toutes les élections dans toutes les Universités. Elles n'ont plus aucune raison d'exister.

    Honneur et Patrie

    15 h 02, le 11 octobre 2019

  • C'est quoi un mirage, maman ? CEDRE, Petrole, Gaz, Changements bénéfiques en-veux-tu-en-voilà, mon petit ...

    Remy Martin

    14 h 30, le 11 octobre 2019

  • Triste de voir nos universitaires ainsi investis dans ces mutations comme acteurs incontournables, en y jouant au nom de chaque parti politique de différents rôles. Ceci devra cesser .

    Antoine Sabbagha

    14 h 01, le 11 octobre 2019

  • Excellent article comme toujours d'ailleurs C'est triste de voir la nouvelle generation suivre au pas son ainee sauf a dire qu'ils ont compris tres tot que sans cela il resteront dans une misere profonde et ne serons jamais elu pour effectuer un vrai changement Angoissante verite que realiser que rien ne change et ne changera on peut juste dire PAUVRE LIBAN

    LA VERITE

    11 h 33, le 11 octobre 2019

  • Ça n'étonne pas. Les clans politico- communotaires sont partout et dans toute élection. On ne peut pas aspirer à un monde meilleur, car jusqu'à nouvel ordre , il semble lointin.

    Chahine

    06 h 22, le 11 octobre 2019

  • Le billet de Gaby est le seul que je lis de bout en bout en espérant toujours qu'il, par un miracle heureux, se rallonge sans jamais finir... Merci Gaby pour cette fashit él khél'é...

    Wlek Sanferlou

    04 h 06, le 11 octobre 2019