X

Liban

Crispation Hariri-Bassil

Politique
02/10/2019

Le Premier ministre, Saad Hariri, a décidé hier soir d’annuler la séance de dialogue entre le chef du Courant patriotique libre (CPL), le ministre Gebran Bassil, et des jeunes partisans du courant du Futur qui était prévue mercredi prochain. Ce dialogue devait, selon la lecture d’une source proche de la formation haririenne, d’une part introniser Gebran Bassil comme parrain du dialogue sunnito-chrétien, et rapprocher de l’autre le leader du courant du Futur de l’alliance des minorités chiito-chrétienne, représentée par le CPL et le Hezbollah.

La décision de Saad Hariri d’annuler ce dialogue peut être interprétée comme le signe d’une tension avec le CPL, qui avait commencé à se faire ressentir la semaine dernière et qui s’est cristallisée sur la crise économique et financière.

La mise en œuvre des résolutions de la Conférence de Paris d’avril 2018 attend que le cabinet entérine les réformes requises pour débloquer les fonds promis par les donateurs. Parmi celles-ci, deux réformes sont fondamentales mais ne font toujours pas l’unanimité au sein du gouvernement, du moins au niveau de la forme sous laquelle elles devraient être appliquées : la création des autorités de contrôle du secteur de l’énergie et la hausse des tarifs d’électricité parallèlement à une hausse progressive de la production.

La rencontre entre le président français, Emmanuel Macron, et Saad Hariri, il y a deux semaines à Paris, a confirmé l’appui de la France à la relance économique du pays. Elle a surtout été l’occasion de revoir les raisons du blocage des deux réformes requises par le programme CEDRE. Parmi ces raisons, une réticence du ministre Gebran Bassil – auquel est confié le dossier de l’Énergie – à les mettre en œuvre incessamment.

La hausse des tarifs est ouvertement contestée par le Hezbollah et le ministre Bassil en a suggéré le report jusqu’à la mi-2020, en dépit des conseils du diplomate français chargé de la mise en œuvre du programme CEDRE, Pierre Duquesne, lors de son passage au Liban en septembre dernier, de ne pas repousser la hausse des tarifs en vue de conserver la confiance des donateurs.

Pour ce qui est des autorités de contrôle, la création d’une autorité de régulation indépendante, devant se charger de l’organisation et du contrôle du secteur de l’électricité, fait l’objet d’une loi existante, non mise en œuvre, que le chef de l’État a pressé le président du Parlement d’amender pour en proroger l’application.


(Lire aussi : Des vagues dans le bainl'éditorial de Issa GORAIEB)


La rencontre du président français avec son homologue libanais Michel Aoun, en marge des travaux de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, a permis de rebondir sur l’entretien que le premier avait eu avec Saad Hariri à Paris deux semaines auparavant. De source politique indépendante proche du 14 Mars, Emmanuel Macron aurait échangé avec son interlocuteur libanais sur les raisons du blocage des réformes, sans en écarter la part de responsabilité du CPL. Cela n’a pas été sans éveiller le doute chez Michel Aoun sur ce que Saad Hariri aurait pu lui reprocher auprès du président français.

Résultat : au lendemain de la rencontre de New York, lors de la session parlementaire de mardi dernier, des députés du CPL ont attaqué le Premier ministre sur le terrain de ses prérogatives constitutionnelles, allant jusqu’à remettre en cause d’une manière inédite la qualité du Premier ministre à représenter le gouvernement. Deux jours plus tard, depuis le Canada, Gebran Bassil a tancé « ceux qui conspirent contre le pays et son économie nationale », tandis que Michel Aoun, avant même d’atterrir à Beyrouth, a fait savoir que le pays et son économie nationale « font face à des pressions extérieures ».

À la suite des manifestations dans la rue, une prise de position du chef de l’État selon laquelle « la solution serait dans la démission du cabinet » a circulé. Attribuée à des sources proches du palais présidentiel, elle a été démentie par Baabda, où Saad Hariri ne s’est pas rendu depuis le retour du président.


(Lire aussi : Manifestations : Baabda dénonce une campagne orchestrée)


Sachant que les fonds du programme CEDRE sont nécessaires pour faire face au péril économique que traverse le pays – selon des lectures politique et économique concordantes – l’absence de consensus au sein du cabinet autour des réformes requises met Saad Hariri dans une situation contradictoire : tout en étant prêt à mettre en œuvre ces réformes, il pourrait être le premier à devoir assumer la responsabilité de leur non-adoption, de l’échec des résolutions de la Conférence de Paris et de la crise économique conséquente. Si bien que se pose la question de savoir si, in fine, il ne serait pas utile pour lui de se prémunir d’une crise devant laquelle il est à court de moyens. Les manifestations de dimanche dernier, et les casseurs qui en ont surgi – affiliés aux Brigades de la résistance, selon deux sources politique et sécuritaire – ont rappelé que le risque d’une déstabilisation est réel, avec le concours du Hezbollah.

Cela sans compter que le prononcé du verdict dans le procès de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri contre les quatre accusés affiliés au parti chiite est attendu avant la fin de l’année (voire dans les deux prochaines semaines, selon des informations de presse).

L’option se poserait, y compris dans certaines chancelleries, d’une démission de Saad Hariri du gouvernement, afin de se prémunir au niveau politique en se dédouanant de toute responsabilité du fait des autres, à savoir le CPL et le Hezbollah. L’annulation du dialogue avec Gebran Bassil est-elle un premier pas dans ce sens ou seulement une mesure préventive avant le verdict du TSL ?


Lire aussi
Aoun dénonce des « pressions extérieures » sur l’économie locale

Face à la « théorie du complot » de Bassil, une volonté d’accalmie quasi généralisée

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Tout va mal politiquement et socialement et le comble nos chefs de tribus ne trouvent plus un terrain d'entente .

LA VERITE

Ce dialogue devait, selon la lecture d’une source proche de la formation haririenne, d’une part introniser Gebran Bassil comme parrain du dialogue sunnito-chrétien, et rapprocher de l’autre le leader du courant du Futur de l’alliance des minorités chiito-chrétienne, représentée par le CPL et le Hezbollah.

NON MONSIEUR LE PRESIDENT DU CPL
VOUS NE REPRESENTEZ PAS TOUS LES CHRETIENS DU LIBAN , ET LOIN DE LA . MEME VOS DEPUTES ET VOUS MEME ONT ETE ELU PAR LES VOIX DES SUNNITES OU CHIITES DE CE PAYS ET PAS PAR LA MAJORITE DES CHRETIENS

JAMAIS MR HARRIRI NE SE RAPPROCHERA DES ASSASSINS DE SON PERE OU VOUS LAISSERA ETRE LE PARRAIN UNIQUE D'UN RAPPROCHEMENT ENTRE LES SUNNITES ET LES CHRETIENS DU LIBAN SANS METTRE LES KATAEB, LE FL ET LES MARADA AU MEME PIED QUE VOUS

Honneur et Patrie

Un caporal qui tient tête à son colonel est renvoyé de l'armée immédiatement.
Un ministre qui tient tête à son chef du gouvernement doit être renvoyé du gouvernement illico. Un gouvernement sans discipline, ça n'existe pas !

Honneur et Patrie

Jean-Yves Le Drian est ministre français des Affaires étrangères, il ne s'occupe de rien d'autre.
Gebran Bassil est ministre des Affaires étrangères du Liban, il se mêle des affaires de tous les ministères du gouvernement sans aucune loi ou autorisation.
Pourquoi, le chef du gouvernement, ne mette-t-il pas un terme immédiatement à ce comportement illégalement dominateur ?

FAKHOURI

Tant que Bassil est dispose d'un ministère au gouvernement le Pm est incapable de gouverner
Comment S.Hariri accepte que le ministre des AE s'occupe du problème de l'électricité ou il a laissé -des catas lors de son passage dans ce ministère

LA VERITE

LE GENDRE , PAR SON COMPORTEMENT NE VA PLUS LAISSER UN SEUL AMI EXCEPTE HN, BERRY ET ARSLAN
PEUT ETRE PENSE T IL QUE DE TOUTE FACON C'EST CEUX LA SEULS QUI PEUVENT LE PORTER AU POSTE DE PRESIDENT COMME SON BEAU PERE L'A PROUVE IL Y A TROIS ANS DEJA

LE LIBAN PLEURE D'EN ETRE ARRIVE LA

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

17 MOIS SONT ECOULES DEPUIS LA CEDRE ET ENCORE CHEZ NOUS NOS ABRUTIS EN DISCUTENT LES ENGAGEMENTS ET RETARDENT LES FLUX DES DONS ET DES INVESTISSEMENTS.

NAUFAL SORAYA

Le Liban vit sous toutes les pressions étrangères envisageables depuis la nuit des temps, ce n'est pas un fait nouveau...

Gros Gnon

"La hausse des tarifs est ouvertement contestée par le Hezbollah"

La logique veut qu’ils commencent à payer leurs factures de l’EDL avant de se sentir concernés par la hausse des tarifs, non?

Yves Prevost

En quoi le ministre des AE est-il concerné par le dossier de l'électricité? Il a suffisamment prouvé son incompétence en la matière, alors de quoi se mêle-t-il?

Wlek Sanferlou

Mmieux qu'il démissionne et qu'il laisse aux génies de résoudre les problemes qu'ils ont créé et dont ils sont fiers.

Chady

Brigades de la Résistance? Tout le monde sait que ces gens ont été envoyé par l istez.

Bref mettez vos contentieux de côté et réglez le problème, nous sommes maintenant à la fin de l’année et nous n’avons toujours rien vu.

Il me semble que Gebran Bassil, après avoir fait d’innombrables promesses, s'était donné 90 jours pour être jugé, garantissant qu’il avait signé sa démission à l’avance au cas ou il ne les tiendrait pas.

Quant au Hezbollah, ils sont où les 11 milliards de Siniora? On en parle plus?

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Verdict du machin tsl ? Lol.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Mission accomplie pour Hassane Diab, mais tout reste encore à faire

Commentaire de Anthony SAMRANI

Chirac-Macron : forces et limites d’une comparaison

Coup de gueule de Maya GHANDOUR HERT

Au secours, un ministère génétiquement modifié !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants