X

Liban

La France disposée à soutenir les Libanais à condition qu’ils s’aident eux-mêmes

Éclairage
25/09/2019

La visite du Premier ministre Saad Hariri à Paris vendredi dernier et ses rencontres avec le président français Emmanuel Macron et plusieurs responsables chargés de l’exécution des décisions prises dans le cadre de la conférence de Paris (CEDRE, avril 2018) ont été qualifiées dans les milieux politiques de positives, fructueuses et décisives.

Preuve en est, l’accueil réservé au chef du gouvernement, qui démontre que le Liban n’est pas lâché par la communauté internationale, à commencer par la France. Les échanges entre M. Hariri et ses interlocuteurs français n’étaient pas dénués cependant de reproches, le chef du gouvernement ayant entendu de nombreuses critiques sur le laxisme et les atermoiements dont fait preuve l’exécutif à un moment aussi critique pour l’économie libanaise. D’autant que le Liban ne peut plus se permettre le luxe d’hésiter dans ses engagements à enclencher les réformes et à redresser la situation économique et financière.

Selon un responsable français, la communauté internationale et la France mettent les bouchées doubles pour aider et soutenir le Liban. Ce dernier est appelé de son côté à saisir l’opportunité pour lancer le train des réformes requises. Le message des responsables français peut se résumer en ces termes : la France est toujours disposée à aider les Libanais, mais ceux-ci doivent s’aider eux-mêmes, en accélérant les mesures requises pour sortir de l’impasse.

En dépit de la fermeté du message transmis à Paris, le discours véhiculé a toutefois mis en évidence la volonté de la communauté internationale de continuer à aider le Liban, à condition que ce dernier puisse tenir les promesses formulées dans le cadre des conférences internationales organisées par les pays donateurs.

En tête de ces promesses, la politique de distanciation par rapport aux crises régionales que le Liban s’est engagé à respecter, après l’avoir entérinée dans la déclaration ministérielle. Ce rappel ferme de la part des responsables français, notamment sur la nécessité pour le gouvernement de tenir le Liban à distance des crises qui ravagent la région, est notamment justifié par les récents propos virulents du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a insisté récemment et de manière on ne peut plus claire sur le lien intrinsèque existant entre le Liban et l’axe de la résistance conduit par l’Iran.

Le Liban devient ainsi une boîte aux lettres devant servir à envoyer des messages codés par Téhéran en direction des pays du Golfe, sommés de se retirer du Yémen. À défaut, c’est à une attaque encore plus dure que celle qui a visé les installations pétrolières d’Aramco en Arabie saoudite qu’il faudra s’attendre.



(Lire aussi : A New York, Aoun remercie Macron pour le soutien de la France au Liban)



Les responsables au sein des pays donateurs ayant pris part aux conférences de Paris, de Rome et de Bruxelles se demandent pourquoi le Hezbollah, qui est une composante d’un gouvernement placé sous le signe de l’action et du travail, ne démissionne pas, sachant qu’il ne respecte pas la déclaration ministérielle à laquelle il avait pourtant consenti. À leurs yeux, le parti chiite a failli aux engagements du gouvernement et violé les promesses faites par le Premier ministre à la communauté internationale à la veille des conférences internationales, notamment en matière de respect de la politique de distanciation.

C’est d’ailleurs sur la base de ces engagements que le président français s’est activé pour lancer la dynamique de soutien au Liban, qui s’est manifestée dans le cadre des trois conférences internationales.

Des sources diplomatiques occidentales dénoncent le fait que le Hezbollah ne s’est pas contenté de se soustraire à la politique définie par le gouvernement, mais qu’il a été bien plus loin en hypothéquant la souveraineté libanaise.

Au lendemain de l’attaque des drones qui ont visé la banlieue sud, et après la riposte du Hezbollah suivie d’une contre-attaque israélienne au Liban-Sud, Hassan Nasrallah a affirmé sans ambages que c’était lui qui détenait la décision de la guerre et de la paix. Il a également fait savoir qu’il comptait réagir à toute agression future de la part de l’État hébreu, faisant valoir son droit de riposter qui, avait-il précisé, est légitimé par le communiqué du Conseil supérieur de défense.

Se désignant comme un soldat opérant pour le compte du vilayet el-faqih et de l’agenda iranien, Hassan Nasrallah a assuré que le Hezbollah réagirait également à toute attaque visant l’Iran. Autant de menaces qui ont suscité dans les milieux diplomatiques des interrogations sur l’avenir des aides que les pays arabes s’étaient engagés à fournir au Liban et qui risquent d’être remises en cause dans un contexte d’hostilité soutenue manifestée par le parti chiite à l’égard de l’Arabie saoudite et des pays du Golfe. Cette situation de crise permanente semble toutefois profiter au Hezbollah et à l’Iran qui, face à la volonté affichée des États-Unis d’éviter une guerre dans la région, refuse toute négociation avant une annulation des sanctions américaines.

Le Hezbollah à son tour tente d’exploiter la couverture internationale dont bénéficie actuellement le Liban pour lui épargner l’effondrement, en instrumentalisant le territoire libanais pour faire pression sur les États-Unis et les amener à mettre un terme aux sanctions économiques subies par le parti chiite.




Lire aussi

Aoun à New York : La situation économique au Liban est "délicate"

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Aoun à l’ONU où il prononcera son discours mercredi

De Paris, Hariri affirme "l'attachement du Liban" à la 1701

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

BOSS QUI BOSSE

COMME ON DIRAIT "AIDE TOI ET LE CIEL T'AIDERA " .

SAUF QUE LA FRANCE C'EST VRAIMENT PAS LE CIEL .

Saliba Nouhad

Mais c’est sûr que les occidentaux ont un grand intérêt à maintenir la stabilité économique du Liban:
1- Ils ne veulent pas d’un effondrement du pays, ce qui pourrait déclencher une autre grande crise d’une invasion des réfugiés syriens et même libanais vers l’Europe...
2- Que ce soit les Américains (qui construisent l’une de leurs plus grandes ambassades au Liban) où les européens, ils considèrent le Liban comme une base géopolitique stratégique pour l’avenir du Moyen-Orient pour faire pendant à l’influence Russe chez nos voisins...
3- Ils réalisent que le Hezbollah est le facteur essentiel de destabilisation aux ordres de l’Iran et qu’il faudrait à tout prix museler économiquement sans déclencher de guerre totale catastrophique pour tout le monde.
Donc c’est la politique de la carotte et du bâton: d’un côté embargo total pour le Hezbollah et de l’autre les donateurs du CÈDRE... c’est carrément faire de l’équilibrisme et prendre des paris très risqués...
D’autant qu’on a affaire à la clique de nos politiciens véreux, totalement incompétents et corrompus et qui n’ont aucune idée sur la gravité et l’urgence de la situation!
Pensez-vous, Mr Macron que les Libanais vont s’aider eux-mêmes pour que vous les aidiez?
Aux calendes grecques!
Vous avez mis le doigt sur notre plaie nationale!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TITRE DIT TOUT. A CONDITION QU,ILS S,AIDENT EUX-MEMES. ET LA EST LE GRAND PROBLEME DE NOS ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS. DEUX LIBANAIS = TROIS AVIS.

Yves Prevost

Que les libanais s'aident eux-mêmes. La première attitude indispensable demandée au Liban est une politique de "distanciation" vis-à-vis du Hezbollah. Les américains nous en offrent les moyens. A nous de saisir la perche.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tractations gouvernementales : retour à la case départ

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants