Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Quelqu’un m’a dit

Évasion et grands spectacles sur toute la ligne

Ahmad et Chérine Tayeb. Photo DR

Les « Follies » d’Ahmad

Afin d’orchestrer une soirée d’exception pour les 50 ans de son époux Ahmad Tayeb, Chérine a eu recours à rien moins qu’Étienne Russo, le scénographe des défilés des créateurs Dries Van Noten, Hermès, Chanel, Lanvin, Miu Miu ou Margiela !

S’inspirant des revues somptueuses de Ziegfeld Follies, mélange de spectacles de Broadway et de spectacle-variété de vaudeville raffiné, la fête a été organisée au Porchester Hall, un des lieux les plus branchés de Londres, qui a accueilli les drag parties de 1969 à 1990, le dernier concert d’Amy Winehouse en mars 2007 et les soirées des National Film Awards UK.

Les invités des Tayeb étaient à court de superlatifs pour décrire la soirée, son ambiance et le style vestimentaire des hommes et des femmes. Les robes fines avec bretelles en forme de spaghetti, avec boa, bandeau plume à la Gatsby, colliers de perles, porte-cigarettes révélaient tout le glamour de ces dames. Un glamour inspiré de la divine et incomparable Greta Garbo et de la star atemporelle Marlene Dietrich. Les hommes en smoking, avec nœud papillon, ou en veste queue-de-pie, canne et chapeau, n’étaient pas en reste. Ils ont été immortalisés par German Larkin, décoré du prix de photographe émergent lors de la fashion week made in Monte-Carlo en 2018. On a vu Rabih Kayrouz, Nicolas et Michèle Gharzouzi discuter à bâtons rompus avec Imran Amed, ancien col blanc de la finance devenu l’une des personnalités les plus influentes de la mode. Sa newsletter The Business of Fashion (BoF) a plus de cinq millions de followers sur les réseaux sociaux. Conversation animée également entre Karim et Magda Abillama et les deux architectes Massimiliano Locatelli et Gabriel Chipperfield. Il y avait aussi Laura de Gunzburg, Afef Jnifen, mannequin et animatrice de télévision italo-tunisienne, Racil Chalhoub, Edgardo Osorio, créateur de la marque de chaussures italiennes Aquazzura, Anthony et Raya Nahas, Rachad et Raya Dernaïka, les sœurs Khayat (Nadine, Nour et Joëlle), Roula Abou Khadra (alias The Art of Living à Riyad, en Arabie saoudite), Tony et Elham Salamé, et d’autres encore.

Ensuite, ça a bien chauffé et bouillonné aux rythmes de notre DJ nationale Caline, relayée par Romax connu par les fêtards d’Uberhaus, la boîte de nuit underground libanaise, et suivis par les 2manydjs, membres fondateurs du groupe d’électro-rock Soulwax, qui ont mis une ambiance folle. Seif, Zeyd et Hamza (les enfants d’Ahmad et Chérine), Cyril Karaoglan, notre collègue Gilles Khoury, Makram Bitar, le directeur artistique chez Emilio Pucci, l’Américano-Norvégien Peter Dundas ont investi la dance floor, entraînant sur leurs pas la styliste Siran Manoukian, David Mugrabi, l’artiste Maurizio Cattelan, Noor Fares, Eugenie Niarchos, Nabil et Lynn Kassar, May Daouk, l’homme d’affaires franco-suisse Carl Hirschmann, Clémence et Didier Krzentowski (galerie Kreo), Karim et Dania Sakka.

Une soirée mémorable que les invités n’oublieront pas de sitôt. Arborant une robe Gucci et une coiffe Philip Tracey, Chérine Tayeb était comblée par le succès de la fête. Elle a su offrir le plus beau des cadeaux pour le cinquantième anniversaire d’Ahmad.

La contrebasse a dansé pour Farida et Zeid

Samedi 21 novembre, Farida el-Solh et l’homme d’affaires jordanien Zeid Zabian, fondateur et président de Four Winters, ont célébré leur mariage dans le cadre idyllique des jardins de la magnifique Résidence de Pins, entourés de leurs parents, Moustapha el-Solh, consul honoraire du Liban à Monaco, et son épouse, Souad Taha Mikati, et la mère du marié Sawsan Issam Bdeir.

Les points forts de la soirée de noce? Ce n’était pas de la poudre aux yeux, mais un peu de magie et de la poussière d’étoile. Le wedding planner Ziad Raphaël Nassar (Studio Once), organisateur de mariages spectaculaires et opulents, a réussi à ravir l’œil et à soulever un wow unanime pour l’élégance et la poésie du décor, la beauté des arbres centenaires habillés de lumière.

Les fleurs blanches du Liban, comme la marguerite omniprésente, étaient tout simplement superbes. Elles ornaient toutes les tables, offrant à vue d’œil un magnifique tableau. On se serait cru devant le Parterre de marguerites de Gustave Caillebotte. Le gâteau de mariage était même enrobé de marguerites en sucre. D’ailleurs ce soir-là, Nicolas Cattan s’était surpassé. Ses plats ont flatté le palais des plus gourmands des gourmets.

La mariée n’a pas été piégée par sa magnifique blanche robe. Celle-ci était si aérienne que Farida a pu danser toute la nuit, virevoltant aux rythmes explosifs menés par un black singer new-yorkais, par Guy Manouguian, le chanteur égyptien Abu, et un power mix avec DJ Rodge. Même les murs de la Résidence ont swingué d’une douce folie.

Les festivités ont commencé la veille du mariage avec l’arrivée au Liban des amis de Monaco, de Londres, des États-Unis et de Jordanie. Les oncles de Farida, Azmi et Fouad Mikati, et leurs épouses, Mira et Candice, ont commencé les festivités par une soirée au Music Hall. Le lendemain, la fête a continué à l’hôtel Mir Amine, à Beiteddine, avec un grand déjeuner offert par les grands-parents Taha et Nada Mikati. Dimanche, le brunch organisé par Nagib et May Mikati dans les jardins du palais de lady Cochrane a couronné les réjouissances. Voici, pour ne citer que quelques-uns, les noms des personnes présentes à (presque) toutes ces réjouissances : Tammam et Lama Salam, le ministre jordanien Marwan Muasher, la princesse Guida Talal de Jordanie, Khaled et Hanifé Salam, Raya Daouk, Walid Daouk, Salim et Yldiz Diab, Abdo et Tima Kassir, Ziad et Diane Nasrallah, Riad et Nada el-Assaad, Ricardo et Youmna Karam, Dania et Neeman Atallah, Joanna Debbas, Marwan et Rima Jaroudi, Soha et Marwan Hakim, Hicham et Lina Jaroudi, Zeina et Chadi Karam, Peter et Maha Tarazi, Zeina Kassem, les deux sœurs Clio et Caline Malek, Mohammad et Cécile Solh, Maya et Marek Sinno, Rafik et Majida Zantout, Adel Afiouni, Béchara et Nayla Soussou… Mais la liste est longue, très longue !

Les accords magiques de Khaled Mouzanar

La tournée internationale de notre super compositeur Khaled Mouzanar s’est poursuivie pour la deuxième année consécutive, après avoir débuté en juillet 2018 pour l’ouverture du Festival de Baalbeck. Mouzanar a participé à plusieurs manifestations musicales, principalement à San Sebastian en Espagne et dernièrement à Lerici en Italie, pour l’ouverture du festival en plein air Suoni dal Golfo. À l’occasion, le compositeur était sur scène accompagné d’un orchestre formé de 60 musiciens et choristes pour interpréter les musiques composées pour les films de son épouse, la réalisatrice Nadine Labaki, qui remportent un succès mondial depuis 2007. Des images du film Capharnaüm ont été projetées en arrière-plan sur les murs des immeubles avoisinants.

Khaled Mouzanar était accompagné d’un groupe de solistes célèbres qui l’entourent dans toutes ses tournées : l’Italien Mario Stefano Pietrodarchi (bandonéon), l’Italo-Ukrainienne Anastasia Petryshak (violon), l’Australienne Annabell Oomens (violoncelle), les Uruguayens Eduardo et Marco Beranzano (guitare), l’Américain Miles Jay (contrebasse et lyre crétoise), le Libanais Zeid Hamdan ainsi que les musiciens de l’orchestre du festival, sous la direction du chef d’orchestre Gianluca Marcianó. Ce fut une soirée magique au cours de laquelle la compositrice et interprète syrienne Racha Rizk enchanta le public avec les chansons connues des films de Nadine Labaki. Notre compositeur a eu droit à une longue standing ovation, avant de continuer son chemin vers Novi Sad, en Serbie, où il a participé au Chamber Music Festival.

[email protected]


Les « Follies » d’Ahmad Afin d’orchestrer une soirée d’exception pour les 50 ans de son époux Ahmad Tayeb, Chérine a eu recours à rien moins qu’Étienne Russo, le scénographe des défilés des créateurs Dries Van Noten, Hermès, Chanel, Lanvin, Miu Miu ou Margiela ! S’inspirant des revues somptueuses de Ziegfeld Follies, mélange de spectacles de Broadway et de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut