X

À La Une

Carburants : pas d'arrêt du travail lundi ni mardi, sauf en cas de "grève surprise"

Liban

Un responsable du secteur dément les informations circulant sur les réseaux sociaux concernant toute grève ouverte lundi. 

OLJ
22/09/2019

Le représentant des distributeurs de carburant au Liban et conseiller du syndicat des propriétaires de stations-services, Fady Abou Chakra, a affirmé dimanche qu'aucune grève du secteur n'était annoncée pour lundi et mardi, "sauf en cas de grève surprise". 

"Les réunions des différents acteurs du secteur des carburants sont ouvertes", a annoncé M. Abou Chakra, qui a précisé qu'il n'y aurait pas de grève lundi ni mardi, sauf en cas de grève-surprise. Il a démenti les informations circulant sur les réseaux sociaux concernant toute grève ouverte du secteur lundi. "Nous attendons le retour du Premier ministre Saad Hariri de Paris, afin de discuter avec lui de nos revendications", a-t-il ajouté. 

Mercredi, le secteur des carburants au Liban avait déjà observé une journée de grève générale dans toutes les régions du pays, qui avait été suivie à 97%, . Les stations-services sur l'ensemble du territoire national étaient notamment fermées pendant cette grève.

Ce mouvement de protestation, qui avait déjà été prévu fin août avant que la ministre de l’Énergie Nada Boustani ne parvienne à obtenir un sursis, a pour objectif de protester contre les difficultés rencontrées par toutes les parties prenantes dans le secteur des carburants à convertir leurs livres libanaises en dollars.

En effet, les grands fournisseurs de carburants étrangers qui alimentent notamment les stations-service imposent à leurs clients franchisés libanais de régler leurs commandes en dollars. Les propriétaires de stations-service se retrouvent donc obligés de convertir eux-mêmes les livres en dollars, et nombre d’entre eux passent par des bureaux de change, moins regardants sur les conditions mais dont les taux sont beaucoup plus élevés que ceux pratiqués par les banques.

Lors d'un Conseil des ministres au début de la semaine dernière, le gouvernement s'était accordé pour que le Premier ministre Saad Hariri, le ministre des Finances Ali Hassan Khalil et le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé suivent ce dossier.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants