X

À La Une

Un navire de guerre américain accoste au port de Beyrouth

Liban

La présence de l'USS Ramage au Liban "est un message politique", a affirmé l'ambassadrice des Etats-Unis.

OLJ
14/09/2019

Le destroyer lance-missiles américain USS Ramage a accosté samedi au port de Beyrouth. Selon certains médias locaux, c'est la première fois depuis plus de 30 ans qu'un navire de guerre US accoste au Liban.

Selon la chaîne locale LBCI, le destroyer a accueilli à son bord plusieurs ministres et députés libanais de différentes tendances à l'exception de représentants du Hezbollah, considéré par Washington comme terroriste.

Selon l'amiral américain Miroy, qui commande le navire, le destroyer a participé à un exercice militaire avec l'armée libanaise dans le courant de l'année.

"La présence d'un navire militaire au Liban est un message politique", a déclaré l'ambassadrice des Etats-Unis au Liban, Elizabeth Richard, insistant sur "la profondeur du partenariat entre les Etats-Unis et le Liban".

"Le partenariat avec les forces armées libanaises ne se limite pas aux aides de Washington. La présence de ce navire, qui s'ajoute à l'entraînement de milliers d'officiers de l'armée libanaise avec l'armée américaine, illustre la profondeur de cette relation", a poursuivi Mme Richard.

"La relation avec le Liban ne se limite pas à la coopération militaire. Nous sommes engagés à aider le peuple libanais durant cette période difficile sur le plan économique. Nous soutenons les institutions libanaises qui défendent la souveraineté du Liban", a ajouté l'ambassadrice.

"La sécurité maritime va prendre une plus grande importance, en raison des ressources d'hydrocarbures qui concernent plusieurs pays dans la région, et dont nous souhaitons que le Liban fasse partie", a-t-elle conclu.



Lire aussi

La visite de Schenker à Beyrouth, une mission de reconnaissance..., le décryptage de Scarlett HADDAD

Schenker évoque des sanctions contre des alliés du Hezbollah

Quatre responsables du Hezbollah visés par des sanctions américaines


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

Toz

Wlek Sanferlou

Ils venaient pour des mana'iches peut être?!

Eleni Caridopoulou

Au moins quelqu'un qui protege le Liban

Honneur et Patrie

"Nous soutenons les institutions libanaises qui défendent la souveraineté du Liban".
Elizabeth Richard, Ambassadrice des Etats-Unis.

Le France, créatrice du Grand-Liban en 1920, ne l'est pas moins. (Honneur et Patrie).

Tina Chamoun

Désolée de doucher la joie de certains, ce n'est pas parce que Washington le considère comme terroriste que e Hezb n'a pu visiter ce navire de guerre américain, mais c'est bien parce que le Hezvb sait pertinement qui est le vrai terroriste comme chaque citoyen éclairé!

Amère Ri(s)que et péril.

LOLLLLLLLLLLLL..... J'IRAI BIEN LE VISITER , À DÉFAUT D'AVOIR PU ALLER À HOLLYWOOD .....

Nada Salman Elhassan

Bravo !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN SIGNE POLITIQUE... ET NON SEULEMENI... POSITIF POUR LE LIBAN.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

La faillite du modèle de gouvernement libanais ou le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants