Liban

Des milliers de Palestiniens manifestent à Beyrouth pour un "asile humanitaire collectif"

Les manifestants ont désavoué la mainmise des organisations politiques palestiniennes qui les "tiennent en otages" sous prétexte du droit au retour. 

Des réfugiés palestiniens rassemblés lors d'une manifestation dans le centre-ville de Beyrouth, le 11 septembre 2019. Photo Anne-Marie el-Hage

Des milliers de Palestiniens résidant au Liban et réfugiés de Syrie se sont rassemblés mercredi matin place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, afin de réclamer un "asile humanitaire collectif" et dénoncer les conditions de vie dégradantes dans lesquelles ils sont obligés de vivre. 

Brandissant des drapeaux palestiniens mais aussi ceux de l'Union européenne, de l'Australie, du Canada ou de la France, où ils souhaitent obtenir l'asile politique, les manifestants ont réclamé plus de protection de la part de la communauté internationale. "Nous ne voulons pas rester des réfugiés toute notre vie" ou "Permettez-nous de venir dans vos pays en toute sécurité", pouvait-on notamment lire sur des calicots, selon notre journaliste sur place Anne-Marie el-Hage. Les Palestiniens présents à ce rassemblement, à l'initiative de comités civils et de jeunes palestiniens du Liban et de Syrie, dénonçaient également les discriminations dont ils sont victimes. "Nous voulons émigrer", hurlait un d'eux. 

Les manifestants palestiniens réclamaient également que leurs fichiers soient transférés de l'Unrwa, l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens qui a récemment subi d'importantes coupes budgétaires après le retrait des financements américains, au Haut-commissariat pour les réfugiés. Ils ont désavoué la mainmise des organisations politiques palestiniennes de tous les bords, qui les "tiennent en otages" sous prétexte du droit au retour et les privent, eux et leurs enfants, de toute perspective d'avenir. 


(Lire aussi : Les réfugiés palestiniens, cet épouvantail qu’« on » agite...)



Au cours des dernières semaines, des réfugiés palestiniens et des jeunes de Tripoli (Liban-Nord) avaient déjà manifesté devant l'ambassade du Canada à Jal el-Dib (au nord de Beyrouth), afin de réclamer l'émigration.

En 2017, un premier recensement officiel effectué par Beyrouth avait annoncé que plus de 174.000 réfugiés palestiniens vivent au Liban. Ce chiffre est bien plus faible que toutes les estimations qui circulaient alors dans le pays et qui allaient parfois jusqu'à 500.000. La présence des Palestiniens a toujours été un sujet délicat au Liban, accentuant notamment les clivages dans la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 1990. Un sentiment anti-palestinien perdure parfois dans le pays et nombreux sont ceux qui refusent une naturalisation des ressortissants palestiniens ayant fui leur terre d'origine après la création en 1948 de l’État d'Israël. La grande majorité de ces Palestiniens vivent dans des conditions précaires, dans des camps. 



Lire aussi
Nous, Palestiniens, avons aussi des devoirs vis-à-vis du Liban


Des milliers de Palestiniens résidant au Liban et réfugiés de Syrie se sont rassemblés mercredi matin place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, afin de réclamer un "asile humanitaire collectif" et dénoncer les conditions de vie dégradantes dans lesquelles ils sont obligés de vivre. 

Brandissant des drapeaux palestiniens mais aussi ceux de l'Union européenne, de...

commentaires (10)

A se demander qui pousse ces milliers de Palestiniens et réfugiés de Syrie résidant au Liban à manifester et réclamer ? On le saura certainement bientôt ! Irène Saïd

Irene Said

21 h 25, le 11 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • A se demander qui pousse ces milliers de Palestiniens et réfugiés de Syrie résidant au Liban à manifester et réclamer ? On le saura certainement bientôt ! Irène Saïd

    Irene Said

    21 h 25, le 11 septembre 2019

  • Palestinien syrien ... tout ce beau monde veulent rester au Liban même si la Palestine redevient la Palestine ils veulent rester au Liban à tout prix leur manifestation ne sont que preuve d hypocrisie ils ont maltraiter les chiites du sud ils ont maltraiter les chretiens de Beyrouth pensez vous un seul instant que l on oubliera ?!?

    Bery tus

    20 h 26, le 11 septembre 2019

  • CA, C,EST LE : MERCI LIBAN ? QU,ILS EMIGRENT EN SYRIE AVEC LES PALESTINIENS DE SYRIE ET LES REFUGIES SYRIENS. ILS VIVRONT MIEUX CHEZ BASHAR.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 43, le 11 septembre 2019

  • L'article dit aussi que "des jeunes de Tripoli (Liban-Nord)" ont aussi manifesté devant l'ambassade du Canada car leur situation n'est pas beaucoup mieux que celles de certains palestiniens.

    Stes David

    18 h 35, le 11 septembre 2019

  • L'UNRWA a tout fait, en concert avec l'OLP, pour maintenir les refugies en tant que tel. Le Haut Commissariat pour les Refugies a quant a lui organise le transfert des refugies de par le monde dans les pays dácceuils. Seul l'UNRWA les maintent ainsi. Donc, pour regler ce probleme, laissez le Haut Commisariat s'en occuper. Ce la sera bon pour eux et bon pour le Liban!

    IMB a SPO

    16 h 00, le 11 septembre 2019

  • De deux choses l'une, il n'y a pas de troisième possibilité. Soit on est pour l'octroi des droits aux palestiniens, pour leur accueil et pleine intégration dans la société; soit on est pour la résistance, que ce soit l'OLP ou le Hezb, et pour qu'elle se batte victorieusement pour qu'ils puissent rentrer chez eux une fois pour toutes.

    Jean abou Fayez

    15 h 54, le 11 septembre 2019

  • Est ce que c'est le fait que le vautour bolton ait été sacqué qui flanque la déprime à certaines liba-niaises ? Ou le fait que chitanyahou ait décidé d'annexer la cisjordanie ? Pourtant l'annexion de la cisjordanie devrait rendre les "impressionnées" du pays "exemplaire" souriant.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 49, le 11 septembre 2019

  • Pour etre tres franc je ne comprend pas pourquoi les Palestiniens refusentt en permanence les offres qui leurs sont faites ( parfois meme sans meme les avoir recues et etudiees ) Avoir un Etat meme plus petit que ce pour lequel on aspire n'est il pas mieux que de ne rien avoir? Pourquoi aussi on parle de retour en Israel meme et pas en dans un pays qui s'appelerait Palestine? A partir du moment ou un etat Palestinien est proclame tous les refugies Palestiniens du monde entier et en particulier ceux qui sont encore des refugies au Liban ou ailleurs devraient avoir le droit immuable d'y sejourner et d'avoir enfin un vrai passeport Paslestinien avec tous les droits et obligations que cela comportes Si ils voudront vivre au Liban , ils seront sujet a toutes les regles Libanaises pour tous les etrangers sans exceptions, Arabes ou Europeens ou autres VOULOIR S'ACHARNER A AVOIR TOUT OU RIEN , ON AURA RIEN EN FIN DE COMPTE SAUF DE LA MISERE ET DES GUERRES

    LA VERITE

    15 h 40, le 11 septembre 2019

  • Bonne nouvelle, qu'ils aillent voir ailleurs, ce n'est pas notre cause.

    Je partage mon avis

    14 h 04, le 11 septembre 2019

  • La résistance du hezb libanais et tout l'axe de la résistance est LE SEUL groupe qui défend et SE BAT POUR les palestiniens usurpés de leur terre aussi bien chez eux qu'au Liban. Malgré que les palestiniens soient en écrasante majorité, voir exclusivement sunnite et chrétiens , les résistants chiites comptent dans leur combat contre l'usurpie , peut être de façon utopique , les voir un jour retourner chez eux dans la dignité que ce peuple mérite. La journée Al Qods a été instituée par Khomeyni, les résistants palestiniens sont reçus par les hauts DIRIGEANTS iraniens , ouvertement. Tandis que leurs co-religionnaires du golfe , d'Égypte ou du Maghreb, SAUF DE L'ALGÉRIE QUI LES REÇOIT À BRAS OUVERT, ont honte ou ont peur de s'impliquer dans leurs revendications et leur lutte. Avec un petit bémol qatari. Les chiites ne sont pas dupes et savent que l'ingratitude est tapie dans le for intérieur de l'Humain, ils pourraient faire les frais d'un retour de poignard, mais l'urgence est que ce peuple meurtri retrouve ses terres usurpées et sa dignité. Beaucoup n'oublie pas au sud Liban le comportement odieux des palestiniens de yasser Arafat vis vis d'eux, seulement l'urgence est de combattre le vrai mal à la racine , et par expérience de 18 ans d'occupation barbare, au sud liban on sait où se trouve le MAL .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 36, le 11 septembre 2019