X

À La Une

Netanyahu joue sa survie politique, à une semaine des législatives

Israël

Selon les projections des sondages locaux, le Likoud du Premier ministre israélien et le parti "Bleu-Blanc" de Benny Gantz sont au coude-à-coude.

OLJ/AFP
09/09/2019

Affiches géantes de Benjamin Netanyahu avec Donald Trump et Vladimir Poutine, cascades de clips à la radio, multiplication des meetings : Israël entre dans sa dernière semaine de campagne avant des législatives clé pour la survie politique de son Premier ministre.

Après un mois d'août en mode vacances pour une part de l'électorat, et monopolisé dans les médias par les échanges de tirs à la frontière avec Gaza puis à la frontière libanaise, la classe politique entre dans un sprint final qui doit déterminer le sort de M. Netanyahu, le plus pérenne des Premiers ministres israéliens. En vue de ces élections qui s'annoncent âprement disputées, le chef du gouvernement tente notamment de convaincre les parlementaires d'autoriser la présence de caméras dans les bureaux de vote afin, dit-il, d'éviter les "fraudes" et de garantir la "transparence".

Pour ses adversaires, il s'agit plutôt d'une tentative d'intimidation des électeurs hostiles à sa candidature, notamment chez la population arabe israélienne, voire une stratégie pour remettre en cause un résultat qui ne lui serait pas favorable. Un comité parlementaire n'a toutefois pas réussi à s'entendre afin de forcer le Parlement à étudier ce projet de loi dès lundi.

"Il n'y a pas de raison, pour ceux qui souhaitent de vraies élections, de s'opposer au projet de loi sur les caméras qui vise à prévenir toute fraude", a réagi M. Netanyahu, accusant ses rivaux de s'allier aux partis arabes israéliens.

"La seule fraude dans notre système politique, c'est Netanyahu", a lancé son grand rival Benny Gantz, ancien chef de l'armée à la tête du parti centriste "Bleu-Blanc", couleur du drapeau israélien.



(Lire aussi : Drones en banlieue sud, carte électorale de Netanyahu)



"Guerre personnelle" 
"Ces élections ne sont pas à propos des caméras, mais à propos de l'indépendance de la justice ", a fait valoir M. Gantz en référence aux accusations pesant contre le Premier ministre.

M. Netanyahu doit être entendu en octobre par la justice pour répondre d'accusations de "corruption", "fraude", "malversations" et "abus de confiance" dans différentes affaires. Dans l'une d'elles, les policiers soupçonnent le couple Netanyahu d'avoir reçu pour un million de shekels (environ 250.000 euros) de cigares de luxe, bouteilles de champagne et bijoux de la part de richissimes personnalités, en échange de faveurs financières ou personnelles. M. Netanyahu n'aurait pas à démissionner s'il était inculpé, mais seulement s'il était reconnu coupable. M. Gantz rejette toutefois l'idée de participer à un éventuel gouvernement d'union si M. Netanyahu est inculpé.

Des alliés politiques de M. Netanyahu, le chef du parti Likoud (droite), souhaitent, eux, faire voter, après le scrutin, une loi lui accordant l'immunité, d'où l'importance d'une victoire.

"Il (Netanyahu) se bat pour sa survie, pour ne pas avoir à faire face à la justice. C'est une guerre personnelle", estime Gideon Rahat, professeur de sciences politiques à l'université hébraïque de Jérusalem. Il s'agit du deuxième scrutin en moins de six mois en Israël, après l'échec de M. Netanyahu à former un gouvernement après les élections d'avril. Or l'affaire des caméras "fait partie de sa tentative de mobiliser son électorat en arguant qu'eux - les Arabes, la gauche, les élites - tentent de nous voler l'élection, à nous le peuple", commente M. Rahat.



(Lire aussi : Rare visite de Netanyahu à Hébron)



"Allez Trump, allez Poutine" 
Selon les projections des sondages, le Likoud et "Bleu-Blanc" sont au coude-à-coude avec une trentaine de sièges chacun, sur les 120 à la Knesset. Chaque camp compte aussi sur des alliés, des partis à droite ou religieux pour le Likoud, et plus à gauche ou séculier pour "Bleu-Blanc". Et le parti Israël Beiteinou (droite) d'Avigdor Lieberman, un ancien ministre né en ex-URSS, cherche à s'imposer comme "faiseur de rois".

Sur les grands boulevards de Tel-Aviv et Jérusalem, les partis rivalisent d'affiches pour attirer l'attention des indécis. Sur une, M. Netanyahu apparaît serrant la main de son allié américain Donald Trump, qui a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et reconnu la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan syrien. Sur une autre, on voit le Premier ministre au côté du président russe Vladimir Poutine à qui il a dit vouloir se rendre cette semaine à Moscou. "Allez Poutine, allez Trump, venez à Jérusalem. L'armée y est très très forte: sur terre, dans les airs et sur mer. Demain, les Likoudniks (partisans du Likoud) vont accourir aux bureaux de vote", dit une publicité de campagne de M. Netanyahu diffusée sur les réseaux sociaux, qui le montre avec une armada de jeunes dansant sur de la techno.



Lire aussi
Netanyahu signe un accord avec un parti militant pour la législation du cannabis

Législatives en Israël : deux candidats taxés de racisme interdits de se présenter

Israël : Netanyahu raillé pour le "plaidoyer d'allégeance" de son parti

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS DOIVENT LE CHANGER !

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Foin de corruption et balloutt, il se fera jeter parce qu'il aura foiré dans sa politique étrangère.

Chitanyahou finira en taule comme olmerde après sa défaite en 2006, faut juste comprendre que les 1ers ministres en usurpie republic ne se font élire que grâce aux sangs versés des arabes .

Depuis le coup de maitre du hezb le 1er Septembre de la 3achoura , pour la 1ere fois c'est du sang juif que ce criminel en sursis a sur les mains .

Gaza et les colonies autour non plus ne dorment plus en paix.

Après le dégagement de ce demonyahou, l'avenir du clown americain en 2020 se jouera à Téhéran.

LE VENT A VRAIMENT, VRAIMENT TOURNÉ.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants