Rechercher
Rechercher

Liban - Aïn el-Tiné

Le PSP et le Hezbollah confirment leur réconciliation aujourd’hui

Le président du Parlement Nabih Berry réunissant en mai dernier des responsables du Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt et du Hezbollah, dont les relations s’étaient tendues suite aux propos du leader druze sur les fermes de Chebaa. Photo d’archives

Une rencontre est prévue aujourd’hui à Aïn el-Tiné entre le Parti socialiste progressiste (PSP) et le Hezbollah, sous le parrainage du président de la Chambre Nabih Berry, ami du premier et allié du second. Le PSP sera en principe représenté par le ministre de l’Industrie Waël Bou Faour et l’ancien ministre Ghazi Aridi, tandis que le Hezbollah doit déléguer l’adjoint politique de son secrétaire général, Hussein Khalil, et le chef de son unité de liaison et de coordination, Wafic Safa.

Le PSP et le Hezbollah divergent sur de nombreuses questions stratégiques, à commencer par le conflit syrien, Walid Joumblatt maintenant une ferme opposition au régime de Damas.

Mais le 22 août dernier, l’ancien ministre et conseiller de M. Joumblatt, Ghazi Aridi, avait révélé qu’une réunion s’était déjà tenue entre les deux formations à une date non précisée, assurant que les deux parties se sont mises d’accord pour que ces contacts se poursuivent « afin de poursuivre le dialogue, après le passage de l’orage qui a marqué leurs relations ».

Ces divergences plus ou moins tolérées par les parties concernées ressurgissent ponctuellement. La prise de position du chef druze sur les fermes de Chebaa occupées par Israël, qui avait affirmé qu’elles n’étaient pas libanaises, avait provoqué la colère du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, poussant à la rupture des contacts entre les deux formations en mai dernier. À l’époque, des sources du parti chiite citées par l’agence al-Markaziya avaient déclaré que Walid Joumblatt avait « franchi les lignes rouges » en faisant cette déclaration. Ces tensions avaient coïncidé avec la décision du Conseil d’État de casser la décision de M. Bou Faour d’interdire la construction – suspendue jusqu’à nouvel ordre sous la pression des habitants – d’une mégacimenterie à Aïn Dara, dans le caza de Aley, appartenant à l’homme d’affaires Pierre Fattouche, proche des milieux pro-Assad.

Quelques semaines plus tard, les heurts interdruzes de Qabr Chmoun provoquaient une crise institutionnelle mettant en péril l’avenir du Conseil des ministres au point de raviver les anciens clivages entre le 8 Mars (camp irano-syrien) et le 14 Mars (camp souverainiste). La crise a fini par se dénouer en faveur de Walid Joumblatt, après une intervention américaine officielle et une autre russe loin des feux de la rampe.


(Pour mémoire : « Si Joumblatt est visé, il faudra savoir qu’il a des alliés, Berry, les FL et moi », affirme Hariri)


L’épilogue a eu lieu lors d’une rencontre de réconciliation à Baabda, que la rencontre bilatérale PSP-Hezbollah aujourd’hui devrait parachever, selon les sources du parti chiite. Pour les milieux du Hezbollah, l’objectif en serait donc de « rassurer Walid Joumblatt sur le fait qu’il ne sera pas isolé », selon ces sources.

Le député Bilal Abdallah (groupe parlementaire du PSP) a précisé à l’agence al-Markaziya que cette rencontre s’inscrit « dans le prolongement d’une précédente réunion qui s’était tenue à Aïn el-Tiné ». Autrement dit, il ne s’agit pas d’une rencontre de réconciliation avec le Hezbollah mais d’une réaffirmation de celle-ci.

Le site d’al-Anba’, organe du Parti socialiste progressiste, a multiplié les signaux positifs dans ce sens. « En dépit de grandes divergences de position entre les deux parties, notamment sur les dossiers régionaux, celles-ci se sont déjà entendues sur la gestion de leur conflit, voire leur collaboration sur les dossiers strictement libanais », pouvait-on lire dans cet article publié hier. « Le PSP a pour politique de ne rompre avec personne et (…) la rencontre politique de Aïn el-Tiné vient le confirmer (…) surtout dans un contexte sensible sur le plan économique et financier, mais aussi politique, qui requiert plus que jamais la solidarité », a conclu al-Anba’.


Pour mémoire

Joumblatt ironise sur le « grand exposé » de Nasrallah qui « se conclut sur Fattouche »

Joumblatt à « L’OLJ » : « Le dialogue ? Oui. La capitulation ? Jamais ! »

Nouvelle tentative syrienne d’assiéger Joumblatt ?

Entre le PSP et le Hezbollah, c’est à nouveau la paix froide


Une rencontre est prévue aujourd’hui à Aïn el-Tiné entre le Parti socialiste progressiste (PSP) et le Hezbollah, sous le parrainage du président de la Chambre Nabih Berry, ami du premier et allié du second. Le PSP sera en principe représenté par le ministre de l’Industrie Waël Bou Faour et l’ancien ministre Ghazi Aridi, tandis que le Hezbollah doit déléguer l’adjoint politique...

commentaires (5)

Huile et Eau ne se melangent pas! Aucune chance!

IMB a SPO

16 h 11, le 07 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Huile et Eau ne se melangent pas! Aucune chance!

    IMB a SPO

    16 h 11, le 07 septembre 2019

  • Je pense que joumgirouette a bien compris la leçon de sa survie politique , lui et sa descendance . Le hezb libanais de la résistance lui fera comprendre qu'avec lui c'est pas la girouette qu'il faut regarder tourner , mais le vent lui même. DITES DONC ON NE PARLE PAS DE LA MISE EN MARCHE DES CENTRIFUGEUSES IRANIENNES CE JOUR . POURTANT TOUTES LES INFOS DU MONDE SONT FOCALISÉES LÀ DESSUS . MERCI L'IRAN DE ME DONNER MATIÈRE À VANTARDISE . LOL.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 05, le 07 septembre 2019

  • Les fermes de Chebaa sont peut-êter LEGITIMEMENT libanaises, mais elles ne le seront LEGALEMENT que le jour où (probablement pas avant la St Glinglin) la Syrie acceptera de signer un traité frontalier avec le Liban.

    Yves Prevost

    13 h 00, le 07 septembre 2019

  • L,INCONCILIABLE RECONCILIATION !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    11 h 36, le 07 septembre 2019

  • Les mocassins de Berry valaient le detour vers l'article.

    Je partage mon avis

    10 h 24, le 07 septembre 2019

Retour en haut