Rechercher
Rechercher

Liban

L'avant-projet de loi du budget 2020 finalisé

La Banque mondiale réitère le soutien au gouvernement libanais et à ses réformes.

Le ministre libanais des Finances, Ali Hassan Khalil, avant un Conseil des ministres à Baabda, le 27 mai 2019. REUTERS/Mohamed Azakir

Le ministre libanais des Finances, Ali Hassan Khalil, a annoncé vendredi que le texte de l’avant-projet de budget pour l'exercice 2020 était finalisé, ajoutant qu'il le transmettrait au gouvernement après y avoir inclus les décisions qui seront prises lors de la table de dialogue consacrée aux dossiers économiques qui doit se réunir lundi au palais de Baabda sous la présidence de Michel Aoun.

Pour les soutiens du Liban, notamment les donateurs présents lors de la Conférence de Paris d’avril 2018 (la CEDRE) comme pour les agences de notation financières, le budget pour 2020 doit être adopté dans les délais prévus par la Constitution et les mesures prises doivent permettre de réduire durablement le déficit public, qui a atteint 6,2 milliards de dollars en 2018, soit plus de 11 % du PIB.

Le Parlement avait voté en juillet le budget pour l'année 2019.

Selon la Constitution, la loi de finances doit être votée avant la fin de l’année précédant son exécution, ce qui suppose que l’avant-projet préparé par le ministère soit examiné dès la rentrée par le gouvernement, pour être amendé puis transmis au Parlement – après être passé par la commission parlementaire des Finances et du Budget. La loi aménage également une procédure d’exception qui permet, sous certaines conditions, de prolonger les débats parlementaires sur le budget jusqu’au 31 janvier de l’année de son exécution.

Pour rappel, le Liban a fonctionné sans budget pendant douze ans jusqu’en 2017, en raison de tensions liées à l’instabilité de la situation politico-sécuritaire, et toutes les lois de finances adoptées depuis l’ont été en dehors des délais constitutionnels.

Par ailleurs, Le président Michel Aoun a reçu à Baabda une délégation de la Banque mondiale (BM), représentée par son directeur régional pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jha, en présence du président de la commission parlementaire des Finances, Ibrahim Kanaan.


Le président Michel Aoun (centre) avec Ibrahim Kanaan à sa gauche et Saroj Kumar Jha à sa droite. Photo Dalati et Nohra


A l'issue de l'entretien, M. Kumar a rappelé les axes sur lesquels le Liban doit orienter ses réformes sur le plan économique, à savoir la "stabilité budgétaire", l'amélioration de l'environnement des affaires, le développement de l'économie numérique et la réforme du secteur de l'électricité.

"Le secteur bancaire est fort et il est capable d'affronter les défis", a déclaré de son côté M. Kanaan, en référence aux sanctions du Trésor américain annoncées jeudi soir contre la banque Jammal Trust Bank, accusée de faciliter des activités bancaires du Hezbollah.



Lire aussi

Le patronat s’inquiète face aux mesures du budget 2020 qui auraient fuité

Le processus d’adoption du budget 2020 sur les rails

Les chantiers qui attendent le Liban, selon Fitch et S&P



Le ministre libanais des Finances, Ali Hassan Khalil, a annoncé vendredi que le texte de l’avant-projet de budget pour l'exercice 2020 était finalisé, ajoutant qu'il le transmettrait au gouvernement après y avoir inclus les décisions qui seront prises lors de la table de dialogue consacrée aux dossiers économiques qui doit se réunir lundi au palais de Baabda sous la...

commentaires (0)

Commentaires (0)