X

À La Une

Trump menace de libérer les jihadistes européens détenus en Syrie dans leur pays d'origine

Etats-Unis

"Nous les avons capturés, nous en avons des milliers et maintenant, comme d'habitude, nos alliés n'en veulent pas", accuse le président américain. 

OLJ/AFP
22/08/2019

Donald Trump a menacé mercredi de libérer dans leur pays d'origine les jihadistes européens détenus en Syrie si les pays européens, comme la France et l'Allemagne, ne les rapatriaient pas eux-mêmes.

Au cours d'un échange avec les journalistes sur la pelouse de la Maison Blanche à propos de la résurgence du groupe Etat islamique (EI), le président américain a évoqué le problème des combattants étrangers de l'EI faits prisonniers par les Forces démocratiques syriennes, la coalition arabo-kurde sur laquelle les Etats-Unis se sont appuyés pour déloger l'EI de la région qu'il contrôlait à cheval sur la Syrie et l'Irak.


(Lire aussi : La Tunisie également confrontée au casse-tête du rapatriement des jihadistes)


"Nous détenons des milliers de combattants de l'EI en ce moment. Et l'Europe doit les reprendre", a dit le milliardaire américain. "Si l'Europe ne les reprend pas, je n'aurai pas d'autre choix que de les libérer dans les pays d'où ils viennent, c'est à dire la France, l'Allemagne et d'autres endroits", a-t-il ajouté. "Nous les avons capturés, nous en avons des milliers et maintenant, comme d'habitude, nos alliés n'en veulent pas". "Les Etats-Unis ne vont pas les garder à Guantanamo pendant 50 ans et payer pour ça", a poursuivi le milliardaire américain.

Il a aussi rappelé que le "califat" géographique de l'Etat islamique avait été rayé de la carte, appelant les pays confrontés à l'EI à en faire davantage pour éviter une résurgence du groupe jihadiste. "A un certain moment, la Russie, l'Afghanistan, l'Iran, l'Irak, la Turquie, il va bien falloir qu'ils se battent eux aussi", a-t-il dit. "Parce que est-ce que nous voulons rester là-bas 19 ans de plus? Je ne crois pas, non."


Pour mémoire

Syrie : Washington presse les Européens de rapatrier leurs jihadistes

Les Européens mitigés sur l’appel de Trump à rapatrier leurs jihadistes

Washington prêt à aider pour rapatrier de Syrie les jihadistes étrangers, mais le temps presse

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Ces bactéries ont 2 pays, un d'origine et un de nationalité.

Et un 3ème de formation wahabite.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALGRE SES GAFFES PARFOIS IL PARLE LOGIQUE TEL CE CAS DES JIHADISTES DETENUS PAR LES FORCES KURDES. LEURS PAYS D,ORIGINE DOIVENT DECIDER DE LES RAPATRIER ET LES BOUCLER A VIE POUR SE PREMUNIR CONTRE LEUR NUISANCE OU BIEN S,EN DEBARRASSER DEFINITIVEMENT UNE FOIS POUR TOUTE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez aujourd'hui la communauté des abonnés en vous abonnant à 1$ pour UN AN. Offre limitée pour la journée du 21 novembre 2019

Je poursuis la lecture

4

articles restants