X

Liban

« La stratégie de défense, une nécessité vitale pour le Liban », souligne Raï

Beiteddine

La course présidentielle avant l’heure n’a pas lieu d’être, estime le patriarche maronite, qui s’est entretenu hier avec le chef de l’État.

OLJ
22/08/2019

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a mis l’accent hier de Beiteddine sur l’importance de l’élaboration d’une stratégie de défense nationale.

« Elle est nécessaire, et, pour moi, la question est tranchée dès le départ, depuis qu’elle a été soulevée. Elle doit être adoptée et constitue une nécessité vitale pour la vie du Liban », a affirmé Mgr Raï à l’issue d’un entretien hier avec le président de la République, Michel Aoun, dans la résidence d’été du chef de l’État.

Lors d’une discussion lundi avec des journalistes, le président avait indiqué que « tous les critères à prendre en compte pour l’élaboration de cette stratégie, même les logiques d’influence », avaient changé. « Je suis le premier à avoir préparé un projet pour la stratégie de défense, mais est-il encore correct aujourd’hui ? » avait souligné le président Aoun.

Le bureau de presse de la présidence de la République s’était empressé de condamner mardi « des explications et analyses erronées » des propos du chef de l’État, qui « soulignaient que les faits ont évolué depuis que la question de la stratégie de défense a été mise sur le tapis il y a dix ans lors de la conférence de dialogue national », notamment les « développements militaires qu’ont connus les pays voisins du Liban ». Une évolution de la situation dans la région qui impose, selon Baabda, « une nouvelle approche du sujet », prenant notamment en considération « l’entrée en jeu de grandes puissances et d’organisations terroristes dans les guerres » se déroulant dans les pays voisins. « Le président Aoun n’a pas changé de position en ce qui concerne la stratégie de défense et la nécessité de discuter de ce sujet, dans une atmosphère de compromis », avait précisé le communiqué de la présidence.

« Je n’ai pas eu le temps de parler à Son Excellence de ce dossier, et je n’ai pas encore été en mesure de lire les journaux, mais la question de la stratégie de défense est essentielle et a été soulevée pour la première fois sous la présidence de Michel Sleiman », a souligné Mgr Raï en réponse à une question.


(Pour mémoire : Stratégie de défense : la présidence corrige le tir)

La course présidentielle avant l’heure

Interrogé par ailleurs sur l’entrée précoce du pays dans la fièvre de l’élection présidentielle (en allusion aux tournées du chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil dans différentes régions), Mgr Raï a répondu : « Il est encore trop tôt pour parler de la présidentielle. Je sais que certaines personnes ont des ambitions et combien cela influe sur la situation générale, mais il est trop tôt pour parler de tout cela. » Et d’ajouter : « Avant de penser à ce que nous allons faire dans trois, quatre ou dix ans, nous devons examiner comment traiter les problèmes urgents de l’heure, à savoir les dangers économiques, financiers et sociaux qui guettent le pays. Tout autre sujet n’a pas d’importance. »

Le prélat maronite a d’ailleurs précisé que « la question économique sera en tête des préoccupations du Conseil des ministres pour faire face à ses répercussions sur la vie des citoyens, qui n’en peuvent plus ».

« Tous s’inquiètent de la question économique, dont les retombées touchent tout le monde. Le président Aoun s’exprime au quotidien sur cette question. Il a souligné dans ce sens que ce point serait en tête de l’ordre du jour du Conseil des ministres, dans la mesure où les citoyens sont désormais incapables de supporter un tel fardeau », a-t-il noté.

« Nous sommes confrontés à une catastrophe sociale et économique à laquelle nous devons faire face. Celui qui cache ses maux en meurt », a ajouté Mgr Raï.

L’entretien avec le chef de l’État a par ailleurs porté, selon le patriarche maronite, sur « les moyens de respecter la dignité humaine et les droits humains au sein des institutions, sans que le citoyen ne soit soumis à aucune agression durant les interrogatoires ou autres ».

L’article 95, « une garantie pour tous »

« Nous avons en outre évoqué le message de Son Excellence au Parlement concernant l’interprétation de l’article 95 de la Constitution qui profiterait à tous les Libanais et qu’il faut appliquer au sein de Taëf. Il ne faut pas non plus aborder la Constitution de manière sélective, mais en tant que tout complet. De nombreuses questions doivent être prises en compte, telles que la décentralisation administrative, le Sénat, etc. Nous espérons que le message sera une occasion de mettre en œuvre la Constitution et l’accord de Taëf, qui fait partie intégrante de la Constitution », a-t-il indiqué.

Au sujet de savoir si l’interprétation de l’article 95 affectait le partenariat dans le pays et pourrait susciter une certaine instabilité, Mgr Raï a répondu : « Je ne le pense pas. L’article est clair et il est nécessaire d’en appliquer tous les alinéas, de manière non sélective. Cet article n’est pas de nature à susciter la peur, mais constitue une garantie pour tous. Certains ont provoqué un tollé sans même l’avoir lu. Lisez-le et vous serez tous réconfortés. »

Beiteddine, un gage de réconciliation

Auparavant, le patriarche maronite avait loué la présence du président de la République à Beiteddine, la replaçant sous le signe de la réconciliation druzo-maronite de la Montagne d’août 2001.

« Être à Beiteddine, c’est se trouver dans un lieu où règnent la sérénité et l’histoire. Bien sûr, Baabda a sa valeur, mais Beiteddine a également sa valeur en tant que résidence d’été tant du point de vue de sa localisation que du fait que nous nous trouvons dans la Montagne », a-t-il indiqué. « Cette visite a été une occasion de féliciter Son Excellence pour son déplacement ici afin d’y passer ses vacances d’été. Sa présence ici a créé une bonne ambiance après les tensions qui se sont produites et que tout le monde connaît », a-t-il noté.

« La présence du président en ses lieux est très importante, dans la mesure où il est le président du pays, le père et le responsable de tous. Sa présence a contribué à améliorer la situation, et tous les habitants de la Montagne, druzes, chrétiens et musulmans de tous horizons, ont senti que cette Montagne ne peut vivre que dans son unité », a poursuivi Béchara Raï.

« Son déplacement ici est une consécration et une traduction de la réconciliation historique (de la Montagne). Nous sommes venus le féliciter pour ce qu’il a fait en faveur de cette réconciliation, dans la mesure où ceci se situe au cœur de son travail de président », a-t-il conclu.

Le président Aoun a par ailleurs reçu le président du Conseil supérieur de la magistrature, Jean Fahd, l’ambassadeur d’Irak, Ali Abbas Bandar al-Amiri, à l’occasion de la fin de sa mission au Liban, ainsi que des délégations populaires.


Lire aussi

S. Gemayel dénonce une mainmise du Hezbollah et interpelle Aoun : "Où êtes-vous M. le président ?"

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Je me demande , l'armée est sur les ordres du Hezbollah ou le Hezbollah est sur les ordres de l'armée ?

LA VERITE

IL N'AVAIT SUREMENT PAS ENTENDU MR BERRY DIRE QUE LA DISCUSSION AVEC ISRAEL DEPEND DES CHIITES UNIQUEMENT ET QUE NI LES CHRETIENS NI LES SUNNITES N'ONT LEUR MOT A DIRE C'EST UN ORDRE DE HEZBOLLAH

AVEC TOUT LE RESPECT QUE TOUS NOUS VOUS DEVONS, TOUTES COMMUNAUTES CONFONDUES, PEUT ETRE VAUT T'IL MIEUX NE RIEN DIRE EN POLITIQUE ET SE CANTONNER A VOTRE ACTION EN RELIGION ( EN PLUS SANS ALLER JUSQU'A INTERDIRE DES CONCERTS ).

LIBAN D'ABORD TO MAKE LEBANON GREAT AGAIN

IMB a SPO

Defense Nationale, strategie de defence, Eau, electricite, pollution etc ce sont vraiment des histoire de IBRIK IL ZEIT....قصة إبرية الزيت

Homsy Christian

Et que je te balade, à gauche, à droite. C’est pourtant simple, l’article 65 de la constitution libanaise stipule que toutes les forces armées au Liban sont aux ordres du gouvernement. Ce qui se passe avec le Hezbollah et ses béquilles du CPL est une violation pure et simple de la constitution. Point final.
Par ailleurs, avec tout le respect dû à un homme d’église, qu’a t il a faire à s’exprimer sur des matières profanes. Qu’on soit d’accord ou pas n’est pas la question, mais commençons par cantonner chacun dans son rôle. Les politiques s’occupent de politique, les religieux de religions, les médecins des malades, les banquiers de finance, etc. Le Liban s’en portera bien mieux.

Beauchard Jacques

Que fait ,au nom du Christ, le Cardinal en bénissant l'armée?

Irene Said

Quelle chance nous avons de compter parmi nous des lumières de connaissance et d'optimisme...qui, eux...font avancer notre pays...dans la bonne direction !!!
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE MALHEUR C,EST QUE CHACUN L,ENTEND A SA FACON ET QUE S,Y ENTENDRE COLLECTIVEMENT EST UNE TACHE IMPOSSIBLE. ESPERONS ET SOUHAITONS QUAND MEME A UNE ENTENTE.

Bustros Mitri

Symptôme de la déliquescence du pays: 10 ans que l’on discute de la nécessité de discuter, d’une stratégie de défense , qui au final , ne serait rien moins que la disparition militaire du Hezbollah, avec toutes les implications sur son existence politique. En somme on invite le parti de Dieu à se faire hara-kiri.
Ainsi , la table du-dit dialogue, à toutes les chances de se tenir...dans 100 ans !

Amère Ri(s)que et péril.

Une lueur d'espoir face à l'ignorance et au négationnisme de certaines liba-niaises.

Le Phare Aoun et le patriarche Rai au même diapason pour la défense nationale.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants