X

À La Une

Riyad aurait proposé à Loujain al-Hathloul de la libérer contre une déclaration niant toute torture

Arabie saoudite

Le ministère de l'Information s'est abstenu de tout commentaire.

OLJ/AFP
13/08/2019

Les autorités saoudiennes ont proposé à la militante des droits des femmes Loujain al-Hathloul de la libérer en échange d'une déclaration filmée où elle assurerait ne pas avoir été torturée et harcelée sexuellement en prison, a indiqué mardi sa famille.

Les services de "la Sûreté de l'Etat ont visité ma sœur en prison récemment. Ils lui ont demandé (...) d'apparaître sur une vidéo pour nier les tortures et le harcèlement" dont elle affirme avoir été victime, a assuré son frère Walid al-Hathloul sur Twitter. "Cela faisait partie d'un accord pour la libérer", a-t-il précisé.


Les autorités saoudiennes n'avaient pas réagi dans l'immédiat. Contacté, le ministère de l'Information s'est abstenu de tout commentaire.

Arrêtée il y a près d'un an lors d'une vaste campagne de répression, Loujain al-Hathloul, 30 ans, est poursuivie, ainsi qu'une dizaine d'autres activistes, pour contacts avec des médias étrangers, des diplomates et des organisations de défense des droits humains.

Certaines, dont Mme Hathloul, affirment avoir été torturées et harcelées sexuellement pendant leur détention. Une accusation que les autorités ont catégoriquement démentie.

Selon son frère, Mme Hathloul avait au départ accepté de signer un document niant avoir été torturée, comme condition préalable à sa libération.

Il assure que la famille ne comptait pas dévoiler cet arrangement. Mais des responsables de la Sûreté de l'Etat lui ont rendu visite une nouvelle fois en prison pour demander cette fois un témoignage vidéo, explique-t-il.

"Lui demander d'apparaître sur une vidéo et de nier la torture, cela n'est pas réaliste", a jugé Walid sur Twitter.

Sa sœur Lina al-Hathloul a confirmé que Loujain faisant l'objet de pressions pour nier les allégations de torture.

"Quoi qu'il arrive, je certifie (une fois) de plus: Loujain a été brutalement torturée et elle a été harcelée sexuellement", a-t-elle déclaré sur Twitter.

Les autorités de Riyad ont fait l'objet de pressions occidentales pour qu'elles libèrent ces militantes, dont la plupart ont été arrêtées au printemps 2018 dans le cadre d'une campagne de répression ayant précédé la levée historique d'une interdiction de conduire pour les femmes.

Cette vague de répression était la première depuis l'assassinat en octobre de l'éditorialiste et opposant saoudien Jamal Khashoggi au consulat du royaume à Istanbul. Son meurtre a suscité un tollé sans précédent et terni l'image de l'Arabie saoudite à travers le monde.


Pour mémoire

Quatre nouvelles militantes saoudiennes mises en liberté provisoire

Des militantes saoudiennes de la cause des femmes devant un tribunal pénal de Riyad

Des défenseurs saoudiens des droits des femmes derrière les barreaux

Quand MBS a peur que les femmes activistes lui fassent de l’ombre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants