X

À La Une

Incendie de Notre-Dame: la décontamination du quartier démarre

France

Première phase: aspirer tout ce qui peut l'être sur l'asphalte de la rue de la Cité, puis un brossage avec un produit tensio-actif et enfin un rinçage à haute pression permettant une récupération immédiate des eaux par aspiration.



OLJ/AFP/Jean-Louis DE LA VAISSIERE
13/08/2019

Un conteneur jaune et des tuyaux viennent d'être déposés à proximité de la rue de la Cité, sur l'île du même nom au cœur de Paris, pour le début mardi du nettoyage du plomb, toxique, répandu par l'incendie de la cathédrale Notre-Dame.

Au bout du quai du Marché neuf, un camion semi-remorque vient de repartir après avoir débarqué du matériel lourd : deux conteneurs, d'énormes bidons en plastique, des tuyaux, divers pompes et appareils...

Trois policiers veillent à ce que les touristes ne franchissent pas les barrières, pendant qu'un guide raconte bruyamment à un groupe espagnol huit siècles d'histoire de la cathédrale ravagée par un incendie le 15 avril.


(Lire aussi : Incendie de Notre-Dame : l'enquête préliminaire confirme la thèse accidentelle)


L'incendie qui a en partie détruit la cathédrale a fait fondre et s'écouler d'une part, et libéré sous formes de particules d'autre part, les centaines de tonnes de plomb contenues dans la flèche et la toiture. La Ville de Paris a été critiquée par plusieurs associations pour n'avoir pas révélé l'étendue de la contamination et avoir pris trop tard des mesures de précaution. 

Les travaux qui débutent s'étaleront jusqu'au 23 août. Au total 10.200 m² environ doivent être décontaminés par divers procédés.

Première phase: aspirer tout ce qui peut l'être sur l'asphalte de la rue de la Cité, puis un brossage avec un produit tensio-actif et enfin un rinçage à haute pression permettant une récupération immédiate des eaux par aspiration.

La zone 2 concernera l'ensemble du parvis ainsi que l'angle de la rue d'Arcole et de la rue du Cloître, sur le flanc nord du site, où rien n'indiquait mardi l'imminence de travaux. Le long d'une grande palissade métallique clôturant le chantier, des touristes continuaient à déambuler en famille. Les boutiques avaient sorti au soleil leurs stands croulant de souvenirs.

Certains revêtements de diverses natures, autres que l'asphalte, nécessiteront des méthodes différentes de nettoyage. Pour le granit ou le travertin, un gel désincrustant dépolluant sera badigeonné à l'aide d'une brosse. Après un temps de séchage de trois jours, le gel solidifié sera retiré.


(Lire aussi : Travaux, dons, pollution : quel bilan à Notre-Dame, trois mois après ?)


Contrôle du nettoyage
À la fin des opérations, un contrôle de leur efficacité devra encore être opéré.

Suspendu fin juillet en raison de la nécessité d'évaluer les risques, le gigantesque chantier de sauvetage de Notre-Dame proprement dit devrait reprendre le 19 août.

Il s'agira notamment de mettre en place les équipements de protection des employés des entreprises qui interviennent sur place, des charpentiers aux tailleurs de pierre. Des douches, des procédures très strictes d'équipements et de décontamination à chaque sortie du chantier sont prévues.

Ce sera progressivement, peut-être en septembre seulement, qu'il reprendra à plein régime, alors que la première phase, la sécurisation et la consolidation n'est pas encore achevée. Il faudra notamment terminer le renforcement avec des cintres des arc-boutants de la cathédrale, cette fois au dessus de la nef.

Une fois cette phase achevée, resteront à déterminer la nature des travaux, les matériaux, les sociétés retenues, la reconstruction ou non de la flèche à l'identique et le concours d'architectes qui doit le déterminer, la construction d'une cathédrale éphémère sur le parvis pour les fidèles et les touristes, etc... Le délai de cinq ans promis par le président Emmanuel Macron pour la reconstruction de la cathédrale "plus belle qu'avant" sera vraisemblablement difficile à tenir.



Lire aussi

Solidarité avec Notre-Dame : 28 artistes des Etats-Unis au Japon en vente dans une galerie parisienne

France : hommage à Notre-Dame et à sa flèche, "chef d'oeuvre du XIXe siècle"

Notre-Dame de Paris : Macron réaffirme le délai de cinq ans pour reconstruire

Notre-Dame de Paris: reconstruire la charpente en bois "probablement la bonne solution", selon un architecte

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En dépit de l’annonce des consultations, la situation reste confuse

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants