Rechercher
Rechercher

À La Une - Dans la presse

Aigle Azur en difficulté, selon le Figaro

Selon le quotidien français, la compagnie, qui assure entre autres liaisons Beyrouth-Paris et Beyrouth-Marseille, fait face à une série de difficultés, notamment la volonté de son PDG de faire une place à la compagnie "parmi les poids lourds du long-courrier".

Un avion de la compagnie Aigle Azur. Photo d'archives AFP

La compagnie aérienne française Aigle Azur, qui assure entre autres liaisons Beyrouth-Paris et Beyrouth-Marseille, est en difficulté financière et "se bat pour son avenir", selon les informations du Figaro.

Le quotidien français, qui rappelle qu'Aigle Azur se place derrière Air France en tant que deuxième compagnie aérienne française avec ses 1.400 salariés, explique que "les propriétaires des avions exploités par la compagnie craignent que cette dernière ne soit plus en mesure de les payer". "Aigle Azur, qui loue les douze avions qu’elle exploite, a déjà été contrainte de rendre l’un de ses neuf A 320 en juin dernier. Elle serait pressée par un autre «leaser» d’en rendre d’autres", poursuit Le Figaro.

Réagissant aux informations du journal, la compagnie, dont le premier actionnaire est le chinois HNA (49 % du capital), assure toutefois qu'"aucun propriétaire d’avion qu’elle exploite ne presse Aigle Azur de lui rendre un appareil."

Le quotidien explique ensuite qu'Aigle Azur fait face à une série de difficultés, notamment la volonté de son PDG, arrivé il y a deux ans, Frantz Yvelin, de faire une place à la compagnie "parmi les poids lourds du long-courrier".

En juin 2018, Aigle Azur avait annoncé l’ouverture d’une nouvelle ligne directe saisonnière Marseille-Beyrouth au départ de l’aéroport Marseille-Provence. Il s’agissait de la deuxième ligne vers Beyrouth d’Aigle Azur, qui assure la liaison avec Paris-Orly depuis le 5 juillet 2017. L'ouverture de ces destinations, ainsi que d'autres, notamment vers Kiev, s'est faite "sans stratégie commerciale claire", estime Le Figaro.

Par ailleurs, le journal souligne que l'actionnaire "fantôme" HNA ne joue pas son rôle au sein du conseil d'administration, et explique que l'entrée il y a deux ans d'un nouvel actionnaire puissant, David Neelemann, un entrepreneur américano-brésilien, "n'a pas conduit à créer une compagnie rentable".

Le Figaro rappelle enfin qu'Aigle Azur a dû consentir à une hausse des salaires de ses employés pour mettre fin à un long conflit social, ce qui a eu pour effet de faire flamber ses coûts.

"Aigle Azur assure et entend assurer tout son programme de vol, le mois d’août 2019 devant en outre être un mois record en termes de chiffre d’affaires, battant tous les précédents chiffres d’affaires mensuels réalisés", répond pour sa part la compagnie, dans son communiqué.

Créée en 1946, Aigle Azur transporte chaque année près de 2 millions de passagers sur près de 300 vols réguliers par semaine au départ de 5 villes françaises (Paris, Lyon, Marseille, Mulhouse et Toulouse), précise le site Air Journal. La compagnie dessert l’Algérie (Alger, Bejaïa, Constantine, Oran, Sétif et Tlemcen), l’Allemagne (Berlin), le Brésil (São Paulo), l’Italie (Milan), le Liban (Beyrouth), le Mali (Bamako), le Portugal (Lisbonne, Faro, Funchal et Porto), la Russie (Moscou), le Sénégal (Dakar) et l’Ukraine (Kiev).



Lire l'intégralité de l'article du Figaro ici

La compagnie aérienne française Aigle Azur, qui assure entre autres liaisons Beyrouth-Paris et Beyrouth-Marseille, est en difficulté financière et "se bat pour son avenir", selon les informations du Figaro.Le quotidien français, qui rappelle qu'Aigle Azur se place derrière Air France en tant que deuxième compagnie aérienne française avec ses 1.400 salariés, explique que "les...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut