X

À La Une

Le 9 août, « le Liban entier écoutera Mashrou’ Leila »

Conférence de presse

Après l'annulation du concert du groupe de rock libanais, interdit de se produire à Byblos vendredi prochain, la société civile contre-attaque.

02/08/2019

La société civile contre-attaque, après l’annulation par le Festival international de Byblos et sous la contrainte, du concert de Mashrou’ Leila, ce groupe de rock alternatif libanais accusé d’atteinte aux valeurs et symboles chrétiens, victime d’une campagne de menaces et d’incitations à la violence. Le 9 août prochain à 21 heures, date à laquelle était programmé le concert, chaque personne qui soutient la liberté d’expression, la liberté artistique et les libertés individuelles est invitée à partager publiquement et sur les réseaux sociaux une chanson du groupe, avec le hashtag للوطن# (lilwatan en arabe, pour la nation).

C’est ce qu’a annoncé vendredi le directeur de l’association SKeyes (Samir Kassir Eyes) qui milite pour la liberté d’expression, Ayman Mhanna. « Ils ont empêché quelque 5.000 personnes d’aller voir le concert de Mashrou’ Leila ? Mais c’est le Liban entier et bien au-delà qui va écouter Mashrou’ Leila », a martelé le militant. « On verra bien qui tirera bénéfice de cette annulation », a-t-il ajouté, dans une volonté annoncée de défier la décision d’annuler le spectacle. « Car sans voix, il ne peut y avoir de nation. Sans diversité, point de nation non plus. Sans liberté, il n’y a pas non plus de nation ».



(Lire aussi : Libertés publiques au Liban : « Le silence coupable des partis politiques doit cesser »)


L’Etat a failli à ses obligations
C’est lors d’une conférence de presse tenue vendredi sur la suite à donner à l’annulation du concert de Mashrou’ Leila, que SKeyes a lancé cette campagne de soutien au groupe. Organisée par la Commission nationale des droits de l’homme, dans les locaux de l’association Legal Agenda et en partenariat avec cette ONG de défense des libertés publiques, l’événement a vu la participation de Nizar Saghieh, représentant Legal Agenda, Bassam Kantar du Comité de prévention contre la torture, Hala Bejjani, directrice exécutive de l’association Kulluna Irada, Sahar Mandour d’Amnesty international, et du compositeur et chanteur Marcel Khalifé. Tour à tour, les activistes pour les droits humains ont insisté sur « la nécessité de combattre l’intolérance et la haine ». Ils ont surtout dénoncé « le laisser-faire de l’Etat qui a failli à ses obligations de protéger les quatre membres du groupe de rock, les organisateurs du Festival international de Byblos et le public, des menaces et discours haineux », appelant aussi à « protéger les libertés d’expression et artistique ». Ils ont rappelé par la même occasion, que « le groupe Mashrou’ Leila avait présenté son album 2015 au Festival international de Byblos, en 2016, sans que jamais l’Etat, ni l’Eglise, ni les individus ne se sentent menacés de quoi que ce soit ». Ils ont enfin, avec le concours de onze associations de défense des libertés publiques, adressé une dénonciation au procureur général près la Cour de cassation par intérim, Imad Kabalan, dénonçant « les sérieuses atteintes portées à l’encontre du groupe Mashrou’ Leila et ce qu’il représente », réclamant « des poursuites contre les parties qui ont lancé les discours haineux et incité à la violence à l’égard d’un groupe musical, d’un festival culturel et de son public ».
« Ces parties sont allées jusqu’à menacer d’effusions de sang, un précédent au Liban », ont condamné les participants.

Parallèlement, un concert gratuit, dont le lieu sera annoncé ultérieurement, est prévu le 9 août également, à l'heure où devait avoir lieu le concert de Mashrou' Leila, sous l'intitulé « La voix de la musique est plus forte : un concert contre la répression ». L'invitation a été lancée sur Facebook, avec une page du même nom qui a été créée à cet effet.

Alors que la résistance de la société civile se met minutieusement en place, le père Abdo Abou Kassem, président du Centre d’information catholique, adressait un message de remerciements aujourd’hui au directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, « pour avoir appelé à la protection des symboles religieux au Liban, contre ceux qui se produisent dans des festivals organisés et plus particulièrement contre ce concert qui devait avoir lieu dans le cadre du Festival international de Byblos ». Et d’ajouter : « Vous avez traité l’affaire avec une sagesse telle, que cette occasion de porter atteinte aux sacrements a été annulée par ses organisateurs ».

La polémique concernant le concert du groupe à Jbeil avait éclaté il y a quelques jours sur les réseaux sociaux en raison d'une atteinte présumée à la religion chrétienne due à une photo représentant une icône de la Vierge dont le visage a été remplacé par celui de la chanteuse Madonna, accolée à un article partagé par le chanteur du groupe, Hamed Sinno, en 2015. Deux des titres du groupe sont également pointés du doigt. Sur un plan plus implicite, l’homosexualité affichée du chanteur semble également déranger. Mardi, le comité organisateur du festival a finalement annoncé avoir été « obligé d'annuler le concert » du groupe « pour éviter une effusion de sang et préserver la sécurité et la stabilité ».


Lire aussi
Crise de foi
l'édito d'Emilie SUEUR

Ex-pressions, l'éditorial de Issa GORAIEB

Annulation du concert de Mashrou' Leila : les appels à protéger la liberté d'expression se multiplient

Écraser l’infâme dans l’affaire Mashrou’ Leila

Mashrou’ Leila, de vrais musiciens d’abord

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

UNE CHOSE EST BONNE POUR CE GROUPE

PARDON JE N'EN AVAIS JAMAIS ENTENDU PARLE

MAINTENANT IL EST DEVENU CELEBRE MONDIALEMENT ET LE LIBAN ASSASSINE DANS LA PRESSE INTERNATIONALE

A VOUS MAINTENANT UN REGAIN DE NOTORIETE , DE GROS SOUS EN PERSPECTIVE ET UNE HONTE POUR CEUX QUI VOUS ONT MENACES ET/OU INTERDIT EN ATTENDANT DE VOIR LA JUSTICE SUIVRE SON COUR

A MALHEUR QUELQUE CHOSE EST BON

C- F- Contributions et Interprétations

Madame El Hage écrit :
...""ce groupe de rock alternatif libanais accusé d’atteinte aux valeurs et symboles chrétiens, victime d’une campagne de menaces et d’incitations à la violence…""
et :
""La polémique concernant le concert du groupe à Jbeil avait éclaté il y a quelques jours sur les réseaux sociaux en raison d'une atteinte présumée à la religion chrétienne due à une photo représentant une icône de la Vierge dont le visage a été remplacé par celui de la chanteuse Madonna, accolée à un article partagé par le chanteur du groupe...""

""Accusation d’atteinte"" aux valeurs et symboles chrétiens, et ""atteinte présumée"" à la religion chrétienne …

Où ? Au Liban. Et c’est toujours le faux-semblant qui l’emporte. Atteinte à la religion dans le Canton Chrétien ? Alors que ces choses ne peuvent pas se produire. LE PAYS CHRETIEN S’ERIGE EN MODELE POUR LES AUTRES… Ne vous leurrez pas, nous sommes dans un canton de tolérance, d’ouverture aux autres cultures, et surtout de création artistique !
Je suis plutôt de près, non pas le concert, mais les rebondissements de la fusillade de Qabr Chmoun, le dialogue des armes, au pays de la liberté d’expression…
On écoutera du rock libanais, de ce groupe dont je n’ai jamais entendu parler auparavant… Vite se procurer un cd, et je suis sûr que le rock que je croyais mort, a repris une nouvelle vie, et qu’il ne vaut rien désormais sans le groupe de Machrou Leyla…
C. F./////////////////////////////////////

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUI EST LA SOCIETE CIVILE ET QUI L,A ELUE ET COMBIEN DE LIBANAIS ELLE REPRESENTE ? QUE CHACUN D,EUX MANIFESTE AVEC A LA MAIN LA PHOTO DE SA MERE, DE SA FEMME OU DE SA FILLE AVEC LA TETE DE L,ACTRICE MADONA COLLEE A LA PLACE DE LEURS TETES. SEULEMENT AINSI ILS POURRAIENT S,EXPRIMER.

Zorkot Mohamed

On a 1 million de choses plus importantes à faire le 9 août qu'à écouter ce groupe que je ne connaissais pas il y a de celà 2 semaines.

Antoine Sabbagha

Oublions ces singeries .On veut que le 9 août le gouvernement puisse se réunir pour sortir le pays de son immobilisme .

Amère Ri(s)que et péril.

En tout cas sans moi et sans ceux qui n'ont rien foutre du rock alternatif et des groupes irrespectueux des valeurs qui fondent la nation libanaise.

Faut pas confondre les choses, j'adore Mika, ses chansons sa sympathie et malgré son coming out cela n'enlève rien au respect qu'il merite en tant qu'artiste et Homme social fier de lui et de sa libanité.

Pareil pour Georges Mikel, malgré qu'il ait eu à faire des déclarations pas tjrs sympas sur les arabes.

Mais ce groupe possible sans le savoir voulait s'Allier avec des idées sataniques , avec madonna à la baguette.

C'EST PAS POUR NOUS ÇA.

Irene Said

3,4,5,6,7,8,9 août...encore 7 jours à nous casser les pieds avec cette histoire ?

N'avons-nous pas des problèmes bien plus vitaux à régler pour notre pays ?

De grâce, que chacun agisse et pense selon sa conscience personnelle, ainsi que selon sa propre façon de comprendre le "sacré"...mais en silence,
sans étaler partout son opinion !!!
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants