Rechercher
Rechercher

Événement

L’Arab Art Fair, ou l’art par tous et pour tous

La première foire d’art du Levant aux prix accessibles se tient ce week-end à l’hôtel Monroe, à Beyrouth.

Des œuvres pour tous les budgets à l’Arab Art Fair. Photo Florence Loeve

Farhat Farhat, fondateur de la première foire d’art du Levant qui se tient ce week-end à Beyrouth, voudrait que l’Arab Art Fair provoque une « révolution dans le monde de l’art arabe ». « Cette foire est une première, explique-t-il. Près de 75 % des œuvres présentées sont vendues entre 1 et 500 dollars, du jamais-vu pour une foire de l’art dans la région. Les artistes indépendants et non affiliés à des galeries d’art seront privilégiés afin de les aider à promouvoir leur carrière. » Ainsi, la foire est centrée sur l’idée de démocratiser l’accès à l’art, aussi bien du côté de l’artiste que de l’acheteur. L’art, peu importe sous quelle forme, ne doit pas appartenir à une seule classe sociale. « Vous ne pensez pas que la lecture devrait être réduite à une seule classe, n’est-ce pas ? C’est la même chose pour l’art », ironise Farhat Farhat.

Sur les 117 candidatures reçues, les organisateurs ont sélectionné 52 artistes issus de 8 pays différents. Parmi les artistes exposés : Suheil Baddour, Diana Hourani, Ramzi Kayello, Fatma al-Nuaimi, mais aussi Adel Kodeih, Élias Deeb, Fadel Ziadeh, Joseph Matar, Nizar Daher et Samir Abi Rached. Des noms syriens, palestiniens, libanais ou encore qataris, plus ou moins connus, sont à l’affiche de l’exposition qui se tient jusqu’à dimanche soir à l’hôtel Monroe, Minet el-Hosn. Si la peinture et la sculpture sont majoritairement à l’honneur, on y trouve également de la calligraphie ainsi que de la photographie.

En plus de présenter des œuvres et de les proposer à la vente, le but de cette foire est aussi de créer une réelle réflexion autour de l’art. Ainsi, des conférences seront organisées tout au long du week-end et s’animeront autour de trois thèmes différents : « L’art et les pays », « L’art et le marché » et « L’art et la fortune».

« La première conférence interroge la possibilité pour l’art et la créativité de jouer un rôle positif dans d’éventuels changements politiques au Moyen-Orient », explique Farhat Farhat. « La deuxième table ronde présentera la manière dont un artiste peut approcher une galerie, attirer des clients, donner de la valeur ajoutée à son travail, donner le bon prix à son œuvre, etc. » Celle-ci se déroulera en présence d’artistes confirmés et s’inscrit dans l’optique d’aider les plus jeunes artistes à lancer leur carrière. La troisième conférence conclut le week-end en questionnant la place de l’art dans la société, en interrogeant l’élitisme de l’art, rejoignant ainsi le thème global de la foire...


Farhat Farhat, fondateur de la première foire d’art du Levant qui se tient ce week-end à Beyrouth, voudrait que l’Arab Art Fair provoque une « révolution dans le monde de l’art arabe ». « Cette foire est une première, explique-t-il. Près de 75 % des œuvres présentées sont vendues entre 1 et 500 dollars, du jamais-vu pour une foire de l’art dans la...

commentaires (0)

Commentaires (0)