Liban

Geagea : À travers Bassil, c’est un cœur noir qui s’exprime...

F.N. | OLJ
08/07/2019

Gebran Bassil nous ramène 50 ans en arrière, a réagi hier, au micro de Radio Liban Libre le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, après avoir pris connaissance des propos tenus par le ministre des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre à Zghorta. Et d’ajouter : « Dans Bassil, c’est un cœur noir qui s’exprime. Cet homme ravive les tensions éteintes. Je ne suis pas étonné que Tripoli lui ait réservé cet accueil », en allusion à la manifestation qui a marqué son arrivée.

Selon des milieux sunnites bien informés, la visite de M. Bassil a été critiquée par la plupart des tendances politiques de Tripoli, qui voient une frappante contradiction entre ses fonctions de chef de la diplomatie libanaise et son rôle de chef de courant politique.

« M. Bassil est en train de faire du tort au vivre-ensemble et d’exacerber l’opinion en menant une campagne présidentielle prématurée qui divise plus qu’elle ne rassemble », ont affirmé des milieux proches de Dar el-Fatwa. Et ces milieux de rappeler que M. Bassil a déjà fait ses preuves dans sa mauvaise gestion du dossier de l’électricité et des navires-centrales, tout en s’interrogeant sur l’origine de sa fortune.

Pour en revenir au chef des FL, il a reproché à Gebran Bassil de « jouer au héros » et de « fanfaronner » sur « des épisodes délicats et controversés d’une guerre qu’il n’a pas connue ».

« Pour dissiper la tension et favoriser un retour à la normale, il faut que M. Bassil cesse de tenir ses discours acérés, d’attaquer les autres et de soulever des sujets qui ont été à l’origine de combats pour lesquels des Libanais sont morts », a conclu M. Geagea en exprimant l’espoir que les allocutions que le chef du CPL va prononcer lors de sa campagne au Liban-Sud ne seront pas semblables à celles qu’il a tenues dans la Montagne druzo-chrétienne et au Liban-Nord.

Samedi, le parti de Samir Geagea avait publié un communiqué accusant le chef du CPL d’avoir « consacré tous ses efforts, ces dernières années, à diviser les chrétiens à travers sa guerre continue envers les FL, que ce soit lors de la formation des gouvernements, des discussions administratives ou concernant les réformes ».

Selon un ancien ministre, le pays est « las des rodomontades de Gebran Bassil et n’aspire qu’au calme ». Et la source citée d’affirmer que tout le corps électoral réuni aux législatives de mai 2018 ne représente que 20 % de la population. « Croyez-moi, confie-t-il à L’Orient-Le Jour, 80 % des Libanais sont profondément dégoûtés par les partis et par le discours d’un homme qui déterre les cadavres des fosses communes puantes de notre mémoire. »

Sur Twitter, le leader druze Walid Joumblatt, qui entretient des relations extrêmement tendues avec le CPL de M. Bassil, surtout après les affrontements de dimanche dernier, a critiqué la visite du chef de la diplomatie dans la capitale du Liban-Nord. » S’il y a une région délaissée au Liban, c’est bien Tripoli. Elle a besoin de beaucoup plus qu’une route des Saints (en allusion au projet prôné par M. Bassil). (...) Tripoli n’a pas besoin de partis politiques démagogiques », a écrit M. Joumblatt.

Enfin, le député Tony Frangié s’est interrogé sur son compte Twitter sur les allusions du chef du CPL. « Quel est ce langage marqué par des “nous” et des “eux” ? Nous sommes tous libanais et voulons tous vivre ensemble dans une patrie une et unifiée, loin du climat tendu, des divisions et du communautarisme inversé que certains tentent de répandre. »

F.N.


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

ou etait jobran lors des 2 accords de meerab ?
ou etait michel aoun durant cette meme periode ?

OU ETAIT GEAGEA & SES CONSEILLERS ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE SONT DES BULLES DE GAZ METHANE QUI S,ECHAPPENT ET EMPESTENT L,ATMOSPHERE DU PAYS. LES POLES SONT RENVERSES.

Bery tus

Ce qui est dure c’est que Geagea a le droit de s’exprimer sur la guerre car oui effectivement lui l’a fait cette guerre mais pas Bassil donc Bassil ne peut se permettre d en parler comme si ce qu’il dit était la vérité absolue !!

Pour finir oui Hakim VOUS AVEZ LE DROIT DE DEMANDER DES COMPTES D’AILLEURS VOUS SEUL EN AVEZ LE DROIT CAR VOUD SEUL AVEZ FSIR 11 ANS DE PRISON PAS À LA HAYE MAIS BIEN DÉTENUE PAR VOS ENNEMIS D’HIER !!!

Donc basta la surenchère sur cette personne qui a préférée rendre les armes et qui après a préférés faire de la prison au Liban au lieu de fuir son destin

UN EXEMPLE À TOUS LES LIBANAIS

C. F. /////////////////////////////

Dernière citation :
…………………………… ""au Liban-Sud ne seront pas semblables à celles qu’il a tenues dans la Montagne druzo-chrétienne et au Liban-Nord.""

Donc, entre le Liban-Nord et le Liban-Sud, pour ceux qui ne connaissent pas la géographie du Liban, se trouve la Montagne druzo-chrétienne !!!!!!!!!!!!
""Montagne druzo-chrétienne"", qui s’exprime en ces termes ? D’abord druze, et puis chrétienne ! Pour parler de vivre ensemble, modèle à tous les Libanais. Cette Montagne, n’est ni chrétienne, ni druze. Cette Montagne (tout court) est le cœur battant du Liban, mais hélas les stigmates de la guerre sont encore visibles… On ne souhaite pas sur sa carte d’identité mentionner sa confession, mais bien sur la carte géographique. Et bientôt le sud chiite, alors…

Bonne journée. Avec tous mes compliments.

C. F. /////////////////////////////

...""Et la source citée d’affirmer que tout le corps électoral réuni aux législatives de mai 2018 ne représente que 20 % de la population. « Croyez-moi, confie-t-il à L’Orient-Le Jour, 80 % des Libanais sont profondément dégoûtés par les partis et par le discours d’un homme qui déterre les cadavres des fosses communes puantes de notre mémoire. »""

Cet ancien ministre est un poète parnassien qui jongle avec les chiffres. C’est bien possible que 20 % du corps électoral prend en otage le reste. Je n’en sais rien, mais les chefs, par leurs déclarations, donneurs de leçons, se font passer pour des bienfaiteurs de l’humanité, font retourner dans leurs tombes, tous ces morts… C’est triste mais que c’est bien dit : ""les fosses communes puantes de notre mémoire…""

C. F. /////////////////////////////

Je cite : ""Pour en revenir au chef des FL, il a reproché à Gebran Bassil de « jouer au héros » et de « fanfaronner » sur « des épisodes délicats et controversés d’une guerre qu’il n’a pas connue ».""

Eh bien oui, le chef des Ouèètes, sait de quoi il parle, puisqu’il a fait la guerre de la montagne, et son cortège de morts et de déplacés. Comment un jour on fera le tri entres les héros, (jouer au héro), les victimes et les bourreaux ? … En quoi sont-ils controversés ces épisodes connus par presque tout le monde, dans la montagne précisément ?
L’instrumentalisation de la mémoire à des fins de basse politique, c’est comme ça chez nous, au Liban ? Je n’arrive pas à le croire !!!

C. F. /////////////////////////////

Je cite ce passage : ""« Dans Bassil, c’est un cœur noir qui s’exprime. Cet homme ravive les tensions éteintes. Je ne suis pas étonné que Tripoli lui ait réservé cet accueil »"" … dixit le milicien-chef.

Je le redis, qui des deux chefs de formations politiques n’a pas intérêt à parler du passé ? Qui par le passé a mené son action en ""cœur noir"" (sic). Qui des deux chefs est plus Tartuffe, plus imposteur en politique ? Souvent la tartufferie va de pair avec la politique, mais à ce point !

S’il se réjouit de l’accueil tripolitain à son rival en politique, comment sera cet accueil, par les partisans des Karamé, si un jour l’ancien milicien effectuera une visite dans cette ville. Vous vous rendez compte, M. Noun, de ce vaudeville : les deux chefs maronites, sont mal accueillis dans une des villes les plus hospitalières du Liban.

C. F. /////////////////////////////

M. Noun, c’est très difficile d’entendre ces propos sur la guerre, ces petites déclarations, ces petites phrases, avec beaucoup de mauvaise foi, et avec lesquelles je ne peux pas garder mon calme……

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants