X

Idées

Ensemble, faisons face aux discours de haine qui embrasent le monde

Tribune
29/06/2019

Dans le monde entier, la haine gagne du terrain. Un déferlement d’intolérance et de violence engendrées par la haine menace les pratiquants de nombreuses confessions dans toutes les régions. Il est affligeant et perturbant de constater que ces faits odieux sont en train de devenir des réalités bien trop familières.

Au cours des derniers mois, nous avons vu : des juifs se faire assassiner dans des synagogues et leurs sépultures se faire profaner, maculées de croix gammées ; des musulmans se faire tirer dessus dans des mosquées, et leurs lieux de culte se faire saccager ; des chrétiens se faire tuer pendant la prière et leurs églises se faire incendier. Au-delà de ces attaques horribles, une rhétorique de plus en plus odieuse est dirigée non seulement contre des groupes religieux, mais aussi contre certaines minorités, contre les migrants, contre les réfugiés, contre les femmes et, de façon plus générale, contre celle ou celui qu’on appelle « l’autre ».

Alors que les discours de haine embrasent le monde, les médias sociaux sont exploités pour véhiculer le sectarisme. Les mouvements néonazis et les idéologies de la suprématie blanche ne cessent de se multiplier. Les discours incendiaires deviennent des armes au service d’intérêts politiques. Dans les démocraties libérales tout comme dans les régimes autoritaires, la haine est descendue sur la place publique, faisant planer une ombre menaçante sur notre humanité commune.

Depuis ses origines, l’Organisation des Nations unies mobilise le monde contre la haine sous toutes ses formes, à travers maintes actions de grande envergure, dans le but de défendre les droits humains et de promouvoir l’état de droit. En effet, l’organisation trouve son identité même et ses racines dans l’horreur qui se produit inévitablement quand on laisse trop longtemps la haine virulente faire rage sans y résister.

Nous considérons que les discours de haine portent atteinte à la tolérance, à l’inclusion, à la diversité, et à l’essence des normes et des principes des droits humains.

De façon plus générale, ils sapent la cohésion sociale, érodent les valeurs communes, apportent le terreau de la violence et font reculer la cause de la paix, de la stabilité, du développement durable et de la dignité.

Au cours des dernières décennies, les discours de haine ont été annonciateurs des crimes atroces qui les ont suivis, génocide compris, comme au Rwanda, en Bosnie ou au Cambodge. Je crains que le monde ne se trouve à nouveau dans une période aiguë de la bataille contre le démon de la haine.

C’est justement pour y faire face que j’ai lancé deux initiatives au sein des Nations unies. Premièrement, je viens d’inaugurer la « Stratégie et le plan d’action des Nations unies pour la lutte contre les discours de haine », afin de coordonner toutes les mesures prises dans l’ensemble du système des Nations unies pour que notre action s’attaque aux causes profondes du problème et gagne en efficacité.Deuxièmement, nous sommes en train d’élaborer un plan d’action devant permettre aux Nations unies de s’engager pleinement dans l’action visant à préserver les sites religieux et à garantir la sûreté des lieux de culte.

À ceux qui persistent à exploiter la peur pour diviser les populations, nous devons répliquer : « La diversité est une richesse, jamais une menace. » Un profond esprit de respect et de réceptivité mutuels, maintenu à travers le temps, peut transcender les salves de contenus postés et de tweets lâchés en une fraction de seconde. Nous ne devons jamais oublier qu’après tout, il y a toujours quelqu’un, quelque part, pour qui nous sommes précisément cet « autre ». Lorsque la haine est omniprésente, la sécurité devient illusoire. Nous faisons partie de la même humanité et avons, à ce titre, le devoir de veiller les uns sur les autres.

Bien entendu, toute action visant à combattre les discours de haine doit être menée dans le respect de tous les droits humains fondamentaux. Lutter contre les discours de haine n’équivaut pas à limiter ou interdire la liberté d’expression. Cela signifie plutôt qu’il faut empêcher les discours de haine de se muer en fléaux plus dangereux encore, en particulier les incitations à la discrimination, à l’hostilité et à la violence, qui sont interdites par le droit international. Nous devons traiter les discours de haine comme nous traitons tous les actes de malveillance : en les condamnant, en refusant de les alimenter, en leur opposant la vérité et en encourageant leurs auteurs à changer de comportement.

Il est grand temps d’intensifier notre action pour éradiquer l’antisémitisme, l’islamophobie, la persécution des chrétiens, ainsi que toutes les formes de racisme, de xénophobie et d’intolérance qui les accompagnent. Les pouvoirs publics, la société civile, le secteur privé et les médias ont tous un rôle important à jouer. Les dirigeantes et dirigeants politiques et religieux portent une responsabilité particulière pour ce qui est de promouvoir la coexistence pacifique.

La haine est un danger pour tous, et c’est donc l’affaire de tous que de la combattre. Ensemble, nous pouvons maîtriser cet incendie de haine et préserver les valeurs qui nous unissent tous dans une seule et même famille humaine.

Par Antonio GUTERRES

Secrétaire général des Nations unies

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants