X

Dernières Infos

Nigeria : plusieurs soldats tués dans une attaque de Boko Haram contre leur base

AFP
14/06/2019

La faction du groupe jihadiste Boko Haram affiliée au groupe Etat islamique a attaqué une base militaire du nord-est du Nigeria, tué "plusieurs" militaires et volé des armes, ont indiqué vendredi des sources militaires.

Les jihadistes de l'ISWAP (Etat islamique en Afrique de l'Ouest) ont lancé leur attaque à l'aube jeudi contre cette base militaire située dans le village de Kareto, à 335 km au nord de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, au coeur du conflit avec le groupe jihadiste.

"Les terroristes ont attaqué le 153e bataillon à Kareto vers 04h00 du matin (03h00 GMT) et mis en défaite les soldats qui ont dû se retirer après un dur combat", a précisé à l'AFP un officier préférant rester anonyme.

"Nous avons perdu plusieurs hommes", a-t-il ajouté, "mais nous sommes encore en train de compter combien. Une chose dont nous sommes sûrs, c'est que le commandant de la base, un lieutenant-colonel, fait partie des victimes".

Selon lui, les jihadistes ont saccagé la base et pillé armes et véhicules.

Ils ont "pris les soldats par surprise" alors qu'ils étaient en train de réparer du matériel de communication endommagé par un orage, a précisé un autre officier, toujours anonymement. Les soldats n'ont donc pas pu appeler à l'aide les deux bases militaires situées à proximité.

"On ignore encore le nombre exact de victimes mais la mort du responsable de la base a été confirmée", a-t-il lui aussi déclaré.

Selon ces deux militaires, les soldats défaits ont dû battre retraite à Damask, à une trentaine de kilomètres, à la frontière avec le Niger.

Des secours passaient la zone au peigne fin vendredi pour essayer de trouver des soldats ou des corps.

Le village de Kareto avait déjà été attaqué par l'ISWAP, dont les jihadistes ont attaqué des dizaines de bases militaires, tuant un grand nombre de soldats dans cette région instable.

De l'autre côté de la frontière avec le Cameroun, dimanche, une attaque de l'ISWAP a fait au moins 24 morts, dont 16 soldats, selon le ministre camerounais de la Défense. Quelque 64 jihadistes ont aussi été tués, a-t-il ajouté.

L'insurrection lancée par Boko Haram il y a une dizaine d'années dans le nord-est du Nigeria et sa répression par l'armée ont fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

Elle a ensuite gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun voisins, poussant à la création d'une une coalition régionale, la Force multinationale mixte (FMM).

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants