Rechercher
Rechercher

Liban - iran

Libération de Nizar Zakka : un cadeau pour Nasrallah uniquement, affirme Téhéran

La photo distribuée de la rencontre hier à Téhéran entre Abbas Ibrahim et Nizar Zakka.

Nizar Zakka, ressortissant libano-américain détenu en Iran depuis 2015 pour « espionnage au profit des États-Unis », a été libéré et devrait regagner en principe Beyrouth dans les vingt-quatre heures, selon plusieurs sources concordantes.

M. Zakka a pu s’entretenir hier avec le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, dépêché depuis dimanche par l’État libanais pour parachever, à travers des entretiens avec les dirigeants iraniens, la libération de M. Zakka. Le chef de l’État, Michel Aoun, mais aussi le Premier ministre, Saad Hariri, avaient à plusieurs reprises établi des contacts avec les autorités iraniennes pour obtenir la libération de M. Zakka.

Pas plus tard qu’hier matin, le président de la République, cité par notre confrère Georges Chahine dans le quotidien al-Joumhouriya, précisait que la libération de Nizar Zakka était une réponse favorable de la part du président iranien, Mohammad Rohani, à une requête personnelle qu’il avait lui-même exprimée au président iranien.

Cependant, l’agence iranienne Fars (semi-officielle) est venue semer la confusion hier après-midi, en affirmant, de « sources iraniennes bien informées », que « l’espion américano-libanais sera libéré dans les heures à venir et remis au Hezbollah ». « La remise de l’espion libano-américain est uniquement une réponse à la médiation menée par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Aucune négociation n’a eu lieu, à n’importe quel niveau ou avec n’importe quelle personne ou n’importe quel gouvernement. Cette libération n’a eu lieu que sur base du respect et de la place qu’occupe sayyed Nasrallah pour la République islamique d’Iran », ajoute le communiqué, interprété comme une volonté de la part de Téhéran d’offrir cette initiative au secrétaire général du Hezbollah plutôt qu’au président de la République ou à l’État libanais stricto sensu.


(Pour mémoire : Nizar Zakka : L’État libanais est dans un coma total)


Abbas Ibrahim a pour sa part démenti les propos de l’agence Fars, en affirmant à la chaîne NBN que « les autorités iraniennes vont libérer Nizar Zakka à la demande du président Aoun et vous verrez le dénouement de l’affaire demain au palais de Baabda ».

Avant l’agence Fars, le quotidien conservateur iranien Sobh-e-No avait fait état d’un marché visant à « échanger l’espion Nizar Zakka contre des Iraniens détenus en Occident », soulignant « l’influence déterminante » du secrétaire général du Hezbollah « auprès des responsables iraniens pour la libération » de M. Zakka.

Des sources proches de l’opposition chiite au Hezbollah ne sont pas sans s’interroger sur la signification de la volte-face de Téhéran, qui a décidé d’attribuer le crédit de la libération de M. Zakka à Hassan Nasrallah plutôt qu’à l’État libanais, dans le but de donner du secrétaire général du Hezbollah l’image d’un « élément de solution » au service « des opprimés ». L’initiative pourrait du reste s’inscrire dans le cadre d’un deal éventuel en cours entre Washington et Téhéran, l’image « humanitaire » du leader du Hezbollah, « y compris avec des personnalités accusées d’espionnage pour le compte des États-Unis », faisant bonne figure dans ce cadre.




Pour mémoire
Un des fils de Nizar Zakka reçu par Pompeo 

Les Nations unies appellent l’Iran à libérer Nizar Zakka

Hariri a demandé la libération de Nizar Zakka

Une loi du Congrès US portant sur le cas de Nizar Zakka


Nizar Zakka, ressortissant libano-américain détenu en Iran depuis 2015 pour « espionnage au profit des États-Unis », a été libéré et devrait regagner en principe Beyrouth dans les vingt-quatre heures, selon plusieurs sources concordantes. M. Zakka a pu s’entretenir hier avec le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, dépêché depuis dimanche par...

commentaires (3)

Le bazar des prisonniers et des personnes enlevées, est florissant au Moyen-Orient. Touristes de tous les pays, faites attention. Un touriste averti en vaut deux.

Honneur et Patrie

11 h 12, le 11 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le bazar des prisonniers et des personnes enlevées, est florissant au Moyen-Orient. Touristes de tous les pays, faites attention. Un touriste averti en vaut deux.

    Honneur et Patrie

    11 h 12, le 11 juin 2019

  • Vous voulez une preuve de plus que Hassan Nasrallah est uniquement au service de Téhéran et de ses intérêts ? Alors que certains continuent de prétendre envers et contre tout qu'il est un "résistant libanais" ? Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 29, le 11 juin 2019

  • RECONNAITRE LE HEZBOLLAH ET NON L,ETAT LIBANAIS POUR CETTE HISTOIRE C,EST QU,IL Y A DES TRACTATIONS AMERICABO IRANIENNES PAR HEZBOLLAH INTERPOSE. BIZARRE HISTOIRE !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    00 h 57, le 11 juin 2019

Retour en haut