Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Netanyahu goûte à l’échec, son avenir à nouveau en jeu dans les urnes

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’exprimant hier après la dissolution de la Knesset. Thomas Coex/AFP

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a essuyé un revers cinglant en échouant dans ses efforts pour former une coalition de gouvernement et a préféré provoquer de nouvelles élections quelques mois à peine après le précédent scrutin, du jamais-vu en Israël.

À l’issue d’une journée de débats envenimés et sous les cris de « Honte à vous » lancés par l’opposition, le Parlement a voté à la première heure, dans la nuit de mercredi à jeudi, sa propre dissolution et la tenue de nouvelles élections, un mois après avoir prêté serment à la suite des législatives anticipées du 9 avril. Les Israéliens retourneront aux urnes le 17 septembre.

C’est une rare défaite pour le flamboyant et orgueilleux Netanyahu, au pouvoir sans discontinuer depuis 2009 et plus de 13 ans au total en comptant un précédent mandat. Elle illustre la vulnérabilité du Premier ministre sortant, pas loin de passer pour imbattable mais fragilisé par sa possible inculpation dans trois affaires de corruption présumée. Le plan de route de M. Netanyahu a dérapé sur le vieil antagonisme entre laïcs nationalistes et ultra-orthodoxes autour de l’exemption de service militaire dont bénéficient des dizaines de milliers d’étudiants des écoles talmudiques. Avigdor Lieberman, chef du parti nationaliste et laïc Israël Beiteinou, s’est arc-bouté sur l’exigence d’une loi annulant l’exemption systématique des ultra-orthodoxes. Une « question de principe » pour M. Lieberman. Une ligne rouge pour les ultra-orthodoxes. « Nous voulons un gouvernement de droite et nationaliste, mais pas religieux », a déclaré M. Lieberman hier, « les Israéliens en ont marre de la capitulation devant les ultra-orthodoxes ». En soirée, M. Netanyahu a qualifié M. Lieberman de « serial-tombeur de gouvernements de droite ». Selon un sondage diffusé par la chaîne publique Kan, Israël Beiteinou obtiendrait huit sièges en septembre – contre cinq remportés en avril – des voix une nouvelle fois décisives pour former un gouvernement de droite. Le parti de M. Netanyahu obtiendrait le même nombre de sièges que ceux obtenus en avril (35).

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a essuyé un revers cinglant en échouant dans ses efforts pour former une coalition de gouvernement et a préféré provoquer de nouvelles élections quelques mois à peine après le précédent scrutin, du jamais-vu en Israël.À l’issue d’une journée de débats envenimés et sous les cris de « Honte à vous » lancés par...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut