X

Liban

« J’aurais voulu le serrer dans mes bras, mais son corps était froid comme la glace »

Témoignage

Le corps sans vie de Charbel el-Akh a été rapatrié d’Israël en décembre dernier. Son fils, qui a effectué les formalités, devrait comparaître en septembre prochain devant le Tribunal militaire. 

27/05/2019

Youssef Charbel el-Akh, 36 ans, originaire de Aïn Ebel, village exclusivement chrétien de la bande frontalière, devrait comparaître en septembre prochain devant le Tribunal militaire pour « contact avec l’ennemi ». C’est qu’il a contacté sa propre famille qui vit depuis 19 ans à Nahariya, dans le nord d’Israël, en décembre dernier pour rapatrier le corps de son père, mort dans un accident de la route en Galilée, via le passage de Ras Naqoura.

Youssef el-Akh ne comprend pas pourquoi un mandat d’amener a été délivré à son encontre, ou pourquoi il a été interrogé par les militaires ou pourquoi encore il devrait se justifier devant le Tribunal militaire. « J’avais bien prévenu les autorités comme il se doit du rapatriement du corps de mon père au Liban. J’ai effectué en toute légalité les formalités nécessaires pour respecter la dernière volonté de mon père, qui a voulu être enterré au Liban », dit-il.

Youssef el-Akh avait 17 ans en mai 2000. Sa famille et celle de son oncle paternel décident de partir en Israël avec le départ des troupes de l’État hébreu. Son père, âgé à l’époque de 48 ans, travaillait dans les rangs de l’Armée du Liban-Sud. « J’ai deux sœurs et un frère. Tous les trois sont plus jeunes que moi. Ils ont été scolarisés tout de suite en Israël, alors que moi j’étais à la fin de ma scolarité au Liban. Je devais passer mon bac. J’ai raté la première session mais je suis rentré en juillet 2000 au pays et j’ai réussi lors de la deuxième session de septembre. J’ai habité chez mes grands-parents paternels à Aïn Ebel. En 2006, ils sont morts tous les deux dans un intervalle d’une semaine. Mes sœurs se sont mariés en Israël, avec des hommes issus comme nous de familles libanaises exilées en Terre sainte, l’un est originaire de Kleya et l’autre de Rmeich (villages maronites de la bande frontalière). Mon frère a fait des études de médecine. Il exerce dans un hôpital à Tel-Aviv », raconte-t-il.


(Lire aussi : Appel au retour des Libanais exilés en Israël)


« Ma mère à 400 mètres de moi »
Si Youssef el-Akh témoigne à visage découvert, c’est parce que les autorités libanaises sont au courant de sa situation, et c’est un peu aussi parce qu’il a perdu son père sans jamais avoir la chance de le serrer une dernière fois dans ses bras. Il enchaîne : « Mon père a été victime d’un accident de la route en novembre dernier, il est resté un mois dans le coma à l’hôpital. Quand il est mort, nous avons respecté sa volonté de rapatrier son corps au Liban et nous avons effectué toutes les formalités avec les autorités libanaises et la Croix-Rouge internationale. En attendant l’ambulance qui transportait son corps, j’ai vu ma mère de l’autre côté de la frontière. Elle était peut-être à 400 mètres de moi. Je ne pouvais pas lui parler ou tenir sa main pour la réconforter. Une fois le corps de mon père arrivé à la frontière libanaise, le cercueil a été ouvert pour une dernière vérification d’identité. J’ai vu mon père. Je lui ai tenu la main, j’aurai voulu le serrer dans mes bras, mais son corps était froid comme la glace. C’était tout simplement un mort dans un cercueil. Il était âgé de 67 ans. Quand il avait quitté le Liban, c’était un homme vigoureux et en bonne santé âgé de 48 ans. »


Pour mémoire
Israël reconnaît avoir "accidentellement" coulé en 1982 un bateau de réfugiés libanais, tuant 25 d'entre eux

Et ces Libanais que nous avons oubliés en Israël ?

La loi d’amnistie toucherait les Libanais en Israël

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

La comédie tragico-stupide du Liban ne cesse de nous épaté...
On s'acharne contre les libanais en prétextant des lois ad hoc et sur mesure.
Allah yirhamak ya watan

LA VERITE

UNE NOUVELLE HONTE POUR LE LIBAN
ESPERONS QUE LES AUTORITES MILITAIRES FERONT PREUVE DE BON SENS
CES LOIS SONT RIDICULES DANS CE CAS C'EST TELLEMENT EVIDENT QUE C'EST MEME HONTEUX D'ENVISAGER DES POURSUITES
CONTRE CETTE PERSONNE QUI A FAIT TOUT DANS LE RESPECT DES LOIS

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET PUISQUE LE RIDICULE NE TUE PAS IL EST PRATIQUE CHEZ NOUS A FOND !

Irene Said

Le Tribunal Militaire...!

Youssef Charbel el-Akh,
a-t-il trahi sa patrie, l'a-t-il livrée à l'ennemi, a-t-on le droit de lui faire payer pour son père, décédé depuis, parce-qu'il travaillait dans les rangs de "l'Armée du Liban-Sud" dans les années 2000 ???

Que sont-ils encore capables d'inventer pour ridiculiser notre soit-disant "justice militaire"
qui devrait, elle, être exemplaire ?
Irène Saïd


Cadige William

Souhaitons que les procureurs du Tribunal Militaire
puissent faire preuve d’humanisme dans cette triste histoire..

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants