X

À La Une

Israël reconnaît avoir "accidentellement" coulé en 1982 un bateau de réfugiés libanais, tuant 25 d'entre eux

Sur le net

La chaîne d'information israélienne Channel 10 revient sur l'opération "Dreyfus", jusque-là classée secret défense par l'armée israélienne.

OLJ
23/11/2018

La chaîne d'information israélienne Channel 10 a révélé jeudi que l'armée israélienne a reconnu, 36 ans plus tard, avoir "accidentellement" tué 25 personnes en juin 1982 pendant son invasion du Liban, en coulant un bateau civil qui transportait des réfugiés libanais et des travailleurs étrangers au large de Tripoli, au Liban-Nord.

"Un sous-marin (israélien) a tiré sur un bateau transportant des réfugiés libanais. +Il y avait une atmosphère de tir à tout prix+", écrit Channel 10 sur son site web, qualifiant l'opération appelée "Dreyfus" comme "l'un des secrets les mieux gardés" de la marine israélienne.

En juin 1982, Israël, déterminé à anéantir l'Organisation de libération de Palestine (OLP), dirigée à l'époque depuis le Liban par Yasser Arafat, envahit le pays du Cèdre lors de l'opération "Paix en Galilée". Dans le cadre de l'invasion, la marine israélienne avait imposé un blocus naval au Liban, rappelle Channel 10, qui a envoyé à la Haute cour de justice israélienne une pétition afin de rendre publiques les informations concernant l'opération "Dreyfus".

Le sous-marin en question, de type Gal, faisait partie de cette opération qui avait pour but officiel d'empêcher la marine syrienne d'intervenir dans le conflit au Liban, explique le Times of Israel sur son site web.

"Le commandant du sous-marin, "Major A.", a (ordonné à son équipage) de suivre le navire (civil) et a pensé à tort qu'il transportait des terroristes (combattants de l'OLP, ndlr). Touché par deux torpilles, le bateau a explosé et a commencé à couler. Il a été interdit à l'équipage du sous-marin de sauver les passagers et 25 personnes ont été tuées", relate Channel 10.

Ce n'est qu'environ dix ans après l'incident qu'une enquête militaire israélienne est menée. Interrogé par les enquêteurs militaires, le Major A. avait indiqué avoir agi conformément aux règles de tirs à vue, affirmant avoir vu à bord du navire une quarantaine d'hommes, tous vêtus du même uniforme.

L'adjoint du commandant du sous-marin, "le capitaine B.", contredit toutefois les déclarations de son supérieur. "L’atmosphère dans le sous-marin était empreinte d’une forte volonté d’attaquer et de tirer à tout prix ... Je pensais qu’il était interdit de tirer car l’identité n’était pas certaine", racontait-il, selon Channel 10.

Le capitaine du bateau civil libanais, qui tentait de gagner Chypre, ainsi que 24 autres personnes, dont les identités n'ont pas été dévoilées par la chaîne israélienne, ont péri dans cette attaque. Dans le chaos du conflit, ni les Libanais ni les Palestiniens n'ont su que l'embarcation en question avait été coulée par un sous-marin israélien, selon le Times of Israel.

L'enquête de l'armée israélienne a conclu que le commandant du sous-marin n'avait pas commis d'erreur, et avait agi dans le cadre des ordres qu'il avait reçus. Elle souligne qu'il avait refusé de tirer sur des navires suspects qui transportaient probablement des combattants palestiniens, car il suspectait la présence de civils à bord de ces navires.

"Il ne s'agit pas d'un crime de guerre et il n'y a pas eu d'inconduite. Il n'y a pas de place pour une action en justice", conclut l'enquête, selon Channel 10.


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST PAS ACCIDENTELLEMENT... C,EST SUR ORDRE CRIMINEL !

L’azuréen

Mais enfin ils ont tiré sciemment sur une cible civile ! S’ils avaient le moindre doute le commandant aurait dû arraisonner le bateau et vérifier. Ces agissements sont donc contraires aux conventions de Genève . C’est un crime de guerre et le commandant dans ce cas peut parfaitement refuser d’obtempérer : c’est tout simplement l’application du principe de « la baïonnette intelligente »....

Eleni Caridopoulou

Qui peut toucher aux sionistes? Tout cette guerre au Liban c'est. Grâce a Henry Kissinger qui a promis aux palestiniens le Liban

Le point

En 1982 quand Arafat était dans le port de Beyrouth, sur le point d'être évacué, il s'est trouvé dans le viseur d'un tireur d'élite israélien. Le soldat voulait prendre l'accord des ses chefs avant de tirer mais Sharon donna l'ordre de ne pas tirer !!!! (lu dans la presse il y a quelques années).

Le but ultime d'Israël est de laisser le Liban sous le règne du chaos. Et les teneurs du pouvoir au Liban sont des experts-nés dans le maintien du chaos. Sinon Israël auraient pu évacuer le dernier kilomètre carré de Cheba'a et de déclarer la paix au Liban. Ils ont peur que la milice de chez nous se trouve sans raison d'être.

LIBAN D'ABORD

Tres triste histoire qui a le merite de donner au moins a leur famille une cloture de leur deuil.

Ces personnes rentraient au Liban et ne s'enfuyaient pas du Liban. Ils sont des martyrs de la guerre du Liban et de l'amour porte a leur patrie

D'autre part il faut quand meme qu'un jour ou l'autre TOUS les Libanais reconnaissent que sans l'invasion du Liban par Israel en 1982 Jounieh serait aujourdh'ui la capitale d'un pseudo etat Palestinien car nous n'oublierons jamais que la conquete de Jerusalem devait passer par Jounied dixit Arafat

Que serait devenu les Chretiens , les Sunnites et les Chiites au Liban ? pourquoi personne ne pose cette question?

CELA NE JUSTIFIE PAS EVIDEMENT CET EVENEMENT TRAGIQUE
ET DEPLORABLE MEME EN TEMPS DE GUERRE

Wlek Sanferlou

Crime par arrogance, crime par peur et crime par dédain! Les justifications sont futiles

AIGLEPERçANT

Ces révélations du passé ne pourront jamais cacher celles du présent ou du passé récent.

L'impunité pour ces crimes restera tjrs de mise tant que l'agresseur usurpateur ne sera pas MILITAIREMENT EN DANGER.

Gros Gnon

Donc si j'ai bien compris, ce qui détermine si une action militaire est justifiable et pardonnable, ou au contraire un crime de guerre ou acte de terrorisme, c'est le vecteur de la bombe.

Si l'agresseur dispose d'une aviation moderne ou de sous-marins ... ça va. Si au contraire la bombe est délivrée par voiture piégée ou combattant-suicide, là ça ne va plus du tout.

Même si dans le premier cas la cible est civile et dans le second strictement militaire.

De plus, dans le premier cas tirer sans provocation s'appelle "attaque préventive", alors que dans le second cas on dit "aggression barbare", même si c'est en réaction à la première...

Sarkis Serge Tateossian

Voilà un exemple type de crime délibéré, commis en toute conscience qui dépasse de loin l'affaire khashoggi, un crime qui concerne plus de 25 malheureuses personnes qui fuyaient les violences d'une guerre absurde... Et qu'on les à littéralement explosé en plein mer...


Son auteur dit qu'il n'y a pas faute, ni suite judiciaire à lui donner ( à ce crime) .
Pire encore ... L'opération portait le nom de "Dreyfus" ... Synonyme de racisme et d'injustice...

Mais qui est profondément injuste dans cette affaire ? N'est-ce pas l'agresseur ?

De l'affaire khashoggi on en à fait un fromage .... Qui parlera et dénoncera ce crime horrible ?

Effendi Erdogan ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants