X

Idées

Les valeurs judéo-chrétiennes, une notion impropre en Orient

Point de vue
Georges CORM | OLJ
25/05/2019

De la Nouvelle-Zélande au Sri Lanka, la multiplication des heurts et agressions entre musulmans et non-musulmans ne cesse de confirmer que la montée effrayante des fanatismes et des obscurantismes semble être devenu le caractère prédominant de ce début du XXIe siècle. Dans ce cadre, les discussions sur le texte coranique et sa compatibilité avec les valeurs démocratiques n’en finissent plus – quitte, notamment, à réduire ce dernier à une lecture saoudo-wahhabite qui doit en grande partie son succès à son instrumentalisation par les États-Unis pour faire reculer l’influence socialiste et tiers-mondiste dans la région. Parallèlement, les thèses développées par Samuel Huntington sur Le Choc des civilisations (1996), qui reprennent notamment les enseignements formulés quelques décennies auparavant par l’historien Bernard Lewis, semblent encore avoir le vent en poupe. Si ces thèses ont depuis été réfutées par de nombreux chercheurs – dont Tzvetan Todorov (La peur des barbares, 2008), ou moi-même (La Nouvelle question d’Orient, 2017) –, il est particulièrement inquiétant, dans ce contexte de tensions interreligieuses, de voir un autre concept, celui de « valeurs judéo-chrétiennes », commencer à prospérer sous nos latitudes, c’est-à-dire hors du contexte géographique et historique dans lequel il s’est originellement développé.

Substitution sémantique

Forgée dans le courant du XIXe siècle, l’expression de « valeurs judéo-chrétiennes » n’est véritablement entrée dans le vocabulaire courant en Europe qu’au cours des dernières décennies. Elle est venue se substituer presque subrepticement aux racines gréco-romaines dont s’était réclamée le Vieux Continent depuis la Renaissance, vraisemblablement pour secouer le joug de l’Église romaine. Par la suite, les principes de la Révolution française de 1789 conduiront progressivement la plupart des États européens à abandonner les religions d’État qu’ils avaient institués quelques siècles auparavant. Dès lors, cette substitution sémantique récente des « valeurs judéo-chrétiennes » aux racines gréco-romaines, s’inscrit principalement dans les efforts destinés à sceller le passé d’oppression subi par les communautés juives européennes, culminant avec l’Holocauste nazi durant la Seconde Guerre mondiale. En évoquant des valeurs communes judéo-chrétiennes, les Européens veulent ainsi marquer la réconciliation définitive entre les deux monothéismes si longtemps ennemis.

Tout ceci est bien compréhensible si l’on est un Européen. Pour autant, il est particulièrement troublant d’entendre certains théologiens importer ce concept au Liban. Le regretté père Youakim Moubarac, homme de science et de paix, en évoquant l’évolution contemporaine du judaïsme, affirmait que celui-ci ne pouvait pas se résumer « à un titre de propriété foncière » sur la Palestine. Il ne manquait pas d’ajouter que si le catholicisme avait fait son mea culpa par rapport au judaïsme, amendé ses textes théologiques qui faisaient du peuple juif un « peuple déicide », la position du judaïsme sur le christianisme n’avait en revanche pas changé : aucune reconnaissance de la nature du Christ, au moins comme l’a fait l’islam – pour qui Jésus, dans le texte coranique, est un grand prophète sur qui a soufflé l’esprit de Dieu (sans parler de la sourate du Coran à la gloire de la Vierge Marie).

L’appui inconditionnel généralement donné par les nouveaux évangéliques protestants, dont la culture est largement basée sur l’Ancien Testament, à l’État d’Israël et sa politique de persécution des Palestiniens, est en revanche peu étonnant : les États-Unis eux-mêmes se sont vus comme disposant d’une nouvelle Terre promise sur laquelle ils n’ont pas hésité à pratiquer un génocide de la population indigène et donné à nombre de leurs villes le nom de celles de la Terre sainte originelle.

Chez les catholiques et les orthodoxes, il n’en est pas de même. Selon eux, le Christ par ses paroles révolutionnaires est venu briser et dépasser le carcan de l’Ancien Testament. Saint Paul, lui-même juif, viendra donner au christianisme naissant toute sa spécificité par rapport au judaïsme. Récemment, un très bel ouvrage de Frédéric Lenoir, Le Christ philosophe (2017), est même venu démontrer que les grands principes de la Révolution française sont eux-mêmes issus de la philosophie qui se dégage de l’enseignement du Christ. Ce dernier a en effet prêché la liberté (par rapport à la tradition ossifiée), la fraternité (contre toute forme de discrimination) et l’égalité entre tous les hommes.

Affirmer notre différence

Notre christianisme oriental se doit donc de conserver l’héritage christique dans sa pureté originelle. Nos théologiens n’ont guère besoin d’importer le concept de « valeurs judéo-chrétiennes », alors qu’en fait le christianisme s’est développé en se séparant du judaïsme et non en cheminant paisiblement avec lui. Certes, il n’est plus question, notamment depuis Vatican II (1962-1965), de maintenir l’antijudaïsme théologique qui a longtemps été celui de l’Église catholique romaine et bien sûr encore moins de l’antisémitisme raciste, tel qu’il s’est développé en Europe aux XIXe et XXe siècles. Mais ici, en Orient chrétien, terre des origines, quel besoin de suivre aveuglément les évolutions européennes ?

D’autant que, jusqu’à la création de l’État d’Israël et la spoliation des terres palestiniennes, les sujets juifs des différents entités musulmanes qui ont gouverné notre Moyen-Orient depuis le VIIIe siècle n’ont jamais été persécutés (à la différence des chrétiens orientaux, assimilés parfois à tort aux Européens dont ils partagent la foi).

Il faut donc garder raison dans ce domaine et affirmer notre différence avec le christianisme occidental. Nous sommes les représentants authentiques du christianisme oriental des origines et l’Église de Rome comprendra sûrement que nous ayons une vision et une expérience historique totalement différente de celle du christianisme occidental.

Par Georges CORM

Ancien ministre des Finances (1998-2000) et professeur à l’Institut des sciences politiques de l’Université Saint-Joseph. Dernier ouvrage : « La nouvelle question d’Orient » (La Découverte, 2017).

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ziad Gabriel Habib

Terrain glissant sans aucun doute. Certains écrits disent "oeil pour oeil et dent pour dent" et d'autres disent "celui qui te frappe sur ta joue gauche, tourne lui la droite". Pourtant, c'est le même Dieu qui les a dits; dit-on. Cherchez l'erreur!

Moussalli Georges

Cher Monsieur Corm,
Vous parlez d’un héritage christique. Regardez bien autour de vous il y en a de nombreux.
Il existe par-contre un seul message christique. Ce message, interprété différemment par les différentes dénominations dites chrétiennes, a engendré des héritages multiples qui se sont souvent opposés au cours de l’histoire.
Ces héritages sont cependant unanimes dans leur reconnaissance d’un fait indéniable : Le Christ est le messie annoncé par l’ancien testament.
Le fait que toutes ces dénominations chrétiennes se retrouvent dans ce qui les unit, les valeurs judéo-chrétiennes, est légitime et souhaitable.
Libre à vous de considérer ces valeurs judéo-chrétiennes comme dérangeantes dans l’univers socio-politique où vous gravitez et grand bien vous fasse de les décrier. Elles sont là indéniables et ne cesseront pas de vous offenser malgré vos considérations décousues, contradictoires et infondées.

michel raphael

-MR CORM A SON GPS COMPLETEMENT DEBOUSSOLE...

-LE MOYEN ORIENT A ETE 'JUDEO' ENSUITE "CHRETIEN"...

-MR CORM LE CONFIRME QUAND IL ADMET QUE LE NOUVEAU TESTAMENT EST VENU APRES L'ANCIEN POUR LE RECTIFIER''

-CETT HISTOIRE A DUREE DES MILLENAIRES DE PRESENCE EN ORIENT,,,,

-MR CORM DIT LE VRAI ET SON CONTRAIRE??

-L'ARABE N'EST VENU QU'EN 3EM SUR DE LA TERRE JUDEO CHRETIENNE ET L'A OCCUPEE PAR LA FORCE A LA MANIERE DAHESH ..........

Chucri Abboud

Comme toujours , notre éminent professeur et ami met les points sur les "i" de façon la pus magistrale , mille mercis .
Cependant j'irai personnellement plus loin en prétendant qu'en Occident aussi , et ceci malgré les édits de Vatican II , il est urgent d'insister sur le fait que la notion de judeo-christianisme est une notion biaisée , et que , comme l'écrit Georges Corm lui-même, "le Christ par ses paroles révolutionnaires est venu briser et dépasser le carcan de l’Ancien Testament " qui reste la base du Judaisme , donc le Nouveau Testament est venu bouleverser l'Ancien pour , en fin de compte , en devenir l'antagoniste !
Ceci me mène personnellement à considérer que l'expression " Valeurs Judéo-Chrétiennes " n'est ni plus ni moins qu'un simple oxymore sans aucune valeur sémantique , car basée sur un non-réalité , et inventée purement et simplement afin de réhabiliter le judaisme après Vatican II .

C- F- Contributions et Interprétations

""Notre christianisme oriental se doit donc de conserver l’héritage christique dans sa pureté originelle.""

""Tout ceci est bien compréhensible si l’on est un Européen. ""

Du déjà lu, mais trop chargé de sous-entendus, l’article ne se commente pas.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES VALEURS JUDEO-CHRETIENNES VIENNENT DU FAIT QUE L,ANCIEN TESTAMENT EST INCORPORE AU NOUVEAU. ON PEUT AUSSI PARLER DE VALEURS JUDEO-MUSULMANES CAR 90 PCT DU CORAN EST BASE AUSSI SUR L,ANCIEN TESTAMENT. LES TROIS RELIGIONS MONOTHEISTES ONT DES VALEURS COMMUNES MAIS L,UNE EN DEROGE LE PLUS SOUVENT.

Ici et ailleurs

Article très enrichissant.

Seul l'Etat de Singapour a résolu les conflits potentiels sur son territoire entre les différentes religions. L'Etat a mis à disposition des locaux pour la prière de vendredi, samedi et de dimanche alternativement selon les traditions des 3 religions monothéistes et pour permettre aux croyants de célébrer leurs fêtes.

Toutes manifestations à tendance religieuses en dehors de ce cadre est réprimée et ses auteurs sont emprisonnés ou expulsés.

Chez nous la religion est identitaire et il serait impossible de suivre l'exemple de cet Etat asiatique.

Mais en Occident, là où il y a séparation entre Droits civils et Droits divins il est urgent de faire de la religion une affaire personnelle et confidentielle pour empêcher les guerres religieuses potentielles.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avant la visite de Bassil en Syrie, Sergueï Lavrov attendu à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.