X

Liban

Affaire Rachid Joumblatt : le leader du PSP dénonce un acte « vindicatif injustifié »

Liban
OLJ
16/05/2019

Le chef du Parti socialiste progressiste, l’ancien député Walid Joumblatt, a réagi hier via Twitter à la détention de Rachid Joumblatt, un activiste et membre du parti, trois jours après son arrestation lundi dernier par la Sécurité de l’État. Le prévenu est accusé de diffamation à l’encontre du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, dans une vidéo qu’il avait publiée sur Facebook en mars dernier.

« Alors que je stigmatise toute attaque personnelle ou usage de propos calomnieux contre qui que ce soit, je respecte aussi la liberté d’opinion et la nécessité de replacer certaines choses dans le contexte de leur progression historique. Dans ce cadre, j’ai appelé plusieurs fois Rachid Joumblatt à se calmer et changer sa méthode, mais je perçois dans le maintien de sa détention un coup arbitraire et vindicatif injustifié », a écrit le leader druze, en séjour à Paris.

Dans sa vidéo, Rachid Joumblatt critique avec virulence le discours que M. Bassil a prononcé lors de la messe célébrée à Deir el-Qamar, dans le Chouf, en mémoire des chrétiens victimes de massacres perpétrés en représailles à l’assassinat du leader druze Kamal Joumblatt, en mars 1977. L’activiste compare les propos du chef du Courant patriotique libre – qu’il affuble d’un surnom réducteur – au discours populiste ultrachrétien de Tanios Chahine, meneur de la révolte paysanne dans le Kesrouan en 1859 contre les féodaux, qu’il a élargie au Metn et à Jbeil, multipliant des assauts contre des druzes au nom de la protection des chrétiens dont il se faisait le promoteur. Ces violences avaient servi de catalyseurs aux événements de 1860.

Rachid Joumblatt rappelle ensuite que d’autres chrétiens avaient tenu tête à Tanios Chahine, précisément Youssef bey Karam, qui a mené la rébellion contre l’Empire ottoman en 1866-1867, créant un embryon de nationalisme libanais. Et Rachid Joumblatt de faire valoir qu’il y a aujourd’hui deux Youssef bey Karam au moins à même de tenir tête à Gebran Bassil.

La Sécurité de l’État, qui a annoncé l’arrestation de Rachid Joumblatt lundi dans un communiqué, a présenté la vidéo comme « visant à provoquer et créer des dissensions communautaires, dont se sont plaints de nombreux citoyens (de Deir el-Qamar, NDLR) ». C’est pour « préserver l’autorité de l’État, empêcher toute division et appliquer la loi (que) la Sécurité de l’État a arrêté cette personne, sur ordre du procureur général près la Cour d’appel du Mont-Liban et procédé à son interrogatoire ».


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants