X

À La Une

Embarrassant cafouillage au Pentagone sur la menace iranienne

Sécurité

Rompant avec l'unité affichée depuis 2014 par les partenaires de l'opération Inherent Resolve (OIR) de la coalition internationale, le commandement militaire américain au Proche-Orient contredit le porte-parole adjoint britannique de la coalition anti-Etat islamique qui a assuré à la presse que le niveau de menace représenté par les milices pro-iraniennes pour les forces occidentales ne s'était pas intensifié récemment.

OLJ/AFP
15/05/2019

Le niveau réel de la menace iranienne contre les intérêts américains au Proche-Orient a donné lieu mardi à un cafouillage embarrassant au Pentagone, où l'armée américaine a dû démentir des propos rassurants d'un porte-parole britannique de la coalition internationale en Irak et Syrie.

Alors que les Etats-Unis ont envoyé dans le Golfe le porte-avions USS Abraham Lincoln et une force de bombardiers en réponse à une "menace crédible" de la part de Téhéran, le général britannique Chris Ghika, porte-parole adjoint de la coalition anti-Etat islamique (EI) menée par les Etats-Unis, a assuré à la presse que le niveau de menace représenté par les milices pro-iraniennes pour les forces occidentales ne s'était pas intensifié récemment. "Il n'y a pas d'aggravation de la menace posée par les forces pro-iraniennes en Irak et en Syrie", a déclaré le général Ghika, qui s'exprimait depuis Bagdad au cours d'une téléconférence au Pentagone. "Nous n'avons constaté aucun changement dans la posture ou le déploiement du Hachd al-Chaabi", a ajouté le militaire britannique, en référence au vaste groupement d'unités paramilitaires irakiennes engagées dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI). "Nous espérons et nous nous attendons à ce que cela continue", a ajouté le général Ghika, commandant adjoint de la coalition chargé de la stratégie et l'information.

Pressé de questions sur cette apparente contradiction avec le discours de l'administration américaine, qui a fait état de menaces "inquiétantes" et de "signaux clairs" de préparatifs iraniens d'attaques contre des intérêts américains dans la région, il a assuré ne pas être "en décalage avec la Maison Blanche". "Ce que je dis, c'est que nous surveillons les menaces avec beaucoup d'attention et que nous ajustons les mesures de protection de nos forces en conséquence", a-t-il dit. "Est-ce que je m'inquiète du niveau de danger? Non, pas vraiment. Nous prenons toute une série de mesures de protection (...) et nous les jugeons totalement satisfaisantes".



(Lire aussi : Pompeo depuis Moscou : Nous ne cherchons pas une guerre avec l'Iran)



Niveau d'alerte "élevé"
Rompant avec l'unité affichée depuis 2014 par les partenaires de l'opération Inherent Resolve (OIR) de la coalition internationale, le commandement militaire américain au Proche-Orient (Centcom) a rapidement contredit le général Ghika. "Les récents commentaires du commandant adjoint de l'OIR contredisent les menaces crédibles reçues des services de renseignement américains et alliés concernant les forces pro-iraniennes dans la région", a indiqué dans un communiqué le porte-parole du Centcom, le commandant Bill Urban. "Le commandement central des Etats-Unis, en coordination avec l'opération Inherent Resolve, a renforcé le dispositif des forces affectant tous les militaires déployés par la coalition en Irak et en Syrie", a ajouté le porte-parole. "Par conséquent, l'OIR est aujourd'hui à un niveau d'alerte élevé et nous continuons à surveiller étroitement les menaces crédibles et peut-être imminentes contre les forces américaines en Irak", a conclu le porte-parole américain.

Signe des divisions entre les Européens et les Etats-Unis sur la stratégie de tension de l'administration du président Donald Trump au Proche-Orient, le général Ghika avait tenu à souligner que la mission de la coalition internationale était de lutter contre l'EI et non le régime iranien. "Notre mission est de vaincre l'EI. L'Iran ne figure ni sur les ordres qui m'ont été donnés, ni les directives, ni sur aucun document d'organisation", a-t-il relevé. "Nous sommes ici à l'invitation du gouvernement irakien pour vaincre l'EI, pas pour avoir quoi que ce soit à voir avec l'Iran", a-t-il ajouté. "Je le souligne parce que je pense que c'est vraiment important à ce stade".


Lire aussi

Trump dément tout projet d'envoyer 120.000 soldats au Moyen-Orient pour contrer l'Iran

Dans le détroit d'Ormuz, le risque d'une "guerilla navale"

Le détroit d'Ormuz, passage stratégique sous haute tension

Les pasdaran dénoncent la guerre psychologique américaine


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN FAIT ET POUR ETRE FRANC : QUI MENACE QUI DES DEUX PROTAGONISTES ?

HABIBI FRANCAIS

Et les sabotages des 4 petroliers c est quoi?c est bien la mise en oeuvre de la menace des mollahs...idem l attaqie de l oleoduc ....les USA doivent attaquer l Iran et en finir avec ceregime terroriste....c est le souhait des peuples israeliens,arabes et iraniens!

Irene Said

Qu'ils s'entretuent entre eux, et nous foutent enfin la paix !
C'est le niveau d'alerte de leurs folies qui est élevé !
Irène Saïd

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants