Rechercher
Rechercher

Liban

Aoun : Le Liban cesserait d'exister si tous les réfugiés y restaient

Le président libanais dit œuvrer continuellement pour "renforcer la présence des chrétiens en Orient".

Le président libanais Michel Aoun. Photo Dalati et Nohra

Le président libanais, Michel Aoun, a estimé jeudi, alors qu'il recevait une délégation du Conseil des églises au Moyen-Orient, que le Liban cesserait d'exister si les nombreux réfugiés palestiniens et syriens présents actuellement dans le pays devaient y rester indéfiniment.

Rappelant qu'Israël "avait annoncé que les réfugiés palestiniens resteront là où ils se trouvent", M. Aoun a déclaré : "Le Liban n'aura plus d'existence si un demi-million de réfugiés palestiniens et 1,6 million de réfugiés syriens restent (dans le pays). Sa démographie est en train de changer complètement". 



M. Aoun a en outre dit œuvrer continuellement pour "renforcer la présence des chrétiens en Orient" et a demandé à la délégation "d'aider le Liban à résoudre le problème des déplacés syriens en persuadant les pays occidentaux d'accepter qu'ils retournent dans leur pays le plus tôt possible".

Selon les chiffres du Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU, le Liban accueille un peu plus de 970.000 réfugiés syriens, officiellement inscrits sur les registres onusiens. Les trois quarts de ces réfugiés vivent sous le seuil de la pauvreté.  Alors que leur retour en Syrie fait désormais partie du discours de toutes les formations politiques, ces dernières s'écharpent sur la nécessité de coopérer ou pas avec le régime de Bachar el-Assad pour assurer ce retour. La communauté internationale, elle, appelle à un règlement politique du conflit avant d'assurer le retour des réfugiés.

Quant aux réfugiés palestiniens vivant au Liban, les autorités libanaises avaient annoncé en décembre 2017 que leur nombre s'élevait à 174.000, dans un premier recensement officiel. La présence des Palestiniens a toujours été un sujet délicat au Liban, accentuant notamment les clivages dans la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 1990. Un sentiment anti-palestinien perdure parfois dans le pays et nombreux sont ceux qui refusent une naturalisation des ressortissants palestiniens ayant fui leur terre d'origine après la création en 1948 de l’État d'Israël.  


Pour mémoire 

Aoun menace l’UE de coordonner avec Damas le retour des réfugiés

La France « n’est pas insensible » aux conséquences de la présence des réfugiés syriens au Liban

Retour des réfugiés : le Liban doit "concilier" les positions de Moscou et Washington, selon Aoun


Le président libanais, Michel Aoun, a estimé jeudi, alors qu'il recevait une délégation du Conseil des églises au Moyen-Orient, que le Liban cesserait d'exister si les nombreux réfugiés palestiniens et syriens présents actuellement dans le pays devaient y rester indéfiniment.

Rappelant qu'Israël "avait annoncé que les réfugiés palestiniens resteront là où ils se trouvent",...

commentaires (5)

Quoique il semble que Michel Aoun n'aime pas trop Donald Trump, le président américain, à la limite, les politiciens n'ont pas vraiement beaucoup de moyens pour freiner la migration: on peut ou on pourrait construire un "mur' comme Donald Trump il veut construire un mur contre les mexicains, Aoun pourrait construire un mur autour du Liban contre les syriens ... mais ce n'est pas du tout pratique ... C'est une approche que l'empereur Hadrianus a essayé aussi en Angleterre (le mur de Hadrien près à la frontière Angleterre-Écosse actuelle). La difficulté principalle c'est que d'un coté il y a des différences entre libanais et syriens mais d'autre coté - dans ma compréhension peut-être fautive - il y a aussi beaucoup de choses en commun qui fait que la différence entre syrien et libanais n'est pas toujours très clair, de mon point de vue occidentale syrien et libanais c'est très similaire quoique il y aurait sans doute des libanais qui vont dire que c'est radicallement faux.

Stes David

09 h 23, le 10 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Quoique il semble que Michel Aoun n'aime pas trop Donald Trump, le président américain, à la limite, les politiciens n'ont pas vraiement beaucoup de moyens pour freiner la migration: on peut ou on pourrait construire un "mur' comme Donald Trump il veut construire un mur contre les mexicains, Aoun pourrait construire un mur autour du Liban contre les syriens ... mais ce n'est pas du tout pratique ... C'est une approche que l'empereur Hadrianus a essayé aussi en Angleterre (le mur de Hadrien près à la frontière Angleterre-Écosse actuelle). La difficulté principalle c'est que d'un coté il y a des différences entre libanais et syriens mais d'autre coté - dans ma compréhension peut-être fautive - il y a aussi beaucoup de choses en commun qui fait que la différence entre syrien et libanais n'est pas toujours très clair, de mon point de vue occidentale syrien et libanais c'est très similaire quoique il y aurait sans doute des libanais qui vont dire que c'est radicallement faux.

    Stes David

    09 h 23, le 10 mai 2019

  • Cela fait combien de temps que cette rengaine nous est servie pour ainsi dire chaque jour ? Pourquoi ne pas s'adresser directement au grand pourvoyeur des réfugiés syriens, le héros de Damas ? Quant aux réfugiés palestiniens, il fallait agir dès le début de leur arrivée chez nous, et ne pas les laisser prendre racine... Irène Saïd

    Irene Said

    22 h 01, le 09 mai 2019

  • Le Document d'entente mutuelle entre le Hezbollah pro-iranien et Michel Aoun pro-syrien du 6 février 2006 établi par pure démagogie au salon de l'église de Mar-Mikhaël à Chiyah, est la source de tous les maux dont souffre le Liban entier. L'objet principal de ces Accords est un strapontin à Baabda. Le strapontin obtenu, l'Iran et la Syrie se sont emparés de notre pays en y expédiant tous leurs réfugiés et convoitises pour détruire son équilibre instable. Mission accomplie. Rien ne sert de se tourmenter en faisant le derviche-tourneur. Mille fois Hélas !

    Honneur et Patrie

    20 h 10, le 09 mai 2019

  • LE PREMIER OBSTACLE AU RETOUR DES SYRIENS DANS LEUR PAYS C,EST LE REGIME QUI NE LES VEUT PAS POUR RAISON DE CHANGEMENT DEMOGRAPHIQUE AU PROFIT DES ALAOUITES. LA SECONDE RAISON ILS NE VEULENT PAS RETOURNER SANS GARANTIES INTERNATIONALES. LES INTERNATIONAUX S,EN FOUTENT DE LA DEMOGRAPHIE DU LIBAN SI LES REFUGIES SYRIENS Y RESTERONT TANT QUE CA FAIT LEUR JEU DANS LA REGION ET LEURS INTERETS. OBTENEZ DE DAMAS LES GARANTIES NECESSAIRES POUR LEUR RETOUR. LE PROBLEME ET LE DILEMME SONT GRANDS, TRES GRANDS POUR CE PETIT PAYS QU,EST NOTRE LIBAN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 06, le 09 mai 2019

  • PALICE que cette verite non ? 1 SEULE NOTE QD MEME: PRESIDENT AOUN, PENSIEZ VS SERIEUSEMENT QU'UN JOUR VERRAIT LES PALESTINIENS DE LA DIASPORA RETOURNER EN PALESTINE ? QUANT AUX SYRIENS, 1 SEUL PEUPLE ETC.... ON TIRE FACILEMENT LA CONCLUSION : CA FAIT L'AFFAIRE DE TT LE MONDE, Y COMPRIS BACHAR ASSAD QU'ILS RESTENT """ CHEZ EUX"" AU LIBAN.

    gaby sioufi

    16 h 48, le 09 mai 2019