Tourisme

« Hop-On Hop-Off » : pour découvrir Beyrouth autrement

Dès ce week-end, vous pouvez, si cela vous chante, prendre le Beirut City Sightseeing Bus et découvrir la capitale libanaise autrement. Bienvenue à bord...

Viviane Nasr Zoghbi et Enrique Ybara à bord du Beirut City Sightseeing Bus. Photo DR

Beyrouth possède désormais son « Hop-On (monter) Hop-Off (descendre) ». Un bus tout rouge, immédiatement reconnaissable, dont la carrosserie rutilante a été « libanisée » avec des dessins des lieux emblématiques de la ville, notamment Raouché et la place des Martyrs.

C’est un double-decker au toit ouvrant, dont les voyageurs du monde sont familiers, qui sillonnera de plus en plus fréquemment la ville, transportant des touristes et des Libanais souhaitant découvrir la capitale différemment. Dès ce week-end, trois bus circuleront en ville, de 9 heures 30 à 18 heures 30, desservant toutes les demi-heures quinze stations touristiques.

L’inauguration de ces bus a eu lieu la semaine dernière à Zeitouna Bay, et dès vendredi, les horaires de passage de ces véhicules touristiques seront réglés, a priori, comme du papier à musique.

Le ticket à 33 dollars est valable pour 24 heures, celui à 53 dollars pour 48 heures. La promenade dure 90 minutes et les explications sont dispensées en six langues : arabe, français, anglais, espagnol et chinois. Comme partout au monde, la carte de ce sightseeing bus donne accès à des réductions à l’entrée de divers endroits touristiques de la ville. À Beyrouth, elle permet, entre autres, d’accéder au Musée national.

L’idée d’importer ces véhicules touristiques au Liban est celle de Viviane Nasr qui, en prenant il y a un peu plus de cinq ans son premier bus rouge City Sightseeing à Londres, est devenue une accro du « Hop-on Hop-off ». « Je me suis demandé pourquoi je n’importerais pas ce bus au Liban. Et puis le projet a pris forme dans ma tête quand je rencontrais, lors de mes voyages, des étrangers qui ne connaissaient toujours pas le Liban et qui me demandaient encore si nous avions des déserts ! » explique la CEO de Beirut City Sightseeing Bus, en précisant : « Je voudrais avant tout montrer la vraie image du Liban. »

Il y a un peu moins de deux ans, elle entame des contacts pour établir au Liban la franchise de cette compagnie internationale siégeant en Espagne et dont les bus circulent aux quatre coins du monde. L’inauguration s’est tenue en présence du CEO espagnol de l’entreprise internationale City Sightseeing, Enrique Ybarra.


(Lire aussi : Les touristes chinois, indiens et russes dans le viseur du ministère)



Les musées d’abord

Le bus qui entame et termine sa tournée à la place des Martyrs s’arrête à 15 stations. Le passager peut donc monter et descendre à sa guise. Quatre musées ont été mis à l’honneur : le Musée national, le musée archéologique de l’AUB, le musée Sursock et le musée des minéraux MIM. L’accent est également mis sur les églises et les mosquées du centre-ville. Les vestiges archéologiques comme les bains romains, mais aussi les centres commerciaux, notamment l’ABC de Verdun et celui d’Achrafieh, sont au programme, ainsi que les souks de Beyrouth, Raouché, la Corniche, Gemmayzé et la rue Sursock.

« Nous avons évité Hamra et la Banque du Liban en raison des embouteillages. Ils figuraient à la base dans le circuit initial, mais les experts espagnols, venus au Liban pour superviser le travail et partager leur savoir-faire, nous ont dissuadés d’inclure ce tronçon de Beyrouth dans la promenade à cause du trafic qui peut bloquer et retarder le bus », explique Viviane Nasr.


(Lire aussi : Tourisme : les recommandations des professionnels pour doper le secteur)


Pour le moment, les tickets peuvent être achetés à bord du bus, à l’ABC Verdun et Achrafieh, ainsi qu’au siège de la compagnie Beirut City Sightseeing à la rue de Damas. D’autres points de vente sont prévus dans un proche avenir. De même que des « drop zones », ces points consacrés au stationnement du bus afin qu’il puisse déposer et accueillir des passagers, seront prévus en ville.

Viviane Nasr, qui tient à remercier le ministre du Tourisme Avédis Guidanian et le député grec-catholique de Beyrouth Nicolas Sehnaoui pour leur soutien, espère que la compagnie pourra inaugurer d’autres circuits dans les mois à venir. Il est d’ores et déjà prévu qu’en octobre prochain, un bus ayant pour point de départ l’ABC Dbayé assure le circuit Jeita, Jounieh et son téléphérique, ainsi que Byblos.

La fondatrice de Beirut City Sightseeing rêve également de lancer deux autres promenades qui quitteront Beyrouth chacune une fois par semaine. L’une permettra aux passagers de découvrir les monastères du Liban-Nord, de Batroun à la Vallée sainte, et l’autre assurera la liaison entre Baalbeck, Zahlé et Ksara.

*Pour plus d’informations, consultez le site www.citysightseeing-lebanon.com ou contactez le 01/332201.


Pour mémoire

Guidanian plaide en faveur d’une « autorité » pour promouvoir le tourisme


Beyrouth possède désormais son « Hop-On (monter) Hop-Off (descendre) ». Un bus tout rouge, immédiatement reconnaissable, dont la carrosserie rutilante a été « libanisée » avec des dessins des lieux emblématiques de la ville, notamment Raouché et la place des Martyrs.

C’est un double-decker au toit ouvrant, dont les voyageurs du monde sont familiers, qui...

commentaires (7)

Bravo

Sarkis Serge Tateossian

21 h 55, le 08 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Bravo

    Sarkis Serge Tateossian

    21 h 55, le 08 mai 2019

  • Quoique évidemment si on prend un bus type 'Hop On Hop Off' on ne vit pas vraiement la vie quotidienne des locaux ... Le désavantage de ces bus style HopOnHopOff c'est qu'on est un peu comme sur un "tour d'ivoire" ... L'idéal serait un bon système de transport publique pour tout le monde, comme le métro à Barcelone par exemple, utilisé par les locaux et les touristes.

    Stes David

    19 h 44, le 08 mai 2019

  • Quelle belle initiative! Bravo et bonne chance !

    Bardawil dany

    10 h 46, le 08 mai 2019

  • Félicitations à tous les initiateurs et acteurs de ce projet, ils sont un exemple à suivre pour ceux qui veulent que le Liban vive au 21eme siècle. Quant aux embouteillages, toutes les capitales du monde sont pratiquement saturées et Beyrouth l’est un peu plus c’est vrai, mais est ce une raison pour ne pas se moderniser pour pouvoir accueillir des touristes.

    Liberté de Penser

    10 h 36, le 08 mai 2019

  • Vous écrivez : ""Beyrouth possède désormais son « Hop-On (descendre) Hop-Off (monter) »"" Etes-vous sûr ? Le premier paragraphe : Hop on the bus = monter dans le bus, sauter sur … Hop off the bus = descendre du bus C’est l’inverse …

    CHARLES FAYAD

    09 h 13, le 08 mai 2019

  • L’idee est tout a fait honorable ,mais les routes deja embouteillees a toute heure du jour pourront elles absorber ce nouveau venu?

    Marie-Hélène

    07 h 23, le 08 mai 2019