X

À La Une

"Israël, Etat d'apartheid" : l'ambassadrice française à Tel-Aviv convoquée en raison des propos d'un confrère

diplomatie

Selon l'ex-ambassadeur français à Washington, qui a été ambassadeur en Israël de 2003 à 2006, l'Etat hébreu veut éviter la création d'un Etat palestinien tout en refusant d'accorder la nationalité israélienne aux Palestiniens.

OLJ/AFP
30/04/2019

Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé mardi avoir convoqué l'ambassadrice de France pour "protester" contre des propos tenus par l'ex-ambassadeur français à Washington selon lequel l'occupation israélienne en Cisjordanie occupée équivaut à un "apartheid".

Dans une interview au magazine américain Atlantic publiée le 19 avril, jour de son départ à la retraite, Gérard Araud a évoqué la prochaine initiative diplomatique américaine pour tenter de résoudre le conflit israélo-palestinien. Selon M. Araud, qui a été ambassadeur en Israël de 2003 à 2006, l'Etat hébreu veut éviter la création d'un Etat palestinien tout en refusant d'accorder la nationalité israélienne aux Palestiniens. "Donc, ils devront rendre cela officiel, ce qui est, nous connaissons la situation, (...) un apartheid", a-t-il jugé. "Il y aura officiellement un Etat d'apartheid". Israël l'est "déjà en réalité", a-t-il ajouté.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a convoqué lundi l'ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, après cette interview où M. Araud "a qualifié Israël d'Etat d'apartheid'", a indiqué mardi le porte-parole du ministère dans un communiqué. "Nous avons fermement protesté contre ces propos", a-t-il ajouté.

Réagissant notamment à la convocation de l'ambassadrice, M. Araud a posté sur Twitter : "Je parlais de la Cisjordanie. J'ai passé six ans en Israël".

L'occupation depuis 1967 de la Cisjordanie et l'extension des colonies israéliennes sur ce territoire palestinien, illégales aux yeux de la communauté internationale, ont imposé deux lois différentes selon M. Araud : une pour les Israéliens, l'autre pour les Palestiniens "sur le même territoire avec un peuple dominant l'autre". "Israël dans ses limites de 1967 (hors Cisjordanie occupée, Jérusalem-Est, Golan syrien occupé et bande de Gaza, ndlr) n'est ni un État colonial ni un régime d'apartheid", a-t-il souligné, précisant qu'il ne revenait pas sur ses propos accordés à the Atlantic.

Les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort depuis 2014. L'administration américaine a promis une initiative diplomatique qui devrait être dévoilée après le ramadan, le mois de jeûne musulman qui s'achève début juin. Les Palestiniens rejettent le statut de médiateur aux Américains, coupables à leurs yeux d'avoir multiplié les initiatives pro-israéliennes depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump, comme la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Début avril, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait promis d'annexer des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée. Si appliquée, cette décision pourrait sonner le glas de la solution dite "à deux Etats", c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien qui aux côtés d'Israël.


Lire aussi
Palestine : l’apartheid n’est pas la paix

Près de Jérusalem, Israéliens et Palestiniens roulent séparés par un mur

Ces murs que construit Israël à toutes ses frontières

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.E

Wikipedia: "la loi Israël, État-nation du peuple juif, adoptée le 19 juillet 2018 par la Knesset, est l'une des lois fondamentales d'Israël." Les Israéliens sont donc d'accord. Mais on s'en fout. Je m'en fous. Chacun ses problèmes et les nôtres sont des problèmes de libanais et qui sont infiniment plus graves.

Jean abou Fayez

Israel de 48 n'est peut-être pas un état d'apartheid, mais il est bien un état de ségrégation, comme le sud américain d'antan, là où la situation en cisjordanie est bien pire que sous l'apartheid d'Afrique du sud. C'est un nettoyage ethnique (au moins en afrique du sud il y avait pas volonté d'expulser les autochtones).

Tina Chamoun

Ils sont tellement estomaques par les "accusations" d'apartheid qu'ils en ont oublie d'entamerleur fameuse ritournelle. Vous savez sur l'anti-semitisme tralalalalala...

Lebinlon

c'est quasiment une demonstration mathematique mais bon, il n'y'a pire sourd que celui qui ne veux pas entendre

Zeidan

C'est une réalité depuis longtemps ... mais il ne faut rien dire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UN ETAT D,APARTHEID.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants