Rechercher
Rechercher

Liban

Israël-Hezbollah : un troisième tunnel transfrontalier viole la 1701, selon la Finul

"En tout, sur les six tunnels signalés par l'armée israélienne, la Finul a confirmé de manière indépendante l'existence de cinq tunnels près de la Ligne bleue, au nord d'Israël. Sur ces six tunnels, trois d'entre eux traversent cette ligne", selon un communiqué de la force onusienne.

Des effectifs militaires à la recherche de tunnels transfrontaliers, du côté israélien d'une portion du mur construit au niveau de la localité libanaise de Adaïssé, le 26 décembre 2018. AFP / Mahmoud ZAYYAT

Trois des six tunnels transfrontaliers signalés par Israël à la Force intérimaire des Nations unies (Finul) et construits selon l'Etat hébreu par le Hezbollah traversent la Ligne bleue, ce qui constitue selon elle une violation de la résolution 1701, a annoncé jeudi la force internationale.

Selon un communiqué publié dans la journée, "la force onusienne a récemment diligenté une enquête sur le dernier tunnel découvert par l'armée israélienne au nord d'Israël, près de la Ligne bleue, traversant le village libanaise de Ramiyé, au Liban-Sud". Les conclusions de cette enquête "confirment que ce tunnel traverse la Ligne bleue en violation de la 1701", indique ce texte. "La Finul a informé les autorités libanaises de cette violation et a demandé des actions urgentes de suivi conformément aux responsabilités du gouvernement libanais dans l'application de la résolution 1701", poursuit le communiqué.

La Finul rappelle avoir déjà confirmé, à l'issue d'"enquêtes techniques indépendantes", que deux autres tunnels violaient la résolution de l'ONU. "En tout, sur les six tunnels signalés par l'armée israélienne, la Finul a confirmé de manière indépendante l'existence de cinq tunnels près de la Ligne bleue, au nord d'Israël. Sur ces six tunnels, trois d'entre eux traversent cette ligne", précise le communiqué de la force onusienne.

"La Finul reste engagée avec l'ensemble des parties pour assurer que toutes les activités dans les zones sensibles soient dûment coordonnées, que la Ligne bleue soit pleinement respectée par les deux camps et pour aider les parties à respecter ses obligations respectives vis-à-vis de la cessation des hostilités selon la résolution 1701", souligne la Finul, précisant que la "situation dans la zone d'opérations de la Finul reste calme".


(Pour mémoire : Nasrallah admet l'existence de tunnels à la frontière sud et nargue Israël)


Lundi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait démenti des propos qui lui avaient été attribués dans un article du quotidien koweïtien al-Raï, selon lesquels il annonçait une guerre probable entre le parti chiite et Israël au cours de l'été à venir, qualifiant cet article de "scénario imaginaire".

Depuis plusieurs mois, Israël fait monter la pression contre le Hezbollah. En décembre dernier, l'armée israélienne a lancé l'opération "Bouclier du Nord"pour détruire les tunnels détectés du côté israélien de la frontière avec le Liban, longue de 80 km. Israël affirme que ces "tunnels d'attaque" sont un moyen pour les combattants du Hezbollah de s'infiltrer sur son territoire en cas de guerre. Les tunnels devaient servir au Hezbollah à enlever ou assassiner des soldats ou des civils israéliens, et à s'emparer d'une frange du territoire israélien en cas d'hostilités, affirme Israël.

Avant cette opération, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait également affirmé fin 2018 que le Hezbollah utilisait des sites proches de l'Aéroport international de Beyrouth comme "caches d'armes secrètes". Lors d'un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre, le Premier ministre israélien avait présenté une carte du sud de Beyrouth, montrant trois "sites secrets" présumés, dans lesquels le parti chiite transformerait des missiles de précision, sur ordre de l'Iran.

La dernière grande confrontation en date entre le Hezbollah et l’Etat hébreu remonte à 2006. Les 33 jours de guerre avaient fait 1200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, sans neutraliser le parti chiite.


Trois des six tunnels transfrontaliers signalés par Israël à la Force intérimaire des Nations unies (Finul) et construits selon l'Etat hébreu par le Hezbollah traversent la Ligne bleue, ce qui constitue selon elle une violation de la résolution 1701, a annoncé jeudi la force internationale.

Selon

commentaires (6)

Comment demander à un libanais sans affiliation extérieur de défendre les palestiniens quand ceux ci ont voulu les chasser du Liban pour en faire un pays de rechange

Bery tus

14 h 22, le 26 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Comment demander à un libanais sans affiliation extérieur de défendre les palestiniens quand ceux ci ont voulu les chasser du Liban pour en faire un pays de rechange

    Bery tus

    14 h 22, le 26 avril 2019

  • C'est la a Fi...nulle!

    Tina Chamoun

    18 h 14, le 25 avril 2019

  • Qu'en dit le pape libanais nouvellement intronisé ? Il se baladait pourtant au Sud-Liban hier, entouré de ses nombreux suivants parés de leurs plus beaux uniformes, et même de civils très volubiles et souriants. Une messe en plein-air...en somme ! Irène Saïd

    Irene Said

    18 h 06, le 25 avril 2019

  • Et donc ? Ils attaquent quand les USURPATEURS ? Au 10eme tunnel ? Et s'il n'y en a pas 10 ? So what ? On va sûrement lire une réaction nous renvoyant dos à dos . Lol.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 27, le 25 avril 2019

  • Il est vrai qu'un couloir aérien emprunté par des avions de guerre sont infiniment plus dangereux que les malheureux tunnels sous-terrains. On aimerait bien que cette histoire se termine. La Paix et la prospérité pour tous les peuples de la région y compris aux pauvres palestiniens qui se trouvent sans rien et ce n'est pas normal.

    Sarkis Serge Tateossian

    17 h 17, le 25 avril 2019

  • ET LES TUNNELS AERIENS ISRAELIENS QUI TRAVERSENT LE CIEL LIBANAIS NE VIOLENT-ILS PAS LA 1701 ? OU SONT LA FINUL ET L,ONU POUR EN PARLER ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 59, le 25 avril 2019