Rechercher
Rechercher

À La Une - Affaire Khashoggi

Deux espions présumés des Emirats arabes unis écroués en Turquie

Les deux individus avaient récemment multiplié les contacts avec un individu placé sous surveillance par le MIT dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Khashoggi, selon un quotidien turc. 

Des officiers de la police turque à Istanbul. Photo d'archives AFP

Les autorités turques ont placé en détention provisoire vendredi deux hommes soupçonnés d'être des espions des Emirats arabes unis et d'être liés au meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a rapporté vendredi l'agence de presse étatique Anadolu.

Les deux hommes, soupçonnés d'"espionnage politique et militaire" et d'"espionnage international", ont été écroués par un tribunal d'Istanbul, a précisé Anadolu. Selon les médias turcs, ils avaient été interpellés lundi à Istanbul lors d'une opération pilotée par les services de renseignement turcs (MIT). Anadolu a rapporté que les autorités turques enquêtaient sur d'éventuels liens entre les deux suspects et le meurtre de Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul en octobre, une affaire qui a suscité l'indignation dans le monde entier.

Selon le quotidien proche du pouvoir turc Yeni Safak, les deux hommes avaient récemment multiplié les contacts avec un individu placé sous surveillance par le MIT dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Khashoggi.

Ankara entretient des relations délicates avec l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, deux pays qui ont imposé un blocus économique au Qatar, un proche allié de la Turquie.

Après le meurtre de Jamal Khashoggi, des responsables et médias turcs ont directement mis en cause le puissant prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammad ben Salmane, dit "MBS". Khashoggi, qui collaborait au Washington Post et dont le corps n'a toujours pas été retrouvé, était un critique de "MBS". Celui-ci nie toute implication dans le meurtre. Après avoir dans un premier temps nié le meurtre, Riyad a avancé plusieurs versions contradictoires et soutient désormais que Khashoggi a été tué lors d'une opération non autorisée par le pouvoir.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a plusieurs fois affirmé qu'il n'abandonnerait pas l'enquête sur le meurtre de Jamal Khashoggi, déplorant le manque de coopération des autorités saoudiennes.


Les autorités turques ont placé en détention provisoire vendredi deux hommes soupçonnés d'être des espions des Emirats arabes unis et d'être liés au meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a rapporté vendredi l'agence de presse étatique Anadolu.
Les deux hommes, soupçonnés d'"espionnage politique et militaire" et d'"espionnage international", ont été écroués par un...

commentaires (2)

Des espions emiratis ????? Mais c'est pas facile d'être un espion, ça demande bcp d'intelligence. Vous êtes sûr qu'ils sont emiratis messieurs les turcs ? Les bensaouds payent cher pour la com.

FRIK-A-FRAK

20 h 10, le 19 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Des espions emiratis ????? Mais c'est pas facile d'être un espion, ça demande bcp d'intelligence. Vous êtes sûr qu'ils sont emiratis messieurs les turcs ? Les bensaouds payent cher pour la com.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 10, le 19 avril 2019

  • (Ankara) tout n'est que tricherie, duperie et corruption. (balad yalli sana3 el bakchich), Ankara arrête deux espions des émirats arabes unis ...? Que c'est drôle .. Au fond si l'affaire Khashoggi a révélé au monde l'extrême sévérité du régime saoudien (l'intolérance mortifère) mais aussi a révélé l'incroyable haine de turcs du monde arabe....qui continu à croire pouvoir diviser les arabes un peu plus afin de s'imposer comme au bon vieux temps "ottomanique", quelle drôlerie .. L'ottomanie est enterré pour toujours et depuis plus d'un siècle mais Ankara n’arrive pas à se mettre ceci dans sa petite tête Conclusion : Une fois encore avec l'embargo du Qatar le seul bénéficiaire c'est la Turquie ....qui engrange des milliards de dollars avec ses ventes et ses transports maritimes 7/7 24/24....pour alimenter ce que les voisins arabes ont cessé de livrer. Comme quoi sous ses airs "mielleux" la Turquie est l’ennemi numéro 1 du monde arabo-musulman. Son soutien à l'état islamique Daech en est la preuve.

    Sarkis Serge Tateossian

    18 h 21, le 19 avril 2019

Retour en haut