Spécial Orientation professionnelle / Édition 4

Pour l’Université La Sagesse, « former de jeunes professionnels, c’est former des citoyens »

02/04/2019

L’Université La Sagesse (ULS), construite sur les jalons de l’Institut supérieur de droit homonyme, dont l’ouverture remonte au XIXe siècle, plus précisément en 1875, est un établissement relativement jeune. Son campus principal, à Achrafieh, a ouvert ses portes en 2000. Un avantage, pour le recteur, le père Khalil Chalfoun, qui lui a permis de forger une stratégie académique adaptée à son époque. Dans un monde en mouvement, le père Chalfoun veut doter les étudiants de son université de compétences humaines, sociales et professionnelles qui leur permettront de bâtir avec assurance non seulement leur projet personnel, mais aussi celui du Liban de demain auquel ils rêvent.

Contenu académique et approche pédagogique

La mise en place d’une maquette académique adaptée est la première étape d’une insertion réussie sur le marché du travail. Pour préparer les jeunes à un monde pluriel, L’Université La Sagesse, qui accueille des étudiants issus de diverses confessions, a choisi d’instaurer dès la première année des cours de culture générale à l’adresse de l’ensemble des étudiants aux parcours différents. La philosophie de cet enseignement transversal est d’encourager l’interculturalité et d’ouvrir les jeunes au débat d’idées, mais aussi à l’apprentissage de nouvelles langues et à la réflexion critique. « Cette confrontation académique et linguistique favorise l’entrée sur le marché du travail. Beaucoup de métiers vont changer et d’autres vont se développer et il faut des bases solides à nos jeunes étudiants pour pouvoir s’y adapter », explique le recteur.

Proposer des cursus liés à des spécialisations qui répondent aux besoins d’une réalité professionnelle est le second pilier de la stratégie développée par l’ULS, qui souhaite munir ses étudiants de compétences valorisables auprès des entreprises et des organisations. C’est le cas notamment de l’option en informatique de gestion du master en sciences de gestion, qui délivre un alliage de compétences très recherché par les employeurs. Dans la même veine, le cours optionnel dédié à l’entrepreneuriat donne aux étudiants un avant-goût des enjeux que pose la création de leurs propre entreprise. Un vrai atout, à l’heure où l’esprit start-up s’introduit dans tous les pans de l’économie.

Des expériences réussies à l’étranger peuvent aussi ouvrir la voie et aider à concevoir les programmes les plus adaptés à un monde de l’entreprise désormais mondialisé. C’est ainsi qu’est née en septembre 2017 la faculté Polytech-La Sagesse, qui s’appuie sur le réseau de 13 Polytech en France, et ce pour construire et adapter ses programmes et offrir à ses étudiants des possibilités de s’ouvrir à l’international. « Notre faculté d’ingénierie est récente et cela nous a permis d’avoir un matériel adapté aux exigences modernes dans un marché du travail en développement continu », se réjouit le père Chalfoun.

Dans le même sens, la faculté de tourisme et de gestion hôtelière propose une double formation en hôtellerie et en tourisme qui s’inspire directement de l’expérience de la prestigieuse école hôtelière de Lausanne, en Suisse, dont elle a reçu la certification académique.

Des enseignants professionnels dans leur domaine

Au-delà des contenus proposés, l’Université La Sagesse travaille sur le profil de ses professeurs pour construire des ponts entre les salles de classe et le monde du travail. Ainsi, de nombreux enseignants sont aussi des professionnels reconnus dans leur domaine, en particulier au niveau des masters. « Quand vous avez un juge qui donne un cours, à partir de situations et de cas concrets, ça aide les étudiants à découvrir le métier, ses avantages comme ses inconvénients », fait remarquer le P. Chalfoun.

La faculté met aussi un point d’honneur à inviter régulièrement des intervenants de renommée internationale et représentatifs d’un domaine de spécialisation, qui sont sollicités par les doyens des différentes facultés. « Nous avons par exemple accueilli des producteurs de vin, venus présenter leur savoir-faire au début d’un cours d’œnologie et qui ont donné à voir la réalité de leur métier et ses conditions de réussite, raconte le recteur, c’est essentiel pour que les étudiants puissent être bien préparés à s’insérer dans le marché du travail et ses exigences. »

Une autre manière de mieux saisir les attentes des entreprises est de travailler en parallèle à la formation, comme le font en réalité la majorité des étudiants sagessiens. Une démarche que le recteur Chalfoun souhaite encourager. « C’est important pour nous que les étudiants aient la capacité de travailler, cela leur donne une grande maturité aussi bien dans leur apprentissage que dans leur insertion socio-professionnelle », observe-t-il. Certains cours sont ainsi disponibles les avant-midi ainsi que les après-midi de manière à permettre aux étudiants d’assumer conjointement une activité à mi-temps.

Réussir l’orientation des étudiants

Autre particularité de l’ULS, la mise en place d’un système de tutorat entre chaque étudiant et un enseignant-conseiller pour l’orienter, voire l’accompagner dans son parcours. Ainsi, dès leur pré-inscription, les candidats ont l’opportunité de discuter avec leur « tuteur » autour de leur choix de spécialisation afin que ce dernier puisse les orienter à bon escient dans le programme académique adéquat. « Les professeurs-conseillers encouragent les étudiants à se spécialiser dès la première année, en suivant des cours qui ont une certaine cohérence avec leur choix de métier », dévoile le P. Recteur.

Pour faire de l’Université La Sagesse un tremplin vers l’employabilité, la direction peut aussi compter sur son centre d’insertion et de développement professionnel (CIDP). Celui-ci informe les étudiants des cas d’opportunité à même de stimuler leur profil, comme la participation à un concours ou à la mise en place d’une bourse. Il établit également le lien entre les offres de stage déposées par les entreprises et les candidats possibles, et organise des séminaires de formation pour doter les étudiants des compétences indispensables à leur embauche. Chaque étudiant peut alors disposer de tous les moyens et recevoir tous les conseils nécessaires pour bien préparer son CV ou, par exemple, affiner sa stratégie de démarchage des employeurs.

L’établissement a également mis en place un cours dédié aux « soft skills », qui désignent un ensemble de compétences humaines et relationnelles telles que l’éloquence, la capacité à travailler en équipe ou encore la communication active. En guise d’exercice aux entretiens d’embauche, le cours propose aux étudiants de s’entraîner à se présenter devant des professionnels du secteur visé. Le centre gère des contacts permanents avec un réseau d’entreprises et d’organisations pour l’embauche des étudiants. Des contacts sont également engagés entre l’association des anciens de l’université et le centre pour dénicher la perle rare qui répondrait à leurs besoins, avec un premier emploi à la clef.

Et pour donner confiance aux étudiants et leur transmettre le goût de l’engagement et de la vie démocratique, l’université a organisé à travers le bureau des affaires estudiantines, et après une rupture de plusieurs années, des élections estudiantines encourageant ainsi ses jeunes à s’impliquer dans la vie communautaire et le vivre-ensemble.

Par ailleurs, l’université continue d’encourager les différents clubs étudiants, qui « sont là pour qu’on éveille chez eux l’esprit d’engagement dans la société », comme le souligne le recteur. « Former de jeunes professionnels, c’est former des citoyens et des citoyens compétents et responsables », conclut le père Khalil Chalfoun.


Lire notre spécial Orientation professionnelle ici

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants