Spécial Orientation professionnelle / Édition 4

Orientation professionnelle : le poids de la course effrénée au progrès

Édito
02/04/2019

Le monde court trop vite. Dangereusement vite. Les progrès technologiques se développent à un rythme vertigineux, de manière exponentielle et préoccupante. Mais rien ne peut perturber la dynamique fiévreuse ainsi enclenchée.

Cette course au progrès dans tous les domaines et tous les secteurs bouleverse le marché du travail. Des carrières professionnelles s’éteignent, d’autres émergent rapidement sous le poids de la révolution numérique, de la mondialisation rampante, de l’expansion de l’intelligence artificielle, du « big data », de la gigantesque dimension prise par l’internet et les réseaux sociaux. Conséquence inéluctable : des métiers totalement nouveaux apparaîtront dans peu de temps. Nombre d’experts estiment que les principales carrières qui seront exercées dans quelques petites années ne sont pas encore connues de nos jours.

Face à cette spirale incontrôlable, les adolescents qui s’apprêtent à faire le grand saut dans la vie universitaire sont confrontés à des choix de plus en plus difficiles pour façonner leur avenir. Les perspectives sur ce plan ne se limitent plus à un nombre restreint de métiers traditionnels. Les spécialisations et sous-spécialisations pointues se multiplient à plus d’un niveau, rendant encore plus complexe pour un lycéen le choix de sa carrière.

Cette profonde mutation du marché de l’emploi implique une diversification sans cesse croissante des cursus proposés par les établissements d’enseignement supérieur. La conception même de la formation universitaire est aujourd’hui radicalement repensée. Et en parallèle, la politique d’embauche dans les entreprises se fait sur des bases nouvelles, tenant compte désormais non seulement du bagage académique du postulant à un emploi, mais aussi de ses atouts personnels et de la personnalité qu’il aura réussi à se forger dès l’adolescence, comme l’expliquent plusieurs experts et responsables académiques qui s’expriment dans ce Spécial.

Pour des élèves du cycle secondaire, et peut-être même pour ceux de la classe de troisième, un tel bouleversement devrait se répercuter sur l’approche suivie au niveau de l’orientation professionnelle. Le double choix d’une filière universitaire et de l’établissement d’enseignement supérieur le plus adéquat doit se faire, certes, sur base d’une documentation bien fournie et d’une quête d’informations la plus pertinente possible. Cela représente toutefois une condition nécessaire mais pas suffisante.

Un stage en entreprise, voire plusieurs stages diversifiés – ce que l’on appelle aujourd’hui l’immersion professionnelle –, est devenu un passage obligé pour tout élève qui se cherche encore au niveau de son choix de carrière. Vivre au quotidien pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines la pratique d’un métier, le contact direct avec le monde du travail permettent de se faire une idée réelle et juste de ce qu’est dans la réalité le métier que l’on envisage d’exercer. Cela permet d’éviter, et de regretter, des choix qui peuvent s’avérer par la suite erronés.

Parallèlement à cette immersion dans l’univers adulte, et comme le souligne fort à propos un lycéen à l’orée de sa vie universitaire, un adolescent gagnerait beaucoup aussi à s’engager de manière durable dans des activités à caractère sociétal, telles que le scoutisme, l’action sociale et caritative, le volontariat au sein de la Croix-Rouge, etc. Un tel engagement est en effet vital pour acquérir une certaine maturité et pour renforcer le volet relationnel dans la personnalité de l’élève. Autant d’atouts qui sont de plus en plus pris en compte par les entreprises dans leur politique d’embauche et qui devraient, de ce fait, faire l’objet d’une attention particulière dès le plus jeune âge.

Documentation sur les métiers émergents ; implication dans des stages en entreprise ; recherche d’informations sur le marché de l’emploi ; et engagement durable dans des activités sociales : tels sont les quatre piliers qui devraient être à la base d’un choix bien réfléchi pour définir un bon plan de carrière. Et surtout pour éviter de faire fausse route à une étape cruciale de sa vie d’étudiant.



Lire notre spécial Orientation professionnelle ici

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eddy

Oui, mais il faut aussi qu'un grand nombre d'entreprises au Liban soient à la hauteur (RH doiventjouer leur role et ne soient pas de pions dans les mains des proprietaires des entreprises, etc.)

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants