Spécial Orientation professionnelle / Édition 4

Le groupe CMA CGM propose des formations et des carrières dans la logistique et le transport maritime

Le secteur maritime offre des opportunités d’emploi insoupçonnés.

02/04/2019

Le commerce mondial s’effectue dans une proportion de 80 % environ par la voie maritime. Il existe environ 50 000 navires de commerce en service dans le monde selon un rapport de l’OCDE paru en 2015. Un marché gigantesque qui rapporte et constitue une réserve importante d’emplois et de métiers propres au monde maritime.

Le groupe CMA CGM, aujourd’hui dirigé par Rodolphe Saadé, est l’un des leaders mondiaux du transport maritime et de la logistique. Sa flotte de 509 navires dessert plus de 420 ports aux quatre coins du globe, sur les cinq continents. Cette multinationale d’origine libanaise dispose de 755 agences. Sa taille et son influence lui permettent aujourd’hui d’employer 37 000 personnes dans le monde et 2 400 à Marseille, où est situé son siège social.

CMA CGM accorde actuellement une grande importance à la formation de ses collaborateurs pour répondre aux attentes du marché du travail à l’échelle internationale. C’est la raison pour laquelle le groupe a créé la CMA CGM Academy, qui organise chaque année près de 50 000 sessions de formation en présentiel et autant de sessions en ligne. Les formations sont façonnées sur mesure pour développer les compétences des collaborateurs du groupe tout en s’adaptant à leurs besoins.

Le nombre et la durée des formations internes dépendent du niveau de compétence initial du collaborateur et sont décidés en accord avec le manager et le responsable RH du collaborateur. Une partie des formations sont obligatoires et transverses pour tous les collaborateurs, d’autres plus spécifiques et se déclinent au cas par cas.

En quelques chiffres, le groupe a permis le transport d’environ 21 millions de conteneurs EVP (équivalent vingt pieds). La croissance de CMA CGM permet au groupe de se porter vers le développement d’innovations pour proposer à ses clients de nouvelles solutions maritimes, terrestres et logistiques. Au terme de l’OPA amicale en cours sur CEVA Logistics, le Groupe CMA CGM sera fort de 100 000 personnes et réalisera plus de 30 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Le commercial de zone

Les lignes maritimes sont le moteur de l’activité maritime du groupe au quotidien. Concrètement, travailler sur une ligne maritime consiste à assurer son bon fonctionnement. Parmi les acteurs de la ligne maritime, le commercial de zone a un rôle essentiel : il est en charge d’assurer et d’optimiser le remplissage des navires des zones commerciales dont il a la responsabilité.

En lien avec les directives du management de ligne, il applique la politique commerciale et tarifaire de sa zone et traite l’ensemble des demandes de cotations émanant des agents ou clients. Son objectif ? Optimiser les performances commerciales et le remplissage des navires.

Véritable expert de sa zone, le commercial de zone assure le suivi marketing. Dans ce cadre, il réalise des études de marché, des statistiques et reporte régulièrement les indicateurs de performance au management de ligne. De plus, il effectue une veille concurrentielle et émet des recommandations.

Il participe également à la définition des priorités d’embarquement. Enfin, il est en charge d’analyser les performances et les écarts par rapport au budget commercial afin de proposer des actions correctives.

Formation et prérequis

Le commercial de zone est un métier essentiellement basé sur le commerce, la logistique et l’échange. La maîtrise de l’anglais est aussi indispensable. Pour accéder à ce poste, un master 2 en commerce international, en transport ou même en logistique est requis. Pour pouvoir évoluer au sein du groupe, mais aussi professionnellement, des formations sont proposées aux employés.

Compétences et qualités requises

Être commercial de zone requiert des compétences pratiques de base. Il faut maîtriser l’anglais de façon courante aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. Cette profession est en effet portée sur l’international, où l’échange est important. La maîtrise de l’anglais est donc indispensable. Savoir utiliser la suite bureautique Office, et plus particulièrement Excel, est aussi important.

Au-delà de ces compétences pratiques, il faut que le futur commercial de zone dispose de différents traits de caractère personnels précis pour être performant. Un bon esprit de synthèse et d’analyse permet de pouvoir réagir et gérer des commandes, des situations importantes et parfois complexes. Savoir se confronter à plusieurs commandes et un nombre important de marchandises et de navires et avoir le sens de l’organisation sont des qualités primordiales pour permettre une bonne gestion de sa zone commerciale. Comme tous les métiers touchant au commerce, il faut avoir un bon sens du relationnel pour fidéliser et satisfaire les clients. Dans le monde maritime peut-être plus qu’ailleurs, la notion d’esprit d’équipe, d’équipage, est très importante.

Avantages et contraintes

Choisir d’être commercial de zone, c’est l’occasion d’être au cœur du métier du transport maritime, l’un des moyens d’échanges commerciaux le plus important au monde, et être en contact avec un réseau interne international. Cela implique cependant d’être capable de savoir allier des qualités de grande réactivité et de travail rigoureux avec des capacités de concentration et de sens du détail.

Le chef de ligne 

Le chef de ligne pilote le développement commercial et l’optimisation des remplissages des navires de la ligne, afin de maximiser le résultat financier. Il encadre l’équipe de commerciaux de la ligne, élabore les objectifs quantitatifs (chiffre d’affaires et rentabilité) et qualitatifs (qualité de service et satisfaction clientèle), afin de développer les volumes de clients directs de la ligne. Maniant les chiffres avec habileté, le chef de ligne est en capacité de tirer un rapport qualité/prix optimal pour l’entreprise et les clients. Il veille à la mise en œuvre de la stratégie commerciale et de la politique tarifaire qu’il définit, et mène les actions d’ajustement du cargo.

Mêlant réflexion et réactivité, il doit établir une stratégie marketing pour l’entreprise se basant sur des démarches d’études ayant pour but de s’approcher au plus près de l’adéquation offre-demande. Il anime également le réseau d’agents et suit et développe le portefeuille clients. En clair, il s’occupe de répartir les tâches aux différents employés dans le domaine commercial pour le bon fonctionnement de l’entreprise, et il est en charge de trouver en permanence des nouveaux clients pour l’agence en négociant des contrats internationaux. Mêlant organisation et négociations, il doit être doté d’un pouvoir de conviction au-dessus de la norme pour réaliser ce métier. Enfin, il est en charge de la réalisation d’une veille concurrentielle et participe à la création de nouvelles lignes maritimes. Par exemple, CMA CGM, « Compagnie de transport de marchandises – Compagnie maritime générale », utilise à l’heure actuelle 200 routes maritimes dans 420 ports différents situés dans plus de 150 pays. Appelé aussi bien « responsable commercial de ligne », il est au cœur de l’activité business de la compagnie. Ce métier met le collaborateur au cœur des activités commerciales maritime internationales.

Compétences requises 

Bien entendu, pour pratiquer le métier de chef de ligne, une parfaite maîtrise de la langue anglaise est fondamentale. Il faut aussi disposer d’une forte capacité de synthèse dans chaque tâche réalisée. Ce métier est fondé sur les négociations commerciales, il est donc évident d’avoir des qualités relationnelles innées ainsi qu’un esprit critique développé.

Le challenge du métier est de savoir gérer les imprévus avec un maximum de réactivité en gardant son sang-froid pour anticiper et organiser le travail, tout en assurant une large disponibilité.

Au fur et à mesure de votre carrière, vous développerez la connaissance de l’industrie maritime, mais au départ, il est conseillé d’avoir pour centre d’intérêt le monde marin. Le niveau master 2 en commerce international, transport ou logistique est indispensable pour obtenir les compétences managériales et en gestion « P & L » (profit and loss), qui signifie opportunité anticipée à travers les coûts et les bénéfices attendus. À travers ce métier, le futur responsable sera au cœur du transport maritime, au contact avec un réseau international, avec la possibilité d’évoluer en interne.

Quelques-unes des formations possibles pour accéder à ces métiers :

- L’ESA Business School a lancé le 9 décembre 2017 un certificat en transport maritime et logistique avec l’IPER et CMA CGM.

- L’Université Saint-Joseph (USJ) délivre un « MBA », maîtrise en administration des affaires.

- L’université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) propose une formation pour obtenir une licence en administration des affaires – transport et logistique.



Lire notre spécial Orientation professionnelle ici

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants