Arrêt sur image

Le gardien du clan pour l’éternité

« L’amitié du chien est sans conteste plus vive et plus constante que celle de l’homme », écrivait Montaigne. C’est par une phrase laconique, mais qui contient en elle l’expression d’une véritable déchirure, d’une profonde meurtrissure – « Adieu mon ami le plus cher. Adieu mon compagnon le plus cher. Adieu mon chéri Oscar » –, que le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt a fait hier ses adieux sur son compte Twitter à son chien Oscar, 15 ans, décédé d’un cancer. Quand bien même ils émanent d’un homme politique maître dans l’art de la rhétorique, les mots de Walid Joumblatt ne recèlent aucune emphase, mais une douleur sincère et vive. Oscar était vraiment son compagnon le plus fidèle, et ces deux amis-là ne se lâchaient pas d’une semelle depuis que l’épouse du seigneur de Moukhtara, Nora, avait offert en 2004 le magnifique et attachant shar-pei, alors tout petit, à son mari. En quinze ans, Oscar acquit une renommée internationale, témoin des réunions les plus secrètes et les plus importantes, posant pour les photographes des plus grandes agences, accompagnant Walid Joumblatt dans les fragrances de la liberté, lors du printemps de Beyrouth de 2005, comme dans la tourmente de la violence, en mai 2008. Moins alerte au cours de ces dernières années, en raison de l’âge et de l’arthrose, il pouvait toujours compter sur l’affection et l’amour inconditionnel de son maître, qui n’hésitait pas à le porter pour l’aider à gravir quelques marches devenues insurmontables. Et comment aurait-il pu en être autrement ? Oscar ne possédait-il pas « la beauté sans la vanité, la force sans l’insolence, le courage sans la férocité et toutes les vertus de l’homme sans ses vices », pour reprendre les mots de lord Byron sur son chien ? Membre à part entière de la famille, c’est en gardien du clan Joumblatt et de ses ancêtres pour l’éternité qu’il repose désormais dans les jardins de Moukhtara.


« L’amitié du chien est sans conteste plus vive et plus constante que celle de l’homme », écrivait Montaigne. C’est par une phrase laconique, mais qui contient en elle l’expression d’une véritable déchirure, d’une profonde meurtrissure – « Adieu mon ami le plus cher. Adieu mon compagnon le plus cher. Adieu mon chéri Oscar » –, que le chef du Parti...

commentaires (4)

Dans le fond, Joumblat est un mec bien.

Remy Martin

18 h 45, le 21 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Dans le fond, Joumblat est un mec bien.

    Remy Martin

    18 h 45, le 21 avril 2019

  • Je me dis dans le fond , ce gardien est le seul être vivant à qui joumgirouette n'a jamais tourné la veste. Malheureusement un chien ça ne peut pas parler pour témoigner.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 00, le 23 mars 2019

  • Ça c'est de l'info politique de 1ère importance: au diable Trump, Pompeo, le Golan! Le cours de la livre libanaise n'en a pas subi les conséquences au moins?

    Marionet

    12 h 49, le 23 mars 2019

  • Alors là, je suis sciée!

    Marionet

    11 h 09, le 23 mars 2019