X

Moyen Orient et Monde

« Je voulais juste sauver autant de vies que possible, quitte à perdre la mienne »

Christchurch

Abdul Aziz, un réfugié afghan, refuse d’être qualifié de « héros ».


OLJ / Glenda KWEK / AFP
18/03/2019

Quand Abdul Aziz, un réfugié afghan, a vu un homme brandir une arme à l’extérieur de sa mosquée à Christchurch, il s’est rué vers lui en s’emparant de la première chose qu’il pouvait trouver : une machine à carte bancaire.

Sept personnes ont été tuées vendredi dans l’attaque de la mosquée de Linwood à Christchurch par un suprémaciste blanc. Mais le bilan aurait sans doute été plus lourd sans l’action héroïque d’Abdul Aziz, un homme de 48 ans ayant acquis la nationalité australienne, qui s’est efforcé de faire fuir le tireur. « Vous n’avez pas beaucoup de temps pour réfléchir (...), vous agissez, c’est tout », raconte-t-il, refusant le terme de « héros » dont il est qualifié depuis l’attaque. « Je voulais juste sauver autant de vies que possible, quitte à perdre la mienne. »

Ce vendredi, Abdul Aziz et ses quatre fils prient à la mosquée quand ils entendent des coups de feu à l’extérieur du bâtiment. Le père de famille se précipite alors dehors, en s’emparant comme seule « arme » d’une machine à carte bancaire qui se trouvait à sa portée. Il a alors la surprise de se retrouver face à un homme armé, vêtu d’un treillis militaire. Il jette alors la machine dans sa direction et se met à l’abri entre des voitures garées, tandis que le tireur lâche une rafale contre lui. Il entend un de ses fils lui crier : « Papa, s’il te plaît, reviens à l’intérieur ! »

Indemne, il s’empare d’une arme vide laissée derrière lui par le tireur et lui hurle : « Viens par ici ! » plusieurs fois pour détourner son attention de ses fils et des autres fidèles.


(Lire aussi : "Et la prochaine fois ?", les musulmans de Christchurch choqués et inquiets)


Trois décennies à Sydney
« Quand il a vu l’arme dans mes mains, je ne sais pas ce qui s’est passé, il a lâché la sienne et je l’ai pourchassé avec la mienne... J’ai réussi à balancer l’arme sur sa voiture et à briser la vitre, et j’ai vu qu’il était un peu effrayé. » Abdul Aziz continue à courir après le tueur qui s’enfuit en voiture. Brenton Tarrant est interpellé peu après. Mais Abdul Aziz vit une nouvelle épreuve quand la police, pensant qu’il peut être le tireur puisqu’il a été vu avec une arme, lui bloque l’accès à la mosquée.

« Pendant un long moment, je n’ai pas su si mes enfants étaient vivants, morts ou blessés, parce que je ne pouvais pas entrer dans la mosquée. » Il découvre ensuite que tous ses fils ont survécu à l’attentat. « Quand je ferme les yeux, je vois encore des corps partout », témoigne encore cet homme, qui a perdu des amis proches dans l’attaque.

Arrivé quand il était enfant en Australie, réfugié venant d’Afghanistan, il a habité à Sydney pendant près de trois décennies avant de s’installer à Christchurch il y a deux ans et demi. Il se dit bouleversé par l’ampleur du soutien reçu depuis l’attaque : « Quand je suis rentré à la maison la nuit dernière, ma femme m’a raconté que tous les voisins avaient envoyé des fleurs, des cartes, de la nourriture, des gâteaux », dit-il, touché par « cet amour et ce respect ».


Lire aussi
Brenton Tarrant, c’est nous, l'édito de Ziyad MAKHOUL

Les deux faces de l’extrêmel'édito de Issa GORAIEB

L'auteur du carnage de Christchurch, un "homme blanc ordinaire" conquis par le fascisme

« Les suprémacistes blancs ont la conviction que toutes les avancées majeures sont le produit de l’Occident »

Le "Grand remplacement" : la thèse complotiste aux origines néonazies citée par le tueur de Christchurch

Attentats anti-musulmans ou d'extrême droite : des précédents

Pour le monde musulman, les attentats de Christchurch sont le résultat d'une prolifération du discours islamophobe

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Anita Farhat

50 personnes et non pas 7

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LIGNE 4 DIT SEPT PERSONNES TUEES TANDIS QUE C,ETAIT 47 PUIS 50 !

Wlek Sanferlou

Grand respect à son courage!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants