X

À La Une

Un tribunal israélien ordonne de fermer un bâtiment sur l'esplanade des Mosquées

Proche-Orient

Le porte-parole du Waqf affirme que l'organisme ne se conformerait "à aucune décision". 

OLJ/AFP
17/03/2019

Un tribunal israélien a ordonné dimanche la fermeture temporaire d'un bâtiment sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, au coeur de tensions entre les autorités israéliennes et le Waqf, l'organisme qui gère ce lieu ultra-sensible. Le bâtiment se situe dans la Porte dorée, l'une des entrées de l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam.

Depuis 2003, la justice israélienne renouvelle régulièrement l'ordre de fermer ce lieu mais, ces dernières semaines, des fidèles musulmans y ont pénétré pour prier, défiant cet ordre. La décision de dimanche de fermer le bâtiment est une injonction temporaire, le temps que le tribunal examine une demande de la police pour renouveler l'ordre de fermeture datant de 2003. Le Waqf a 60 jours pour exposer ses arguments contre le renouvellement de cette fermeture, a indiqué le tribunal dans un communiqué.

Commentant la décision du tribunal israélien, le porte-parole du Waqf, Firas Dibs, a de son côté affirmé que l'organisme ne se conformerait "à aucune décision". Il précisé que le bâtiment restait ouvert et que les fidèles y priaient.

L'esplanade des Mosquées est située dans la Vieille Ville, à Jérusalem-Est, partie palestinienne occupée et annexée par Israël. Elle est administrée par le Waqf, qui gère les biens musulmans et qui, pour des raisons historiques, dépend de la Jordanie.

Le royaume hachémite a fait connaître son "rejet" et sa "condamnation de la décision d'un tribunal israélien de fermer le bâtiment de la Porte dorée", dimanche dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères. Il a exigé qu'Israël "annule" cette décision, jugeant que l'Etat hébreu porterait "l'entière responsabilité pour les dangereuses conséquences" susceptibles d'en découler, en faisant valoir que Jérusalem-Est ne tombait "pas sous la juridiction israélienne".


Prières et rénovation

Au début du mois, une décision de justice avait donné jusqu'au 10 mars au Waqf pour fournir des arguments avant de statuer sur l'accès à ce bâtiment dans la Porte dorée, mais la fondation avait ignoré cette injonction. Ce délai avait été suspendu pour permettre des négociations entre la Jordanie, dont dépend le Waqf, et Israël.

La décision de dimanche est une injonction temporaire, le temps que cette affaire soit résolue. "Le tribunal n'a pas donné de date à la police pour l'application de la décision", a relevé auprès de l'AFP Ofer Zalzberg, analyste à International Crisis Group (ICG).

Depuis mi-février, des responsables du Waqf réclament d'avoir accès au bâtiment situé dans la Porte dorée pour le rénover et l'ont rouvert aux fidèles qui y prient tous les jours. L'accès à ce bâtiment est possible depuis l'esplanade, la porte dorée étant murée depuis le XIIe siècle.

Des responsables palestiniens ont souligné que la fermeture, ordonnée lors de la seconde Intifada, visait une organisation qui n'existe plus.

Depuis plus d'un mois, les autorités israéliennes ont arrêté plus de 180 Palestiniens à Jérusalem, dont de hauts dignitaires musulmans, et ont décrété des interdictions d'accès temporaires à l'esplanade des Mosquées pour quelque 150 personnes, a détaillé à l'AFP le président du comité des prisonniers de Jérusalem, Amjad Abou Assab.

Mardi dernier, l'accès à l'esplanade des Mosquées a été fermé après des heurts entre forces de l'ordre et Palestiniens. L'esplanade a rouvert le lendemain.

Les forces israéliennes contrôlent tous les accès à ce site ultra-sensible et y pénètrent en cas de troubles.

Le site est aussi le lieu le plus saint du judaïsme qui le révère sous le nom de Mont du Temple. Les juifs sont autorisés à le visiter, parfois sous haute tension, mais ne peuvent y prier.




Lire aussi

Les rivaux de Netanyahu veulent une "séparation" avec les Palestiniens

Des musulmans défient Israël en priant dans un site de l'Esplanade des mosquées

En Israël, la droite, rien que la droite


Pour mémoire

La quatrième guerre entre le Hamas et Israël évitée de justesse


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants