L'impression de Fifi ABOU DIB

Le temps n’est plus au temps

Impression
14/03/2019

C’est une jeune « executive » qui vient de Dubaï où sont désormais basées les grandes entreprises qui n’ont plus d’antennes au Liban. Je tiens régulièrement avec elle, depuis quelques années, une réunion de travail saisonnière. Nos rendez-vous beyrouthins ont lieu en général dans le hall d’un palace regardant la mer et dont le luxe, écrasant au premier abord, se banalise à en devenir navrant dès qu’un ange passe et vous décille, éclairant d’un jour cruel la moquette imperceptiblement défraîchie, les œuvres de troisième ordre alignées sur les murs, les meubles encombrants affublés d’or et de laque, le service aussi affété que malhabile. C’est toujours là qu’elle m’attend, éternelle trentenaire, rose, pimpante et radieuse, souriant des yeux et des mains, parfaite incarnation de son statut de responsable des relations publiques selon le code rigide qu’elle a dû lire et approuver en signant son contrat d’embauche.

Bizarrement, notre dernière rencontre avait eu pour cadre, à défaut du sempiternel palace, un adorable hôtel de charme, immeuble centenaire et quartier traditionnel. Je n’avais pas eu droit à ce sourire qui naguère l’étirait tout entière, ni au rayon « rose-PR » de ses pommettes qui, d’habitude, me signale son bonheur extatique et réglementaire de me revoir. Quelque chose de brisé dans la voix un affaissement des traits exprimait une sorte de défaite. Elle m’avait raconté son désarroi d’être logée dans un lieu aussi ancien – avec un long accent sur le « o » de « old » et le mouvement nerveux des mains qui va avec –, dans ces meubles qui ont vécu, ces murs qui semblent avoir une âme, et de prendre cet ascenseur dont la cage vient d’un autre âge (oui, mais la mécanique est neuve !). La nuit fut terrible. Des bruits de pas, « peut-être des fantômes », avait-elle murmuré en écarquillant les yeux, en s’éventant avec le menu du petit déjeuner… À Dubaï, m’affirmait-elle, on n’a pas d’histoires, ni au pluriel ni au singulier. Pas de vieux, pas de pauvres, pas de malades, pas de morts. Pas de fantômes. Et ce qui est usé est remplacé. Pour cette native de l’émirat parfait, déchue d’un cinq étoiles comme on tomberait d’une constellation, l’imparfait est absent de toute conjugaison.

En décembre dernier, le souverain de Dubaï avait pourtant confié qu’il avait lui-même grandi à Beyrouth, à une époque où notre ville représentait un modèle sur lequel il avait rêvé de développer sa cité idéale. À la différence qu’il a choisi d’encapsuler cette Utopie dans un éternel présent en vertu duquel chaque matin est le premier matin. Ces îles qu’on en a fait surgir de main d’homme ne sont-elles pas, sur cette planète saturée, les ultimes terres vierges ? Voilà qui laisse songeur. Ainsi, pareils aux paradis des légendes, les paradis contemporains n’ont pas d’hier et leur existence est conditionnée par un déni du temps. Gare donc à l’Arbre défendu dont nous autres, Libanais, avons mordu le fruit jusqu’au trognon et avalé les pépins. Fruit de la Connaissance, dit-on, qui ne nous apprit finalement que la vanité de notre condition humaine. Nous ne prêtons même plus attention aux spectres qui nous hantent. Nous aimons, c’est notre faiblesse, nos vieux murs et nos souvenirs. Et quand Dubaï manque d’idées par manque de mémoire, c’est finalement nous qu’il envoie chercher.

À la une

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ici et ailleurs

Si les libanais avaient empêché la guerre civile de 1975 sur leur territoire, les autres pays de la région ne seraient pas devenus ce qu'ils sont devenus en termes d'expansion économique.

Amère Ri(s)que et péril.

La revoilà Fifi dans ce quelle sait faire le mieux , faire pleurer les mégères dans les chaumières.

Lol.

Hitti arlette

Tout cet article pour une histoire aussi étrange que saugrenue . Est-ce normal que le style vintage rende certains malheureux ? Chère fifi , deux solutions et uniquement deux s'offrent à votre amie apparemment dépressive : soit qu'elle évite de visiter ce Liban que ,nous autres, aimons pauvre et vieillot ou bien qu'elle soigne son spleen pour des antidépresseurs . Le bling bling clinquant des pays du golf ne nous a jamais épatés .

Antoine Sabbagha

Entre nostalgie et vie moderne super artificielle ,la mémoire se moque de nous parfois comme si nous étions cet enfant prodigue qui a peur de retourner à sa famille . Merci Fifi

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOLATILE ET ETERNEL !

lila

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était... tristesse... triste état des lieux. Magnifiquement décrit.

Wlek Sanferlou

Très subtil et subtile!
Merci

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avant la visite de Bassil en Syrie, Sergueï Lavrov attendu à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants