X

Moyen Orient et Monde

« Nous sommes devenus une monarchie malgré nous »

Reportage

Les décisions annoncées hier soir par Bouteflika n’ont pas convaincu grand monde.

12/03/2019

« Une fois de plus, Bouteflika viole la Constitution ! » C’est avec beaucoup d’amertume que Abderrahmane, ingénieur en informatique à Blida, les yeux rivés sur son fil d’actualité Facebook, a accueilli les dernières décisions du président Abdelaziz Bouteflika, en poste depuis 1999, de renoncer à un cinquième mandat et de reporter l’élection présidentielle.

En effet, contre toute attente, Abdelaziz Bouteflika a annoncé lundi 11 mars renoncer à briguer un cinquième mandat et le report sine die de l’élection présidentielle, qui devait se tenir le 18 avril prochain. « Il n’y aura pas de cinquième mandat et il en n’a jamais été question pour moi », affirme le chef de l’État, dans un courrier relayé par l’agence officielle APS.

Dans le même temps, le dirigeant algérien, confronté à un mouvement de protestation inédit et massif depuis trois semaines et une grève partiellement suivie par des entreprises publiques et des commerçants depuis dimanche 10 mars, a également indiqué la mise en place d’une conférence nationale et inclusive. Dotée d’un mandat courant jusqu’à fin décembre 2019, cette conférence sera chargée d’élaborer un projet de Constitution pour une deuxième République. Ce projet sera soumis à un référendum, explique le président, sans préciser de date. Cette conférence aura également pour mission de fixer une date pour une élection présidentielle à laquelle Abdelaziz Bouteflika s’engage à ne pas prendre part.

Si à Alger ces décisions ont été célébrées par un concert de klaxons parmi les manifestants, beaucoup restent sceptiques. « J’essaie d’y voir de la bonne volonté mais ce n’est pas évident. Bouteflika c’est comme un ami qui nous a trop menti. Il dit peut-être vrai aujourd’hui, mais j’ai du mal à le croire », déclare Samia, une étudiante en médecine qui vit à Sétif.


(Lire aussi : De la candidature de Bouteflika au renoncement)


Sabiha, qui a participé aux marches anti-Bouteflika organisées vendredi dernier à Alger, ne cache pas sa déception. « De prime abord, on pourrait penser que le mouvement de contestation a commencé à porter ses fruits. Mais tel que notre système nous a habitués, on sait qu’il s’agit d’une énième manœuvre pour se cramponner au pouvoir. Là on se retrouve avec un président qui reste au pouvoir jusqu’à une date que personne ne connaît », s’inquiète la jeune femme de 30 ans, qui travaille dans une agence de communication. Avant de lâcher, avec dépit : « On est devenu une monarchie malgré nous. »

Pour Abderrahmane, il n’est pas non plus question de parler de victoire des manifestants. « On ne peut pas se réjouir de ces annonces car elles ne correspondent pas à la volonté du peuple. Nous, ce que nous avons demandé, c’est d’abord la démission de Bouteflika », rappelle le fondateur d’un bureau d’étude et de conseil en informatique. Et de poursuivre : « C’est pire que s’il avait gagné un cinquième mandat en fraudant aux élections. Là, il s’offre carrément une prolongation de mandat sans passer par les urnes. »

Malgré les mesures annoncées, la mobilisation pour le départ d’Abdelaziz Bouteflika ne devrait pas s’essouffler. Des appels à une marche populaire vendredi prochain sont diffusés sur les réseaux sociaux. Et le mouvement spontané commence à se structurer. « Nous sommes en train de discuter sur les réseaux sociaux de nous organiser en comités : avocats, étudiants, médecins etc. On pourrait élire des représentants », révèle ainsi Samia.



Lire aussi

En Algérie, "le système se désintègre", selon l'opposant Ali Benflis

En Algérie, la presse salue des manifestations "historiques"

Manifestations en Algérie: les drapeaux, aubaines des vendeurs à la sauvette

Algérie : Pourquoi l’armée peut changer la donne

Algérie : « C’est si beau, on vit un moment indescriptible »

Les "18 commandements" du manifestant vendredi à Alger


À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Les algériens ont eu beaucoup de chance que les cellules dormantes wahabites n'ont pas reçu l'ordre de tirer sur la foule .

Pourquoi ? On ne le saura jamais .

HABIBI FRANCAIS

Ce qui se passe en Algerie aujourd hui ou hier en Egypte ou Tunisie ou les presidents ont renonce au poivoir met en relief toute l ignominie du pouvoir assasin de Damas qui a choisi de crucifier la Syrie pour se maintenir au pouvoir ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MIEUX VAUT DEVENIR UNE MONARCHIE QU,UNE ANARCHIE !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.