X

À La Une

En Algérie, "le système se désintègre", selon l'opposant Ali Benflis

Contestation

"Il n'y aura pas de répression car il est impossible de contrecarrer cette marée humaine. Je n'imagine pas un instant l'Armée nationale populaire ne pas prendre en compte les aspirations du peuple", affirme le principal adversaire du président algérien lors des présidentielles de 2004 et 2014.

OLJ/AFP
10/03/2019

 "Le système Bouteflika est fracturé et se désintègre", estime Ali Benflis, principal adversaire du président algérien Abdelaziz Bouteflika lors des présidentielles de 2004 et 2014, dans un entretien à l'hebdomadaire français Le Journal du dimanche.

"Je dis que le système Bouteflika est fracturé et qu'il se désintègre. Rendez-vous compte que l'Organisation nationale des moudjahidines, nos anciens combattants, qui a toujours soutenu les institutions et le gouvernement, vient de lâcher le pouvoir", déclare M. Benflis, qui a annoncé début mars qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle du 18 avril car elle n'a plus "de raison d'être", selon lui, étant donnée la contestation actuelle en Algérie.

L'annonce de la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat a provoqué des manifestations et une contestation de son pouvoir, inédite depuis qu'il a été élu à la tête de l'Etat en 1999.

"Le front patronal, qui accapare 80 % des marchés publics, est également en train de se fissurer. Il y a aussi beaucoup de démissions au sein du FLN, parmi les députés et les élus locaux. Les syndicats autonomes sont clairement du côté des manifestants ainsi que les avocats et les journalistes qui, dans le service public, ont trop longtemps été humiliés", estime M. Benflis, ancien Premier ministre de M. Bouteflika entre 2000 et 2003 et ex-secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), ancien parti unique et formation du chef de l'Etat.


(Lire aussi : En Algérie, la presse salue des manifestations "historiques")

Face aux centaines de milliers de personnes descendues dans les rues de plusieurs villes d'Algérie, M. Benflis dit ne pas croire que l'armée recourra à la violence.

"Il n'y aura pas de répression car il est impossible de contrecarrer cette marée humaine. Je n'imagine pas un instant l'Armée nationale populaire, héritière de notre glorieuse Armée de libération nationale, ne pas prendre en compte les aspirations du peuple", a ajouté M. Benflis.

L'opposant estime que la seule issue à la crise est un report de l'élection. "Elle doit être reportée. Et la conférence nationale qui nous est proposée, comme en 2014, avec une fausse signature du chef de l'État, est bidon. Je le répète, aucune sortie de crise ne peut avoir lieu sur les bases de l'ancien système", juge-t-il.

M. Benflis demande en particulier que M. Bouteflika, toujours hospitalisé en Suisse à la suite d'un AVC, renonce à un cinquième mandat, que le gouvernement démissionne, tout comme le président du Conseil constitutionnel.

Ali Benflis a obtenu 6,4% des voix en 2004 et 12,3% en 2014, à chaque fois en deuxième position derrière le président sortant, réélu au 1er tour sans discontinuer depuis 2004 avec plus de 80% des voix.



Lire aussi
Manifestations en Algérie: les drapeaux, aubaines des vendeurs à la sauvette

Algérie : Pourquoi l’armée peut changer la donne

Algérie : « C’est si beau, on vit un moment indescriptible »

Les "18 commandements" du manifestant vendredi à Alger


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ARMEE S,EN IRA... L,ARMEE REVIENDRA...

AIGLEPERçANT

Le réveil d'un peuple qui prend conscience de sa force et de sa légitimité est indestructible .

À Un peuple de résistant, fier , VAILLANT rien d'impossible, mais je ne vois pas de transition , pas d'alternative à ce pouvoir qui se délite, l'opposition algérienne est mature , en Algérie il y'a des hommes intégres, intelligents et formés pour prendre la relève, où sont ils ?

Des manifs enfantines qui font rire tout le monde ne suffisent pas à assurer une transition politique.

L'armée devrait prendre les devants , d'abord en laissant boudha-flika se reposer à Genève, et organiser rapidement la transition civile du pouvoir, sinon , faut pas croire que cette ambiance bon enfant va perdurer , les pêcheurs en eau trouble sont tapis dans l'ombre et attendent leur heure .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants