X

À La Une

En Algérie, la presse salue des manifestations "historiques"

Contestation

"Un peuple fabuleux!", s'enthousiasme en Une El Watan qui consacre 12 pages au 3e vendredi consécutif de contestation, marqué par une mobilisation gigantesque à travers le pays. "Un nouveau roman national est en train de s'écrire", assure le quotidien francophone.

OLJ/AFP
09/03/2019

Les quotidiens algériens consacraient samedi de nombreuses pages aux manifestations "historiques" de la veille en Algérie contre le 5e mandat que brigue le président Abdelaziz Bouteflika, en notant qu'elles ont sérieusement rétréci la marge de manoeuvre du chef de l'Etat.

"Un peuple fabuleux!", s'enthousiasme en Une El Watan qui consacre 12 pages au 3e vendredi consécutif de contestation, marqué par une mobilisation gigantesque à travers le pays. "Un nouveau roman national est en train de s'écrire", assure le quotidien francophone, "le peuple a repris la main à travers ce sursaut d'orgueil qui remet l'histoire à l'endroit". Pour le journal, "si les tenants du régime comptaient sur un essoufflement du mouvement (...), ils ont déjà une réponse. Claire et sans bavure".

Pour Liberté, autre quotidien francophone qui titre en une "Le Printemps d'Algérie" auquel il consacre 10 pages, il a flotté sur Alger vendredi "comme un jour d'indépendance". Hospitalisé en Suisse depuis plus de 12 jours, officiellement pour des "examens médicaux", M. Bouteflika "refuse ou fait mine de ne pas entendre le peuple qui se révolte comme un seul homme et lui demande de s'en aller", déplore le journal. "C'est le propre des potentats, qui ne savent pas quitter le fauteuil quand la confiance de leur peuple est perdue", écrit le journal qui estime que, vendredi, l'Algérie "a condamné Bouteflika à sortir par la petite porte de l'Histoire. Et plus il s'entête (...) plus cette porte de sortie se rétrécit".

En Une, El Khabar estime que "des millions" d'Algériens ont dit "d'une seule voix: Eh Bouteflika, pas de 5e mandat!", en reprenant un des slogans scandés pendant les manifestations. "Aucune voix ne sera supérieure à celle du peuple", estime le quotidien arabophone, qui consacre huit pages à la contestation à travers de nombreuses villes d'Algérie.

Selon le quotidien d'Oran, deuxième ville du pays, "l'opposition populaire contre le 5e mandat" est "en train de donner à la scène politique algérienne des contours tout à fait vivifiants". Elle mène vers "un changement de la manière dont est géré le pays avec plus de transparence" et "tous les ingrédients de la vraie démocratie: la bonne gouvernance et l'alternance au pouvoir", se réjouit le journal pour qui l'heure est en attendant au "bras de fer". "Pour la rue (...) le refus (d'un 5e mandat) est irréversible. Pour le candidat (Bouteflika) et ses soutiens, retirer maintenant cette candidature serait non seulement un échec patent devant la pression de la rue, mais une sorte de reniement".

Seul le quotidien gouvernemental El Moudjahid renvoie les manifestations à l'intérieur du journal, en page 9, sans mentionner les demandes de départ du chef de l'Etat, scandés à pleins poumons par la rue.


Lire aussi

« C’est si beau, on vit un moment indescriptible »

Algérie : Pourquoi l’armée peut changer la donne

Les "18 commandements" du manifestant vendredi à Alger

Algérie : une prudente aspiration au changement plutôt qu’une révolution


Repère

Les dates-clés de la présidence Bouteflika


Reportage

« On est dans la rue parce qu’on veut un humain au pouvoir, pas une momie »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GARE AU PRINTEMPS HIVERNAL ARABE !

Chammas frederico

Le Pouvoir, dans les pays "encore jeunes" et dont la population est politiquement "immature" est très souvent "confisqué au peuple" par une coterie "activiste, à composante militaire"
Aucun support pour une démocratie...Moi ou le chaos...comme vous l'avez constate par le passe...et il est vrai qu'un peuple , pas encore politiquement forme, est la proie convoitée ..pour des "idéologies extrémistes"

Mais le peuple mûrit politiquement dans ce monde "mondialise par l'Internet" les yeux s'ouvrent, la demande légitimé d'un système de gestion des revenus nationaux ne peut que "surgir d'une friche politique" qui va y répondre, qui va rafler l'héritage?
La question est posée...les prétendants déclarés ou occultés sont peut être nombreux, mais qui choisir...si tant est qu'un choix raisonnable soit possible dans un pays qui de fait ignore tout de la démocratie
Alors "un Assad local"? , "les frères musulmans, toujours partants"? Question à cents sous!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants